After – Anna Todd

Couverture After, intégrale, saison 1

Résumé :

Tessa est une fille gentille avec un adorable petit ami, Noah. Elle est décidée, ambitieuse et sa mère veille à ce que cela continue. Mais elle vient à peine de s’installer dans son dortoir d’étudiante qu’elle se heurte à Hardin. Avec ses cheveux châtains ébouriffés, son p… d’accent anglais, ses tatouages et son piercing sur la lèvre, Hardin est vraiment mignon et tellement différent des garçons qu’elle connaît. Mais il est aussi grossier, voire violent et Tessa devrait donc le détester… Ce qu’elle fait jusqu’au jour où elle se retrouve seule avec lui. Quelque chose du caractère sombre d’Hardin l’attire et leur baiser fait naître en elle une passion jusqu’alors inconnue. Il lui dit qu’elle est belle, qu’il n’est pas un garçon pour elle et il disparait, et ce à plusieurs reprises. Malgré la façon dont il la traite, Tessa va chercher au plus profond d’Hardin et derrière ses mensonges qui il est réellement. Plus il la repousse et plus Tessa sera entraînée plus près du gouffre. Tessa a déjà un petit ami parfait. Alors pourquoi fait-elle tant d’efforts pour surmonter sa fierté blessée et les ravages qu’Hardin fait à de belles filles comme elle ? À moins que… ce ne soit ça l’amour ?


Mon avis :

After est certainement LE livre de ce début d’année 2015. Un énorme tapage médiatique à la Fifty Shades of Grey, plus de 180 000 tirages prévus pour le lancement. Autant dire que c’est juste le livre phénomène du moment.

Pourtant c’est également le livre qui divise beaucoup sur la blogosphère. Il faut comprendre. A l’origine, After n’était qu’une fanfiction sur un des membres des One-Direction, Harry (si comme moi tu as plus de 15 ans et ne t’intéresse pas à ce groupe, Google est ton ami.). D’ailleurs on assiste de plus en plus à l’émergence des publications de ces fanfictions qui cartonnent : pour exemple le fameux Fifty Shades à l’origine sur Twilight. Pour certains donc, After n’a strictement rien de révolutionnaire et ne mérite pas tout ce tapage médiatique. Pour d’autres, le texte a été tellement retravaillé qu’il ne possède plus ce petit quelque chose qui le rendait si exceptionnel. Et enfin, il y a les derniers, qui se sont retrouvés totalement absorbés dans cette histoire sans trop savoir pourquoi. Et j’en fais parti.

Le speech est basique : Tessa est une fille un peu coincée, une grosse tête pleine d’ambitions, et en couple avec le même petit ami depuis ses 16 ans, Noah, avec qui elle se projette déjà dans le futur. Tessa, donc, débarque à l’université, où elle va découvrir la vie sans le carcan maternel, les soirées étudiantes et les étudiants en eux-mêmes. A commencer par sa collègue de chambrée, jeune fille aux cheveux rouges et aux tatouages, et aux amis de celle-ci, dont Hardin. Hardin, le stéréotype du bad boy tourmenté au passé tellement triste qu’il nous tire la larme, et sur qui la pauvre petite Tessa va craquer sans trop comprendre comment.

Le début de ma lecture a été très accrocheur. J’adore les ambiances universitaires, donc je me suis immédiatement retrouvée embarquée dans ce livre. Pourtant les personnages m’ont trop souvent agacée.

Tessa tout d’abord. Elle a un côté naïf qui aurait pu être mignon, mais trop c’est trop. Si je dois la résumer, Tessa c’est des pleurs, beaucoup de pleurs, trop de pleurs. Elle est indécise, ne sait pas trop ce qu’elle veut : la sécurité de sa relation avec Noah ? Ou le piment que lui assurerait une histoire avec Hardin, sans trop savoir où cela l’amènerait ? J’avoue qu’au début elle m’a vraiment insupportée. Et puis petit à petit j’ai commencé à la comprendre et à m’attacher à ce petit bout de jeune fille, à ses rêves, ses ambitions et sa volonté de les poursuivre malgré son engrenage avec Hardin.

Quant à Hardin… Dejà, mais qu’est ce que ce nom ?! Je n’ai jamais vu un prénom aussi horrible pour un héros, et pourtant les auteurs font souvent preuve d’audace. Mais là, je n’ai pas compris, et dans ma tête je n’ai pas réussi à le prononcer une seule fois au moment de ma lecture. Et puis lui, une vraie tête à claques, horrible au possible, je n’ai vraiment pas accroché. La moindre de ses actions m’a mise hors de moi, il est égoïste, pas aimable pour deux sous, et la fin ne me l’a pas fait remonter dans mon estime, loin de là. Pourtant, malgré son caractère pourri et détestable, j’ai eu envie de lire son histoire et de le comprendre, de voir son évolution auprès de Tessa.

On se retrouve vite plongé dans un schéma très répétitif :

  • Tessa et Hardin s’aiment d’un amour parfait
  • Hardin fait une crasse
  • Après beaucoup de cris et de pleurs (surtout chez Tessa) ils se séparent
  • Hardin s’excuse
  • Tessa et Hardin s’aiment d’un amour parfait ….

