Penryn et la fin du monde – Susan EE (Angelfall #1)

Couverture Angelfall, tome 1 : Penryn et la fin du monde

Résumé :

Le monde court à sa perte. Depuis six semaines, les anges attaquent les humains et ont entrepris de détruire la civilisation. Alors que Penryn tente de prendre soin de sa petite sœur, Paige, handicapée, et de sa mère, paranoïaque et schizophrène, elle assiste à une scène terrible : un ange, Raffe, se fait couper les ailes devant elle par d’autres de son espèce. Penryn se fait repérer et les anges kidnappent sa petite sœur. L’ange blessé est laissé pour mort. Penryn décide de lui venir en aide, car il est le seul à pouvoir révéler l’endroit où ils ont emmené Paige. Même s’ils sont ennemis, ils entreprennent ensemble leur voyage qui les mène jusqu’à San Francisco, où les anges ont établi leur nid. Raffe espère pouvoir se faire greffer des ailes et Penryn entrevoit enfin la possibilité de sauver sa sœur. Mais c’était sans compter sur la résistance humaine qui se met en place, la nature maléfique de certains anges et l’évolution de la relation entre Raffe et Penryn…


Mon avis :

Je n’avais absolument pas entendu parler de ce livre à sa sortie, et le jour où je l’ai découvert, j’ai immédiatement bloqué sur sa couverture juste sublime. Je savais qu’il me le faudrait un jour. Pourtant, avec l’annonce de la fusion de la collection Territoires avec Pocket Jeunesse, j’ai tout simplement abandonné l’idée par crainte de ne pas voir la suite d’éditée (comme cela arrive bien trop souvent malheureusement…). J’ai enfin sauté le pas avec la sortie du second tome, et je me suis ainsi lancée dans cette aventure.. 

J’ai, dès le début, été perdue. On se rend compte qu’il s’est passé quelque chose, que des anges ont débarqués sur Terre, que des millions de gens sont morts et des villes détruites. Pourtant Susan Ee ne rentre pas dans les détails et nous fait pénétrer avec son héroïne, Penry, au cœur même de l’action. Sauf que je n’ai tout simplement pas réussi à comprendre de quoi il en retournait. Il y avait des survivants ? Des gangs ? Mais que faisaient-ils ? Depuis quand survivaient-ils ? Comment Penryn, sa mère et sa sœur avaient fait pour atterrir là où on les découvre ? Bref, je n’ai pas réussi à cerner dès le début le contexte de l’histoire, comme s’il me manquait un prologue, un pré-quel, et cela m’a grandement gênée tout au long du récit, où l’auteur nous dévoile d’un coup un élément essentiel à la compréhension comme si on était déjà censé le savoir – ce que j’aurais bien aimé…

Malgré cette prise en main assez brouillonne, j’ai beaucoup aimé cette description post-apocalyptique que fait Susan Ee. Elle ne fait absolument pas dans la dentelle, et nous dévoile un monde où les atrocités règnent. Plusieurs scènes sont violentes, voire glauques, mais elles représentent parfaitement la réalité de l’évolution d’un monde livré à lui même, où les humains survivent dans l’anarchie la plus extrême, sans comprendre réellement la situation. L’univers est sombre, on ressent le danger à chaque page, et Susan Ee sait parfaitement maintenir son ambiance. Du coup le lecteur reste en haleine, attentif et sous pression, il attend, il guette, il essaie de voir où l’auteur l’emmène sans jamais réussir à devancer quoique ce soit. A ce niveau là c’était époustouflant, et c’est ce qui m’a complètement convaincue.

J’ai aussi très vite été passionnée par le duo Penryn-Raffe. L’alchimie est là, parfaitement ressentie, et fonctionne à merveille. Penryn est assez butée, mais il lui fallait bien cela pour survivre dans ce monde, et ça lui donne un côté tête-brûlée qui colle parfaitement à l’ambiance du livre. Elle ne se laisse pas faire, ce n’est pas une jeune demoiselle en détresse, téméraire, franche, débrouillarde, elle est l’héroïne parfaite pour ce livre.

