Rose Soie – Camille Adler

Rose soie

Résumé :

Paris, 1884. Rose de Saulnay est une jeune femme en avance sur son temps et a un goût immodéré pour la mode, ce que ne manque pas de lui reprocher son mari violent. C’est grâce à sa rencontre avec Alexander Wright, le couturier le plus en vue de la capitale, que Rose trouve le courage de réaliser son rêve : elle ouvre une boutique de confection. C’est le début d’une période à la fois difficile et grisante. Mais la passion qui lie Rose et Alexander se transforme peu à peu en un amour qui ne peut s’exposer au grand jour…


Mon avis :

J’ai énormément apprécié me plonger dans ce Paris de la fin du XIXème siècle. Je n’avais jusque là jamais lu de romances historiques se déroulant dans notre belle capitale, ce fut donc une très belle découverte !

On part à la rencontre de Rose de Saulnay, épouse depuis deux ans du Marquis de Saulnay, un homme violent que l’on vient très vite à détester. Cherchant à lui plaire autant que possible, et surtout à éviter de le faire rentrer dans de grandes colères dont elle fait toujours les frais, Rose est totalement effacée, discrète, et prude, conséquence d’un enseignement au couvent lorsqu’elle était jeune fille. Mais Rose cache un esprit libre et pur, et se plaît dans la confection de ses robes. Sa rencontre avec Alexander Wright, grand couturier anglais très en vogue dans la capitale française, va être le déclencheur d’une remise en question de Rose quant à sa vision de l’amour et de la vie.

J’ai été beaucoup touchée par le personnage de Rose, qui est très émouvant, très touchant. Elle reflète assez les femmes de cette époque, si soumises au dictat de leur maris et qui n’osent rien faire malgré un simili de droits que l’on commence à leur accorder. Car Camille Adler nous offre une fenêtre des plus réalistes sur le Paris de cette année 1884, sur la nostalgie du siècle passé, de la royauté perdue, à travers une noblesse qui se mêle à la riche bourgeoisie pour subsister, et le frémissement d’une loi sur le divorce qui s’instaure tout doucement.

La mode tient une grande place dans ce roman, c’est ce qui permet à Rose de s’évader dans son quotidien terne et monocorde. Les descriptions, les confections des tenues sont énormément fournies, et dans un style assez élégant empli de finesse, et on se plait à imaginer ses robes que nous décrit Camille Adler.

Quant à la romance en elle-même, elle sert plutôt ici d’élément déclencheur à l’envol de Rose vers sa liberté, ses rêves. L’auteur ne s’est pas du tout focalisée dessus, mais sur les sentiments et la personnalité de Rose. Du coup, lors de sa rencontre avec Alexander Wright, notre héroïne ne va pas uniquement trouver en lui l’homme de sa vie, mais va y voir un homme libre qui a réalisé ses rêves à partir de rien, et qui ne doit son succès qu’à lui-même, et qu’elle va doucement envier pour cela.

Malgré tout, l’histoire devient très vite des plus prévisibles, et la fin reste des plus clichées du genre. Mais j’ai passé un très bon moment dans cette lecture fraîche, agréable et sans prise de tête. Un très bon premier livre de Camille Adler, j’ai hâte de découvrir ses prochains romans !

(Article rédigé pour Place to Be que je remercie de ce partenariat !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s