Et ainsi de suite durant facilement 90 des 97 chapitres.

Et pourtant, c’est là toute la dualité de ce roman, c’est que je l’ai autant adoré que détesté. Parce que même si les héros sont trop têtes à claques, pleurnichards et insupportables, même si le schéma est répétitif, l‘histoire est tout simplement addictive. Parce que Tessa et Hardin deviennent finalement attachants malgré le mal qu’ils se font. Et parce qu’on veut absolument savoir jusqu’où cette histoire tour à tour toxique puis magnifique va les mener. Ainsi impossible de reposer ce roman et ses 600 pages avant la fin, les chapitres se sont succédés sans que je m’ennuie, et j’en redemandais encore. Jusqu’à nous laisser sur une fin que je n’avais absolument pas vue venir et qui m’a laissée royalement sur les fesses.

En définitif, oui ce livre n’a rien de vraiment révolutionnaire, et pourtant… Je peux comprendre l’engouement qu’il y a autour de lui car je me suis tout simplement faite avoir également. Il ne faut pas y voir le prochain prix Goncourt, c’est sûr, mais c’est un livre qui nous donne beaucoup de plaisir par sa lecture, sans aucune autre vocation. Je l’ai adoré autant que je l’ai détesté, et il serait vraiment dommage de passer à côté. Surtout qu’Hugo Roman nous promet un rythme de publication qui ne va pas trop nous faire languir : le second tome est annoncé dans les librairies pour le 05 février 2015.

28 réflexions sur “After – Anna Todd

  1. Pingback: After, tome 1 (édition collector) – Anna Todd | Alice Neverland

  2. Pingback: Good girls love bad boys – Alana Scott | Alice Neverland

  3. Pingback: Spring Girls – Anna Todd | Alice Neverland

  4. Pingback: Landon / Nothing more, tome 2 : Between – Anna Todd | Alice Neverland

  5. Pingback: Landon / Nothing More, tome 1 – Anna Todd | Alice Neverland

  6. Pingback: Rencontre Colleen Hoover & Anna Todd | Alice Neverland

  7. Pingback: After, spin-off 1 : Before 2 – Anna Todd | Alice Neverland

  8. Pingback: After, spin-off 1 : Before – Anna Todd | Alice Neverland

  9. Pour ma part j’avais acheté le premier tome par le plus grand des hasards, lors de sa première parution… Je n’ai pas réussi à en dépasser la moitié sans m’ennuyer, et je l’ai terminé en lecture diagonale…
    Ennuyeux au possible pour moi… sans doute faut-il être un « young adult » pour apprécier ? Ou alors je suis trop « old adult » ?
    Bref je n’ai pas compris cet énorme succès… tant pis pour moi 😉

    Aimé par 1 personne

  10. J’avais envie de lire ce roman et ta chronique finit de me convaincre ! 😉
    J’aime vraiment beaucoup ta façon de rédiger tes chroniques. Jamais trop longues, mais suffisamment détaillées et ce, sans spoiler ! Bravo !! 😀

    Aimé par 2 personnes

    • Oooh ! Merci pour ton commentaire, c’est adorable !
      Effectivement, si on aime le New Adult, After est idéal comme lecture, car la saga réunit à elle seule tous les défauts, mais aussi les qualités du genre. J’espère que tu te régaleras !

      J'aime

      • Je ne dis que ce que je pense 🙂 Je sais que cela prend du temps de faire une chronique, quand elle est bien faite, j’estime qu’il est important de le souligner 😉
        Je l’espère aussi ! J’ai réservé le roman à la bibliothèque hier. Plus qu’à attendre ._.
        Par contre, l’histoire est-elle terminée au cinquième tome ou d’autres sont-ils prévus ?

        Aimé par 1 personne

  11. Bonne analyse , je suis d’accord avec vous… Moi j’en ai fini la lecture un peu en diagonale…
    Aussi j’avoue que j’ai l’impression d’être l’andouille qui n’a pas flairé LE livre à lire.
    Et même si nager à contre courant ne m’a jamais dérangée, sur ce coup là je suis contente de voir que quelques uns partagent mon avis

    Aimé par 1 personne

  12. Pingback: TAG : Avez-vous déjà lu ? | Alice Neverland

  13. Pingback: Bilan livresque – Janvier 2015 | Alice Neverland

  14. « si comme moi tu as plus de 15 ans et ne t’intéresse pas à ce groupe, Google est ton ami » : AHAHAHAH. Bon, je l’ai pas mal vu passer moi aussi, et sans trop savoir pourquoi, il m’attire. Je suis faible, et soumise aux médias 😦 Mais je me refuse de l’acheter. Donc je ne pense pas que je le lirai au final ^^

    Aimé par 1 personne

  15. Je suis contente d’avoir pris connaissance de ton avis. C’est fou qu’un livre comme ça puisse produire un tel buzz! Personnellement, je ne suis pas romance ni roman érotique. Donc je vais passer mon chemin. Mais c’est toujours utile d’essayer de comprendre les raisons pour lesquelles on va parler d’un livre plutôt que d’un autre…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s