Phobos – Victor Dixen (Phobos #1)

Couverture Phobos

Résumé :

Six prétendantes d’un côté.
Six prétendants de l’autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


Mon avis :

J’ai immédiatement eu ce livre dans le viseur quand la Collection R a révélé la couverture de ce dernier. Sublime, elle promettait un voyage des plus intrigants. Un sentiment que renforçait la quatrième de couverture, qui a confirmé ce premier coup de cœur esthétique pour ce livre. Je n’ai donc pas attendu et me suis directement plongée dans cette histoire dès sa réception.

J’ai directement été saisie par la nouveauté que propose ce livre. Du jamais vu, Victor Dixen a su respecter les codes de la littérature jeunesse tout en nous servant un récit fort, puissant, original jusque dans sa narration. Même si, à cause de cela, la prise en main fut un peu laborieuse, une fois que j’avais compris sa démarche narrative, j’ai immédiatement été prise dans le jeu de l’histoire.

Et quelle histoire ! J’ai été captivée dès le début. Victor Dixen nous propose à la fois un livre fictif, mais aussi une réflexion sur la société. Tout en nuance, il nous fait profiter du récit, mais nous pousse à nous interroger sur les enjeux et les actes qui ont poussé à une telle situation.

Mais au-delà de cette réflexion sociétale, il nous sert une histoire tout simplement parfaite. Délicieuse mais angoissante, on a très vite toutes les cartes en mains. Et loin de nous apaiser,  cela renforce au contraire cette sensation d’étouffement. Car ce qui est, pour nos douze jeunes gens, un avenir plein d’espoir semble n’être qu’un jeu pour certains. Et je me suis retrouvée à tourner frénétiquement les pages, redoutant la fin de ce premier tome, mais désireuse d’en connaitre à tout prix l’avancée.

Je suis allée de surprise en découverte, j’ai été scotchée par les nombreux rebondissements, et j’ai été happée par l’écriture si originale, ce mélange narratif hautement addictif entre télé-réalité, théâtre et fiction qui fait monter la tension petit à petit, jusqu’à nous laisser sur un final aussi angoissant qu’époustouflant. Une fin qui m’a laissée pantoise, survoltée et convaincue ; une fin qui annonce une suite tout aussi phénoménale.

Victor Dixen a su me convaincre avec ce titre, le premier que je lis de sa plume. Il a accompli un travail remarquable de précision ; rien n’est laissé au hasard, tout à une place dans son œuvre. Les personnages sont également parfaitement travaillés, chacun possède ses caractéristiques, ses secrets, et sa propre personnalité. J’avais l’impression de les voir, d’assister à leur rencontre, et de suivre les caméras qui les filmaient. Cette impression d’y être, tout simplement.

C’est un énorme coup de cœur pour ce premier tome. Je partais avec une énorme envie d’être surprise, et je l’ai été dans tous les sens du terme. C’est une lecture plus qu’addictive, une expérience unique, un récit orignal. Une recette parfaite pour un livre qui n’est que pure perfection. Et une suite qui va être très dure à attendre…

Chronique rédigée pour :

Bottom_texture

15 réflexions sur “Phobos – Victor Dixen (Phobos #1)

  1. Je ricane intérieurement tandis que je t’écris cet avis quelques secondes après celui sur Royal saga. On ne trouvera pas plus opposé 🙂

    Connaissant l’univers de l’auteur par la saga Animale, je m’attendais à beaucoup. J’apprécie les descriptions détaillées, les parallèles énigmatiques et les liens entre des personnages que l’on ne saisit jamais vraiment.
    Et je peux le dire : Phobos a TOUT.
    Un concept excellent, des regards croisés palpitants et qui donne de la consistance au récit, des personnages travaillés et un univers quasi-semblable au notre.
    Phobos est, à l’instar de The Ones pour ne citer que lui, un récit qui paraît se dérouler la veille ou au lendemain d’aujourd’hui. Cette proximité avec notre monde est un avantage du livre, qui rapproche des personnages par conséquents.
    J’ai adoré la façon dont l’auteur développe TOUS les personnages, même ceux que l’on ne voit que très peu au final. Je suis tombée amoureuse de chacun des prétendants, j’ai ressenti cette amitié teintée de jalousie des prétendantes entre elles. J’ai apprécié connaître la quête de vérité se cachant derrière la simple aventure spatiale avec les nombreux retours sur la terre ferme.
    Bref, je ne sais que dire, si ce n’est que sitôt la dernière page terminée j’ai couru acheter le second tome, et le troisième dans la foulée, avec ce besoin presque additif que j’avais eu avec After de vouloir connaître absolument la fin d’une histoire qui tient en haleine et prend au coeur.
    Je suis ravie de ne pas avoir été déçue par Dixen, un excellent auteur qui maîtrise tous les genres à la fois, et par les éditions R, qui commençaient à me décevoir quelque peu après les excellentes premières parutions de leur catalogue.

    Aimé par 1 personne

    • JE suis heureuse de voir que tu as apprécié Phobos. C’est un véritable petit OVNI dans son genre, et Victor Dixen a réussi à me surprendre à de nombreuses reprises avec cette série. On sent que tout est calculé, tout est recherché, et rien n’est là par hasard. Tant et si bien que l’histoire apparait vraiment plausible, et c’est tellement remarquable ❤

      J'aime

  2. Pingback: Phobos, tome 3 : Il est trop tard pour regretter – Victor Dixen | Alice Neverland

  3. Pingback: Phobos Origines, tome 2.5 – Victor Dixen | Alice Neverland

  4. Pingback: Rétrospective – Année 2015 | Alice Neverland

  5. j’ai lu ta chronique sur Phobos (tome 2) et je lis celle là et je suis emballée par l’histoire et ton enthousiasme…
    Je suis passée dessus au moins 50 fois sans que ni le titre ni la couverture ne m’interpelle.. Tout simplement pas eu envie de m’y attarder…
    Le hasard faisant bien les choses et surtout le « matraquage » j’imagine, à force de le voir et le revoir j’ai tout de même pris quelques minutes pour lire ta conclusion…
    J’y ai vu Super Super Super… ben si après ça je passe à côté sans le lire c’est que je suis un Super Ane … aussi ça y’est celui là également dans ma tablette…
    Bon … merci Alice…
    Je me sens mieux quand j’ai de l’avance… Manquer de livres à lire est une de mes phobies, et là j’en ai bien une dizaine de côté… de quoi remplir les 20 prochains jours… YESSSS

    Dès que je l’ai lu je viens t’en toucher deux mots… je crois bien que je suis la plus bavarde de tes abonnées non ?… .lol… pas grave… j’assume 🙂

    Aimé par 1 personne

    • J’aurais presque envie de m’excuser, mais non. Car Phobos fait parti de mes saga coup de coeur cette année. L’originalité dont elle fait preuve est juste exceptionnelle, une véritable pépite… J’espère vraiment que tu te régaleras autant que moi, mais je ne me fais pas trop de soucis, c’est vraiment une valeur sûre …
      Je n’ai qu’une chose à te dire.. Passe une très, très bonne lecture !
      (et j’aime tes bavardages, que dis-je, je les adore 😉 )

      Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Phobos, tome 2 – Victor Dixen | Alice Neverland

  7. Pingback: Juin 2015 : Bilan Livresque – partie 1 : lectures | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s