Déhiscence – Maria J. Romaley (L’âme de la nuit T2)

Couverture L'Âme de la nuit, tome 2 : Déhiscence

Résumé :

À l’heure des choix, Tara et ses Protecteurs sont confrontés à plus d’un mystère : une créature étrange, une sinistre Prophétie et de nouveaux protagonistes qui entrent dans la danse macabre emportant ceux qui prennent la mauvaise décision.
Lorsque les frontières entre le bien et le mal se brouillent, à qui Tara peut-elle faire confiance pour sauver son fils de la menace qui pèse sur lui ?
Sera-t-elle prête à tout sacrifier, y compris la vie de celui qu’elle aime ?
Comment survivre lorsque l’Âme de la Nuit est déjà là ?


Mon avis :

J’avais été séduite par le premier tome, Nitescence, que j’avais trouvé prometteur. Cette impression ne s’est pas estompée à la lecture de cette suite, bien au contraire.

J’ai tout de même eu un peu de mal à me replonger dans l’histoire, sûrement dû à la longue année d’attente entre les deux tomes. J’ai ainsi beaucoup, beaucoup apprécié le résumé du premier opus présent en prologue de l’histoire, une réelle bonne idée dans ces saga à suites, mais pourtant si peu présente au sein des maisons d’éditions. Sur ce coup là cela m’a enchantée, pas besoin de retourner lire Nitescence pour me ré-imprégner des évènements !

Ce fut ainsi un réel plaisir de retrouver Tara et Daegan, même si je les ai trouvés bien trop présents dans la première partie de livre. L’histoire est trop focalisée sur leur romance et crée une certaine longueur par manque d’action. Pourtant cette partie a son utilité puisqu’elle apporte tout de même pas mal de réponses laissées en suspens à la fin du premier opus. Mais le récit reste assez lent à démarrer, j’avoue avoir fait quelques pauses durant ma lecture par peur d’en être lassée.

Heureusement, l’histoire s’emballe dans la seconde partie du roman, pour mon plus grand plaisir. Tara doit faire des choix, prendre des décisions. Même si elle est assez irritante dans sa façon de décider, à tourner en rond ; j’ai ainsi eu du mal avec son personnage qui tergiverse un peu trop à mon goût. Mais le rythme s’accélère petit à petit avant de terminer sur un final époustouflant parfaitement maitrisé par l’auteur.

Les personnages secondaires sont aussi excellents que dans le premier tome. J’ai beaucoup apprécié les alternances permettant de jongler avec leurs points de vue. Ces narrations fournissent vraiment un petit plus à l’histoire, et certaines personnes prennent ainsi pas mal d’importance. Elles apportent également un second souffle au roman, créant une ambiance propre au personnage narrateur, et on en observe toute leur complexité. J’ai ainsi eu un gros coup de cœur pour Patte-Blanche et pour Shana qui sont vraiment très touchants, on en découvre bien plus sur certaines parties de leur vie. Une véritable bonne surprise

La plume de l’auteur est toujours aussi efficace, véritablement envoûtante. Elle nous embarque dans son univers sans aucune difficulté, un pur régal. Elle arrive à changer de style de narration en fonction du personnage traité sans lourdeur, c’est vraiment remarquable. Le gros point fort de son écriture reste son jeu entre réel et irréel. Elle parvient parfaitement à nous faire douter sur ce point, et je me suis bien souvent posé la question sur la véritable réalité de l’histoire.

L’univers créé par Maria J. Romaley est toujours aussi épatant. Je me suis replongée dans le monde sombre des Devas et des Asuras avec un plaisir certain. J’ai adoré la dualité qu’elle a inventée, l’ambiance frôle parfois l’angoisse mais l’auteur parvient à nous apporter de la douceur pour éviter cela. Je reste tout de même déçue que la romance ait autant pris le pas sur cet univers que j’aurais aimé bien plus présent.

C’est une saga vraiment surprenante que nous avons ici. Le gros point fort de l’histoire reste incontestablement la plume de Maria J. Romaley,  une des plus belles que j’ai pu lire jusqu’ici. Même si l’histoire est assez lente au démarrage, l’auteur nous prouve encore une fois qu’elle sait susciter l’intérêt de son lecteur et qu’elle maitrise le cliffhanger parfaitement. Elle sait nous mettre l’eau à la bouche, tout simplement, et son univers en vaut le détour. A lire sans modération !

(Article rédigé pour Place to be que je remercie de ce partenariat !)

2 réflexions sur “Déhiscence – Maria J. Romaley (L’âme de la nuit T2)

  1. Pingback: L’âme de la nuit, tome 4 : Reviviscence – Maria J. Romaley | Alice Neverland

  2. Pingback: L’éveil des gargouilles, épisode 1 : La Poupée brisée – Maria J. Romaley | Alice Neverland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s