Sword Art Online, tome 1 : Aincrad – Reki Kawahara

Couverture Sword art Online (roman), tome 1 : Aincrad

Résumé :

Un « game over » entraînera une mort réelle.
Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online.
Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna, une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier.
Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi.


Mon avis :

L’an dernier, je suis tombée un jour complètement par hasard sur l’anime de Sword Art Online. Et je peux vous affirmer sans complexe que j’ai été immédiatement scotchée devant ma télé, complètement captivée par cette découverte. Il faut dire, la première chose qui m’a happée était le chara design : un trait fin, poétique et mignon, difficile de croire que l’on se trouvait dans un shonen ! A côté de cela, une fois que j’ai enfin compris de quoi il en retournait quant à la trame principale, j’étais tout simplement foutue, puisque SAO parlait parfaitement à mon côté gameuse. (six ans de MMORPG, cela ne s’oublie pas). Bref, il ne m’a donc pas fallu très longtemps pour m’intéresser de plus près à tout ce qui touchait à cette licence.

J’ai ainsi découvert l’existence de cette light novel, soit une version romancée de l’anime, mais pas que. Impossible de ne pas parler de l’ouvrage en lui-même, car j’avoue que les éditions Ofelbe ont accompli un travail remarquable et tout simplement sublime. Ainsi, ce livre est enrichi d’illustrations couleur tirées de l’anime, ou encore celles en noir et blanc du manga. De quoi permettre une immersion totale et complète dans l’environnement décrit, et de très vite comprendre les tenants aboutis du récit.

Parlons-en, d’ailleurs, du récit. Je vous avoue que, malgré l’attrait qu’exerçait cet opus sur moi, j’étais plutôt dubitative quant à cette lecture, et j’ai donc trainassé quelque peu les pieds. Je vais être franche, j’avais très peur de tomber dans une simple version de l’anime romancé, et donc de ne pas découvrir grand chose de nouveau par rapport à ce que je connaissais déjà. Puis les avis ont commencé à tomber et c’est sans surprise que je me suis dit qu’il fallait que je me procure ce livre le plus vite possible.

Sword Art Online : Aincrad, c’est l’histoire de Kirito, un joueur piégé depuis deux ans dans le jeu du même nom en compagnie de 9999 autres joueurs. En effet, lors du lancement officiel de ce jeu en ligne, les dix mille joueurs ont découvert qu’il leur était impossible de se déconnecter. Il faut comprendre : SAO propose une expérience de gaming unique dans son genre, puisqu’il s’agit d’une immersion complète et sensorielle dans le jeu vidéo à l’aide d’un casque qui génère des ondes sur le cerveau afin de reproduire ce que le joueur vit virtuellement. Le gout, le toucher, la vue, l’odorat, l’ouïe.. Le joueur ressent la moindre petite expérience qu’il expérimente virtuellement. Le jeu parfait en somme, à un détail près : son concepteur a piégé tous les joueurs, qui se retrouvent alors coincés dans l’Aincrad, une forteresse volante de cent niveaux. Leur seul moyen de quitter le jeu ? Vaincre le boss du centième étage. Sauf que, s’ils meurent dans le jeu, ils mourront également dans la vie réelle. C’est donc une partie unique qui commence, où aucune résurrection n’est possible…

Alors oui, on retrouve exactement les même évènements que dans le manga ou l’anime. Sauf que la light novel permet de développer tout un pan qui jusque là avait été oublié dans les versions précédemment citées : le côté émotionnel. Sword Art Online : Aincrad fait ainsi la lumière sur tout cet aspect qui n’avait pas vraiment réussi à transparaitre jusqu’alors. On comprend beaucoup, beaucoup mieux les actions, les décisions des protagonistes, mais surtout comment ils en sont arrivés jusque là. Par exemple, je trouvais que la relation entre Kirito et Asuna avait évoluée bien trop rapidement. Mais grâce au récit, j’ai beaucoup mieux compris certaines choses.

J’ai également beaucoup apprécié de retrouver les « hors séries » en fin de tome. Les hors-séries, ce sont ces épisodes qui n’ont rien à voir avec l’intrigue principale, mais qui sont tout de même racontés dans le récit. Ils ne font pas spécialement avancer l’histoire, mais ils permettent d’en développer l’environnement et de mieux comprendre ce qu’il s’est passé durant ces deux années de jeu. Le fait de les avoir maintenus en dehors du récit principal peut paraitre assez décousu. Pourtant j’ai apprécié énormément le geste, puisque cela permet de ne pas casser le rythme du récit. Une conception originale donc, mais à laquelle j’adhère complètement.

Pour conclure : c’est sans surprise que j’ai énormément apprécié cette histoire romancée de Sword Art Online, plus aboutie, plus complète. J’étais déjà fan auparavant, je le suis bien plus encore maintenant. Et même si je connais la suite du récit, je ne vais pas hésiter à la dévorer dès que possible. Il ne me reste plus qu’à me la procurer maintenant…


Parution :  12 mars 2015
Éditions : Ofelbe
Nombre de pages : 502
Prix : 19.90€
5

16 réflexions sur “Sword Art Online, tome 1 : Aincrad – Reki Kawahara

  1. Pingback: Dan Machi, La légende des familias, tome 1 -Fujino Omori | Alice Neverland

  2. Pingback: Sword Art Online, tome 4 : Mother’s Rosario – Reki Kawahara | Alice Neverland

  3. Pingback: Log Horizon, tome 2 : Le couronnement du roi gobelin – Mamare Touno | Alice Neverland

  4. Pingback: Sword Art Online, tome 3 : Phantom Bullet – Reki Kawahara | Alice Neverland

  5. Pingback: Log Horizon, tome 1 : Premiers pas dans un autre monde – Mamare Touno | Alice Neverland

    • Tout pareil, j’ai en fait été choquée de voir le mot « a suivre » en plein milieu du livre, je ne m’y attendais pas du tout. Et puis finalement, j’ai compris que si on avait intégré ces hors-séries dans le récit, on aurait perdu en fluidité et en rythme. Une démarche qui maintenant me parait parfaitement adaptée !

      Aimé par 1 personne

  6. Bonjour bonjour,
    Merci merci pour ton avis.
    Un très très bon roman, d’ailleurs j’ai déjà acheté le deuxième, mais encore eu le temps de le lire. Et j’ai acheté tous les mangas. Pour ce qui est de l’anime, c’est plus trop mon truc…
    Je trouve que l’auteur à vraiment sut retranscrire ce que l’on peu ressentir lorsque l’on joue à ce genre de jeu. J’ai pendant longtemps été addict à Flyff, et ce roman m’a fait y retourner dessus, idem pour mon mari.
    Voili voilou

    Aimé par 1 personne

    • En tant que gameuse, j’ai effectivement trouvé que Reki Kawahara avait su parfaitement exploiter les sentiments et sensations que l’on retrouve en jouant aux MMORPG, mais sans tomber dans la caricature non plus, comme c’est malheureusement bien trop souvent le cas quand on touche à ce domaine.
      Le tome 2 s’est glissé sans surprise tout en haut de ma WL, j’espère pouvoir m’y plonger très vite dedans 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s