3 Fois rien qui font tout – Stewart Lewis

3 fois rien qui font tout

Résumé :

À quinze ans, Olivia a la tête pleine de questions et se sent un peu perdue. Adoptée quand elle avait deux jours elle ressent parfois un grand vide au creux du ventre. Quand une voyante, rencontrée lors d’une panne d’ascenseur, lui annonce qu’elle arrive à un tournant de sa vie et l’invite à être attentive aux signes qui se présentent à elle, Olivia n’y croit pas. Pourtant, les coïncidences s’accumulent et elle se prend peu à peu au jeu. Elle prend conscience que chacune de ses décisions a une influence directe sur son existence et sent grandir en elle un sentiment de liberté tout neuf. Ce sentiment, qui sait, parviendra peut-être à remplir ce vide qu’elle sent parfois en elle…


Mon avis :

Je ne sais pas trop comment aborder cette critique. Tout d’abord, quand je me suis retrouvée avec ce livre entre les mains, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Le résumé ne laisse pas filtrer grand chose, et je ne connaissais pas du tout l’auteur, n’ayant pas lu son livre précédemment publié (Sept messages pour mes 15 ans). On laissait juste sous-entendre que cela plairait à ceux qui ont aimé Anna et le french kiss ou encore Lola et le garçon d’à côté. Ayant adoré les deux, il ne m’en fallait pas plus. Sauf que la magie n’a absolument pas opéré sur moi.

Dès le début, on plonge directement dans la tête d’Olivia. On se rend compte que cette dernière a été adoptée par deux papas et qu’elle a un grand frère, adopté également. On ne sait pas grand chose sur sa vie, on découvre seulement sa meilleure amie, Lola, et surtout sa passion pour la cuisine.

Quand je dis qu’on plonge dans sa tête, c’est vraiment le ressenti que j’ai eu. Car Olivia nous livre ses pensées comme elle lui viennent. Il lui arrive quelque chose, elle repense au passé, un souvenir surgit. Tout est mélangé, tout est confus, et je ne savais absolument pas sur quel pied danser. J’ai eu l’impression sans cesse qu’il y a un véritable manque de construction, de structuration dans le récit, un sentiment de fouillis qui perdure, et j’avais du mal à rester concentrée sur ma lecture.

L’autre point faible du roman, c’est l’intrigue. Durant la moitié du roman je ne savais absolument pas où l’auteur m’embarquait, et surtout quel était l’objectif de ce roman. L’histoire de la voyante tombe comme un cheveu sur la soupe, de même pour le livre de cuisine que trouve Olivia. Rien de tout cela ne fait « vrai », c’est bien trop facile, et c’est donc l’autre côté qui fait que je n’ai absolument pas réussi à m’imprégner de l’histoire. Enfin, quand j’ai réussi à entr’apercevoir un petit bout de l’intrigue, j’est à ce moment là que j’ai réussi à me lancer pleinement dans l’histoire. Mais malheureusement cela arrive bien trop tard pour compenser le début trop longuet.

Par contre, le personnage d’Olivia m’a beaucoup plu. Elle n’en a pas conscience, mais elle est tout simplement le pilier de sa famille, celle qui fait que toute l’organisation tient encore debout. J’ai beaucoup apprécié Lola également, et leur amitié est vraiment belle et sincère. Par contre, je n’ai pas réussi à m’attacher aux autres. Jeremy, le grand frère, m’a agacée par son manque de maturité. Quant aux deux papas… et bien j’ai tout simplement le sentiment de ne toujours pas les connaitre plus que cela une fois le livre fermé. Trop effleurés, pas assez approfondis, c’est vraiment dommage car l’homoparentalité n’est que très peu abordée dans les romans jeunesse, et je pense qu’il y avait plus à faire avec.

Un livre que j’ai lu bien trop en surface, avec assez peu de reliefs pour que je m’y sente transportée. La narration m’a dérangée, et j’ai passé la moitié du roman à me demander quel était le fil rouge de toute cette histoire. C’est dommage, car en dehors de cela le thème était très bien annoncé, mais sous-exploité. Je reste malheureusement sur ma faim.

(Article rédigé pour Place to Be que je remercie de ce partenariat !)


Editions La Martinière – Collection Fiction – 12 février 2015 – 14.50 € – 272 pages

4 réflexions sur “3 Fois rien qui font tout – Stewart Lewis

  1. Je viens de commencer et pareil j’accroche pas vraiment à l’écriture… j’espérais tomber sur des avis positifs pour me motiver mais ça n’a pas l’air d’être la lecture de l’année apparemment.
    Je vais essayer de continuer on verra bien ^^
    Je te souhaite de bonnes lectures.
    Marion

    J'aime

  2. Pingback: Bilan livresque – Février 2015 | Alice Neverland

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s