Quant à Raffe, à la manière de Penryn je ne savais pas trop quoi penser de lui pendant une longue partie de l’histoire. Il reste froid, garde ses distances, mais on sent bien vite qu’il y a quelque chose à creuser derrière. Et la dernière partie du roman nous donne raison, dans une situation où de grandes révélations sont faites, permettant de mieux cerner le personnage tout en s’interrogeant encore plus encore. Un ange complexe, intrigant et loin du preux chevalier, encore une fois c’est tout bon, rien à redire.

L’histoire en elle-même se dévoile au fur et à mesure, dans une tension constante. On découvre un monde dangereux, quasi inhumain, et on se pose irrémédiablement énormément de questions. Et quand celles-ci trouvent leur réponse, c’est pour mieux s’interroger encore. L’univers est très complexe, on a du mal à cerner les bons des méchants, on sent que l’auteur prend du plaisir à jouer avec nos nerfs et à nous pousser dans nos derniers retranchements.

Ce livre est passionnant, sans conteste. La prise en main reste délicate, et j’aurais aimé avoir bien plus d’éléments en ma possession pour mieux appréhender l’histoire. Au lieu de cela, on plonge dans l’inconnu, dans un monde sombre et fourmillant de dangers, et où l’auteur nous entraine à un rythme soutenu à travers les pages de son histoire. Et quelle histoire ! Les héros sont captivants, l’univers est détonnant, le tout est affolant et ensorcelant. Je n’ai plus qu’une hâte : me jeter sur le tome deux !


Éditions Fleuve Noir – Collection Territoires – Pocket Jeunesse
03 avril 2014
17.90 €
404 pages

10 réflexions sur “Penryn et la fin du monde – Susan EE (Angelfall #1)

  1. Pour ma part je suis tout simplement tomber raide dingue de ce livre. J’avais, comme toi, été freinée par la fusion de PKJ et Territoires, et au vu d’une PAL trop importante j’avais estime que ce livre n’en valait pas le coût. Que nenni !
    Je m’attendais à une histoire avec une héroïne nunuche à souhait, suivant un beau gosse angélique comme un chien derrière sa maîtresse. Et franchement je regrette ! Parce que Ee nous entraîne dans un road-movie mi-reel mi-fantastique parfaitement dosé. Sincèrement, la situation m’a fait penser à The Ones avec un côté très « situation actuelle mais dystopique ».
    L’héroïne… ENFIN une qui n’as pas pour grand projet de sauver le monde ! Enfin une qui ne pense qu’a sa poire ! Inutile de préciser que les héroïnes « héroïques » des romans me déplaisent, je préfère les cas plus réels. C’est vrai, si cela nous arrivait vraiment, je pense que chacun penserait avant tout à lui !
    Je ne suis pas du tout déçue de cette histoire au final, qui m’a transportee. Pourtant, je suis très difficile au niveau des histoires d’anges (Hush Hush et Le Baisers de l’ange étant mes seules exceptions).

    Merci pour cette chronique, qui m’a poussée à repêcher ce livre des mes armoires.

    Aimé par 1 personne

    • Je suis ravie que ce premier tome t’ait plu !
      Je suis complètement tombée sous le charme de Penryn également, c’est une héroine bien plus proche de nous que les « traditionnelles ». Et elle ne change pas du tout au tout parce qu’un bel ange est dans les parages, loin de là ! Elle pense à elle, à sa survie, et à celle de sa famille également. Bref, une véritable bouffée d’air frais cette fille là !
      J’espère que tu te régaleras tout autant avec les tomes suivants 🙂

      J'aime

  2. Pingback: Top Ten Tuesday : Les 10 univers livresques dans lesquels vous n’aimeriez surtout pas vivre | Alice Neverland

  3. Je viens de me l’acheter aux éditions livre de poche au salon du livre. Très belle couverture ! Merci pour ta chronique car je sais à quoi m’attendre niveau lecture et je sais maintenant que ce livre risque d’être rempli d’actions. J’adore le monde des anges. J’espère être servie 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Bilan livresque – Avril 2015 | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s