Endless Love – Cecilia Tan

Couverture Endless love, tome 1

Résumé :

Karina est serveuse dans un bar de New York. Elle tombe sous le charme de James, un client mystérieux et dominateur.
Ce qui commence comme un jeu érotique évolue bientôt en un jeu de pouvoir où James révèle le côté sauvage de Karina et brouille la ligne entre le plaisir et la souffrance.
Et c’est Karina qui réclame toujours plus, dépassant ses propres limites, pour prouver la force de son amour à l’homme à qui elle s’offre.


Mon avis :

Bon, bon, bon… Je ressors de ce livre et je ne sais pas trop par quoi commencer. Je n’arrive même pas à déterminer si cette lecture m’a plu ou non, donc je vais essayer d’être la plus précise possible.

Le scénario de départ est des plus basiques : Karina, étudiante en dernière année de thèse, rencontre un client mystérieux dans le bar de sa sœur qu’elle dépanne pour une soirée. Immédiatement attirée par ce dernier, ils vont se livrer à des petits jeux qui vont lentement mais sûrement l’émoustiller.

Un sentiment m’a énormément dérangée tout au long de ma lecture. J’ai eu l’impression d’avoir affaire à une version américaine de La Société d’Angela Behelle : Le salon de beauté, le club très « privé » et secret où s’y trouvent les gens les plus influents et riches de la société contemporaine, et où on y rentre que sur parrainage par un autre membre… Et bien d’autres choses encore déjà vues et lues dans la série d’Angela Behelle. Est-ce que c’est pour cela que je n’ai pas su apprécier l’environnement « créé » par Cecilia Tan ? Dans tous les cas, j’ai eu l’impression de n’avoir droit qu’à une pâle copie, et mon sentiment de déjà-lu m’a poursuivi durant toute ma lecture.

Autre chose qui m’a gênée : le héros principal, James, ou Byron, ou Leister… Bref on ne sait pas grand chose de lui durant la majorité de l’œuvre, on ne sait même pas son nom… Je n’ai pas réussi une seule fois à me le représenter concrètement, ce qui a également créé une sorte de barrière entre son histoire et moi. Je ne lui ai trouvé aucun charisme, et à trop vouloir jouer les héros mystérieux, il m’a vraiment lassée. Au tout début je me suis amusée à chercher en même temps que Karina sa véritable identité, mais au fur et à mesure que l’histoire avançait cette recherche a perdu toute son excitation et m’a plus fatiguée qu’autre chose. Plus le récit progressait, plus son comportement aussi m’a agacée, trop retenu, trop flou, pas assez concret. Un personnage avec beaucoup de « trop », et peu de « pas assez » …

Dernier point qui m’a agacée : l’histoire en filigrane de tout cela, le pseudo fil conducteur, Karina et sa thèse… Il est loin, très loin… On dirait que l’auteur se rappelle quelque fois qu’elle doit mettre autre chose que des scènes de sexe dans son livre, et c’est là que le bas blesse; Cette histoire est totalement passée au second plan, totalement effacée par le sexe qui est trop omniprésent, et quasiment surréaliste à cause du personnage de James. Je n’ai trouvé aucune alchimie entre lui et Karina, et je n’ai absolument pas réussi à croire à leur couple.

Heureusement, la présence de Becky, la colocataire de Karina, est fraîche est agréable : sa personnalité et leurs discussions de filles sont les passages que j’ai le plus appréciés dans ce roman.

L’idée de ce livre était bonne, mais déjà lue. Des héros auxquels je n’ai pas réussi à m’attacher, et une histoire que j’ai trouvé quasiment inexistante : ce livre ne m’a pas du tout transportée. Bref, j’ai lâché le livre avant la fin, ne trouvant pas d’histoire dans l’histoire. La suite se fera sans moi.

(Article rédigé pour Place to be que je remercie de ce partenariat !)


Editions Hugo Roman – Date de parution : 02 Janvier 2015 – Prix : 17 € – 360 pages

7 réflexions sur “Endless Love – Cecilia Tan

  1. Je crois avoir acheté ce livre sur le nombre d’étoiles reçu sur Amazon…
    J’ai eu le même ressenti que le tien… identique… une impression de déjà lu, un plagiat des livres d’Angela Behelle en médiocre…
    C’est pourquoi je viens glaner sur ton blog tes chroniques… ouf… enfin quelqu’un en qui je peux me fier…
    Merci Alice 🙂

    Aimé par 1 personne

    • J’adore la collection d’Hugo New romance, et en général je ne suis que très, très peu déçue. Mais là j’ai eu l’impression de tomber dans un gros n’importe quoi, déjà-lu et en beaucoup moins bien.
      En général, quand je commence une série, même si je n’apprécie pas vraiment le tome je perdure jusqu’à la fin, car je suis d’une curiosité maladive et qu’il me faut à tout prix connaitre le fin mot de l’histoire. Mais là, non, je n’ai pas pu, tout simplement.
      Bref, je ne devais pas être le bon public 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: TAG : Avez-vous déjà lu ? | Alice Neverland

  3. Pingback: Bilan livresque – Janvier 2015 | Alice Neverland

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s