La Passe-Miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

Couverture La Passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du ClairdeluneFraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.


Mon avis :

Bon… Le premier tome avait était un véritable coup de coeur. Sans surprise, je me suis donc immédiatement jetée sur la suite, et.. Wowww… J’en ai encore une fois pris plein les yeux. Les fiancés de l’hiver était parfait, et pourtant Les disparus du Claidelune est encore mieux. Comment décrire quelque chose de mieux que parfait ?

J’avais complètement adoré la découverte de l’univers de Christelle Dabos. Mais, en général, les seconds tomes souffrent le plus souvent d’une certaine baisse de régime. Des tomes qui servent plus de transitions qu’autre chose. Ici, que nenni. Ce tome était encore meilleur et nous plonge complètement dans les intrigues de cour. Mais surtout, on pénètre enfin dans l’aspect mythologique de la saga. Et qu’en dire, si ce n’est que c’était époustouflant de complexité et de virtuosité !

Car Christelle Dabos ne fait absolument pas les choses à moitié. Rien n’est simple ; chaque élément, chaque détail, aussi infime soit-il, fait parti d’un tout extrêmement complexe et calculé. C’est hallucinant la rigueur dont elle a fait preuve ; les éléments s’emboitent tout doucement, les uns dans les autres, jusqu’à réussir à former un tout que je n’avais absolument pas imaginé, ni vu venir. Je ne savais plus où regarder tant l’univers qui se découvrait au fur et à mesure sous mes yeux n’était que pure merveille. Et à chaque fois que je me rendais compte de la cohérence de tout cela, je restais complètement ébahie.

La mythologie qui entoure l’histoire nous donne une véritable claque. J’ai ai pris plein les yeux, une fois de plus, je me suis régalée de chaque miette que nous distribuais l’auteur. J’en ai dévoré chaque indice, chaque élément et j’attends impatiemment qu’on me resserve. C’est simple, je suis devenue complètement accro à cet univers, cette ambiance, cette facette mystique qui m’intrigue, me captive et me pousse à m’interroger sur bien des choses dans ce récit.

Mais il m’est impossible de vous parler de l’intrigue, car l’auteur nous embarque et nous trimballe tout au long des chapitres là où elle le souhaite. De surprises en retournements de situations, impossible de prédire la finalité de sa démarche, et il faut tout simplement profiter de chaque mot qu’elle dévoile. Je n’en dirais donc pas plus sur ce côté là, si ce n’est que, là aussi, tout en vaut le détour. Je n’ai jamais lu d’histoire aussi délicieusement imprévisible. Un pur délice !

Par contre, Bérénilde, Archibald, Farouk et encore bien d’autres encore sont une fois de plus au maximum de leur capacité. C’est hallucinant le relief et l’épaisseur qu’a su fournir l’auteur à tous ses personnages. Ils prennent véritablement vie sous nos yeux, là aussi tout est incroyablement cohérent, et ils pourraient tout simplement exister tant ils paraissent réels. Et que dire d’Ophélie et de Thorn… J’en ai des étoiles pleins les yeux à chaque fois avec eux, je me régale complètement de leur duo, pourtant si mal assorti, mais qui devient petit à petit des plus naturels.

Pour conclure : Riche, complexe, originale, dense et addictive… Voilà qui résume mon ressenti. Je suis accro, et je me sens orpheline de quitter un tel univers. Je sais que je ne dévoile pas grand chose dans cette chronique, car je ne veux prendre aucun risque et ne rien laisser fuiter. L’histoire que nous sert Christelle Dabos s’enrichit complètement avec ce second opus qui est tout simplement parfaite du début à la fin. Bref, ce livre est terminé, et pourtant, il m’en faut plus… Sincèrement, si vous n’avez pas encore lu le premier tome, mais que vous aimez les univers originaux, complexes et pourtant si faciles d’accès, n’hésitez même plus. Cette saga est un énorme coup de coeur pour moi et s’est imposée en peu de temps comme l’une de mes séries préférées. Et si vous aimez le fantastique jeunesse, ce sera à coup sûr un coup de coeur également pour vous !


Merci à Babelio et aux éditions Gallimard pour l’envoi de ce livre.

Parution :  29 octobre 2015
Éditions : Gallimard
Nombre de pages: 560
Prix : 19 €

10 réflexions sur “La Passe-Miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

  1. Pingback: [Chronique] La Passe-Miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Le coin SFFF

  2. Pingback: Rétrospective – Année 2015 | Alice Neverland

    • J’en trépigne d’impatience ! J4ai tellement hâte de savoir ce qu’elle nous prévoit pour la suite, je suis incapable de le deviner.. Et tout le mystère qu’elle a su instaurer autour des esprits de famille… J’adore ❤
      Je pense qu'il va falloir prendre notre mal en patience, elle n'est "seulement" qu'en pleine écriture ! Mais je fais confiance à cette auteur les yeux fermés !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s