Une braise sous la cendre, tome 1 – Sabaa Tahir

Couverture Une braise sous la cendre, tome 1

Résumé :

Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. »
Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.


Mon avis :

J’ai entendu parler de ce livre bien avant sa sortie, avec la déferlante d’avis positifs et de coups de cœurs rencontrée sur les réseaux sociaux. C’est donc sans hésiter que je me suis procuré le roman quelques jours seulement après sa sortie.

Malheureusement, comme à chaque fois qu’un livre fait le buzz, je pense en avoir beaucoup, beaucoup trop attendu. Résultat : pas de coup de cœur pour moi même si, je ne le cache pas, j’ai passé un excellent moment.

Une braise sous la cendre fait partie de ces romans fantastiques jeunesses dont je suis friande. L’univers ici est vraiment exceptionnel et très bien pensé. Mais le fait que l’on ne reste que dans l’univers fermé de Blackcliff m’a empêché de véritablement prendre conscience et connaissance de ce monde créé par l’auteur. C’est ce qui fait que je n’ai pas réussi à pleinement entrer dedans, même si l’histoire était très accrocheuse.

Car impossible de ne pas vibrer pour Laïa et Elias. Impossible également de ne pas avoir envie de savoir ce qui va leur arriver à eux ainsi qu’à ceux qui les entourent. Pourtant, là aussi j’ai eu l’impression que l’auteur ne restait qu’en surface. Laïa se démène pour sauver son frère, Darin, ce qui est très noble de sa part. Mais sa façon de faire confiance à n’importe qui, sa naïveté face au danger de sa situation m’ont parfois faits lever les yeux au ciel. Elias m’a également exaspérée par moment, surtout avec son attitude vis à vis d’Aquilla. Il est assez incertain dans ses choix mais j’ai réussi à bien mieux le comprendre que Laïa.

De plus, les chapitres ne sont finalement qu’un enchainement successif d’actions et de péripéties. J’avais également vu venir la plupart des évènements qui se produisent, et je n’ai réussi qu’à n’être que peu surprise face à leur déroulé. Même si, je dois l’avouer, l’auteur a une imagination vraiment débordante et ne nous laisse aucun répit. L’horreur de la situation nous vient très vite, et ce dès le premier chapitre. On sait donc que ce ne sera pas du tout rose, ni du tout cuit, loin de là. Et heureusement, car cela a pu compenser les autres points.

Par contre, j’ai beaucoup aimé que la romance ne soit qu’à peine esquissée et qu’elle ne dirige pas l’histoire. Surtout, j’ai aimé le fait de ne pas du tout savoir dès ce premier tome qui allait finir avec qui. Un élément assez rare dans la littérature jeunesse pour être souligné, et c’est ce fait qui m’a tenue intriguée durant toute ma lecture. Et même une fois ce premier tome terminé, j’avoue ne toujours pas savoir pour qui va ma préférence, ni comment tout cela va pouvoir évoluer.

Au final, je referme ce livre avec énormément de questions sans réponses. L’auteur a abordé beaucoup de sujets plus qu’intéressants mais ne semble pas les approfondir par moment, ce qui m’a laissée trop souvent sur ma faim. Je pense notamment à Cuisinière, où encore à ce fameux Seigneur… J’ai eu cette impression que Sabaa Tahir a voulu nous présenter tout ce qui allait nous attendre mais tout en n’effleurant qu’à peine les choses pour nous faire languir jusqu’aux révélations à venir.

Pour conclure : j’ai vraiment beaucoup aimé le monde qu’a su construire Sabaa Tahir, et je me suis régalée auprès de Laïa et d’Elias. Mais je reste complètement sur ma faim, avec l’impression au final de ne pas connaître grand chose de tout cela. Une braise sous la cendre pose ainsi une excellente base pour les prochains tomes, mais j’en attends du coup énormément. Car avec tous les mystères soulevés par l’auteur, la suite des évènements s’annonce bien plus intense et, surtout, très intéressante !


Retrouvez ma chronique sur :

Bottom_texture

7 réflexions sur “Une braise sous la cendre, tome 1 – Sabaa Tahir

  1. J’ai tardé à lire ce livre à cause de l’engouement suscite. Lors de la sortie du second tome , je me souviens avoir croisé des gamines en folie dans les rayons de la Fnac en train de traîner leurs mères à la recherche du précieux livre.
    Alors je me suis lancée.
    Comme toi, je vais à contre-courant de l’engouement général.
    Certes le livre est très bon. Mais il manque ce truc. Ce petit truc qui rend une histoire vraiment kiffante, si j’ose le dire.
    L’univers du roman est vraiment très bien développé et transporte dans un monde de sable et de douleur.
    Mais parfois je ne savais plus trop où je me trouvais. Tandis que je m’acclimatais à un univers très martial et pieds-sur-terre, voilà que la magie s’en mêle. Et là, j’ai bloqué. Je pense que si l’auteur avait bien voulu laisser de côté ces histoires de chants qui guérit et d’esprits malins, le récit aurait été plus plaisant.
    Le point fort du roman est pour moi l’héroïne. J’ai ADORÉ pour une fois de rencontrer une jeune fille qui ADMET sa faiblesse et ne cherche pas à se transcender. Elle fait les choses pour elle, en pensant aux impacts personnels. Elle ne se retrouve pas investie dans un devoir global, mais elle pense à elle et à ce qui la touche vraiment.
    Comme toi, j’ai aimé ne pas pouvoir définir un couple phare du roman. En cela je trouve que l’histoire ressemble à la vie réelle ; au détour des rencontres on peu croiser plusieurs personnes que nous allons apprécier, sans forcément leur jurer un amour éternel comme dans les romans NA où les héroïnes « fortes » tombent en pâmoison devant une poitrine velue. Bref, ce flou dans les relations de coeur à porté l’histoire et incite le lecteur à ne pas se concentrer sur trop de bonheur.
    Car en effet le roman est sombre. Les épreuves de nos héros sont dures, et remettent tout en perspective. Il s’agit véritablement de savoir jusqu’où on est prêt à aller pour soi-meme, et à partir de là jusqu’où nous pensons que les autres vaillent la peine d’aller.
    En cela je peux comprendre l’engouement de cette saga. Mais je vais attendre de lire le deuxième tome, en espérant trouver ce petit truc en plus 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Encore une fois, je suis complètement d’accord avec ton analyse.
      Sabaa Tahir nous livre ici une histoire fantastique très sombre comme on n’en retrouve que peu en YA. Pourtant, il m’a manqué ce petit quelque chose pour vraiment en faire un coup de coeur. L’univers est accrocheur, les personnages imprévisibles mais j’avais toujours l’impression de courir après quelque chose, d’être dans l’attente..
      Après, ça reste quelque chose de très atypique en son genre et ce fut une bonne lecture que je ne regrette absolument pas !

      J'aime

  2. Pingback: Une braise sous la cendre, tome 2 : Une flamme dans la nuit – Sabaa Tahir | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s