Le Joyau – Amy Ewing

Couverture Le joyau, tome 1

Résumé :

Vous êtes plus précieuse que vous ne le pensez.

Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté.
Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance…
Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l’étincelante façade du Joyau. S’exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie.
C’est pourtant dans ce sinistre quotidien qu’elle tombe amoureuse d’un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d’affronter les plus grands des dangers…


Mon avis :

La lecture de cette nouvelle dystopie me laisse assez mitigée. Rien à redire sur le visuel, la couverture est vraiment sublime, elle attire immédiatement le regard. Mais j’ai eu l’impression de retrouver dans ce premier tome tout un mélange des dystopies déjà existantes, notamment La Sélection ou encore Divergente. Du déjà vu donc…

J’ai trouvé l’écriture assez floue. On plonge directement auprès de Violet, et on vit les évènements à travers ses yeux. Les explications sont donc parfois données bien plus tard dans l’histoire, et ça m’a assez dérangée.Quid de l’environnement ? Est-on dans un futur de la Terre, ou dans un autre monde ? Qu’est ce qui a amené la société du Joyau à être comme cela ? Y a-t-il quelque chose en dehors de cette île, au-delà de l’océan ? Aucune idée. On pénètre dans l’histoire, mais on ne sait pas du tout où on est, ni quand, ni pourquoi. On nous parle des Augures depuis le début, mais les explications ne nous sont fournies que dans le dernier tiers du livre… J’ai eu l’impression que ce livre n’était là uniquement pour raconter l’histoire de Violet, en laissant totalement de côté le pourquoi du comment. C’est bien dommage, car l’histoire aurait pu être bien plus intéressante. Du coup le texte manque assez d’action, et ressemble plus à un tome d’introduction sur Violet qu’à un tome présentant un nouvel univers.

Violet, l’héroïne, est donc un personnage très complet, déterminée, obstinée, et qui ne se laisse pas abattre malgré sa situation, son désir de liberté dictant sa conduite, sa survie. Le seul autre personnage qui semble être achevé à ce point est la Duchesse du Lac, celle qui achète donc notre lot 197 – Violet – comme Mère Porteuse à la Vente aux Enchères. Lunatique, bipolaire même, sa personnalité est vraiment complexe et on a du mal à la cerner. Si ses actions sont loin d’être louables, j’ai été surprise de me prendre de sympathie pour cette Duchesse dont la position sociale est tout ce qui lui reste. Je pense qu’elle nous réservera bien des surprises par la suite.

A côté de ces personnages, les autres sont bien fades, clichés au possible : la nièce jalouse, le fils imbu de lui même. Ne parlons même pas d’Ash, qui fut ma grosse déception. Pour un héros, je ne l’ai pas du tout trouvé charismatique, et c’est tellement du réchauffé que je l’ai trouvé totalement transparent dans l’histoire. De même pour le couple qu’il forme avec Violet, qui m’a gêné tant cela faisait « pré-fabriqué » : ils se voient pour la première fois et c’est déjà l’attirance folle ? Surtout, sachant que Violet n’a jamais connu de garçon jusque là, elle sait immédiatement que c’est l’amour de sa vie ? Mouais.

Les intrigues politiques, alliances entre les maisons et autres manipulations m’ont par contre donné un regain d’intérêt pour ce livre. J’espère du coup que les prochains tomes nous présenteront bien plus la société du Joyau, qui est pour moi le vrai point fort de ce livre. Quant à Violet et la Duchesse du Lac, elles portent vraiment bien l’histoire et ont su m’embarquer auprès d’elles. Pour ces deux personnages, je suis curieuse de voir la suite des évènements. Patience, car la suite n’est prévue que pour Septembre 2015…

(Article rédigé pour Place To Be que je remercie de ce partenariat !)

8 réflexions sur “Le Joyau – Amy Ewing

  1. Pingback: La cité du ciel – Amy Ewing | Alice Neverland

  2. Pingback: Les Belles Tome 1 – Dhonielle Clayton | Alice Neverland

  3. Comme toi, j’ai eu une intense sensation de flou pendant ma lecture. Il faut dire que je passais mon temps à comparer chaque ligne à la saga « Le dernier jardin ». Ce premier tome ne fait pas le poids.
    Je suis de ton avis quand tu parles de mélange de sagas. Il est vrai que je semblais retrouver un tas d’éléments d’autres oeuvres, que l’auteur tentait de rassembler pour donner un sens (qui lui appartient à elle seule).
    J’attendais beaucoup de cette histoire. Le résumé ne m’attirait pas du tout, mais la couverture si.
    Le personnage principal me… fatigue. Voilà, je trouve Violet éreintante. Quant aux personnages secondaires, n’en parlons pas. On dirait qu’ils sont divisés en deux camps : ceux qui aiment Violet et la trouve prodigieuse VS veux qui détestent Violet parce qu’elle est si prodigieuse.
    Beurk.
    En bref, de trop grandes attentes pour pas grand chose. Une histoire qui se lit bien malgré tout par la beauté de son univers chatoyant, mais qui s’oubliera bien vite.
    Mais sachant que ce premier tome était une thèse de l’auteur dans son cursus universitaire, je ne suis pas étonnée.

    Aimé par 1 personne

    • La différence entre le premier et le second tome est assez énorme. Je ne savais pas du tout que cette histoire avait été « une these », et c’est vrai que ça explique pourquoi on retrouve tant d’éléments deja-lus.
      En tout cas, j’ai vraiment été surprise par la mythologie que l’auteur installé des le second tome, cela permet enfin à ce livre de se démarquer, même si les personnages (et la romance) apparaissent complètement inutiles :/

      J'aime

      • Je vais donc suivre ton conseil et lire le second tome, en espérant qu’il m’emporte davantage !
        Mais c’est vrai que la mythologie mise en place par l’auteur est un peu en retrait dans ce premier tome, elle jette des miettes de pain au lecteur plutôt que de lui donner de la farine et de la levure pour faire son pain.
        Enfin bref, je vais maintenant me lancer dans Les Clans Seekers. Mais je crains le pire au vu des avis divergents et je vais donc chercher ton opinion 😉

        Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Le Joyau, tome 3 : La clé noire – Amy Ewing | Alice Neverland

  5. Pingback: Le Joyau, tome 2 : La Rose Blanche – Amy Ewing | Alice Neverland

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s