Bad, tome 1 : Amour Interdit – Jay Crownover

Couverture Bad, tome 1 : Amour interdit

Seul l’amour pourra les sauver…

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.


Mon avis :

J’avais adoré Jay Crownover dans Marked Men. J’étais donc bien curieuse de redécouvrir sa plume dans Bad, son autre saga sortie simultanément chez Harlequin cette fois. Une série où l’on retrouve une fois encore la thématique des bad boys, mais les « vrais », ceux qui font peur, qui n’ont rien de bon à promettre et qui nous assurent une ambiance sombre, malsaine mais prenante.

A ce niveau là, pari rempli. Bax, le héros, n’est pas un enfant de coeur, loin de là, de même que l’univers où il évolue ainsi que ses connaissances. Oubliez la trame habituelle du conte de fée où tout est bien qui finit bien et où le mauvais garçon, qui se découvre une conscience grâce à l’amour, se transforme en chevalier servant.

Ici, Bax est nocif et on le comprend très vite. Dès le départ, on découvre très vite sa personnalité pleine de noirceur ainsi que le peu d’espoir qu’il a quant à son avenir. Alors oui, sa relation avec Dovie va lui amener un peu de lumière dans son son univers des plus sombres, mais il ne va pas changer pour autant. Il est ce qu’il est, sûr de lui, bagarreur, voleur et voyou. Le genre d’homme qui vous ferait changer de trottoir d’un simple regard, et à juste titre.

Concernant le cadre de la série, on se rend vite compte que The Point nous dresse un portrait bien loin des banlieues américaines habituelles. On sent que ceux qui grandissent dans cette ville n’ont absolument aucun moyen d’en sortir, ou de s’en sortir ; que n’importe quel habitant finira par baigner tôt ou tard dans les affaires louches qui gangrènent cette ville. En dehors de très rares exceptions, où quelques chanceux ont su saisir au vol une main tendue, The Point bousille tous ceux qui ont le malheur de vivre en son sein. La toxicité de cette ville se ressent très vite, et le lecteur prend alors conscience du malaise qui y règne et que Jay Crownover réussi parfaitement à retranscrire. Et pourtant, c’est ce qui fait le charme de cette série et qui la rend si addictive. Car, au final, j’ai évolué dans cette ville avec un certain plaisir coupable…

Quant à l’intrigue, elle colle parfaitement avec l’ambiance de la ville. Les deux vont de pair : c’est sombre et violent, on étouffe presque tant la ville semble nous avaler. Pourtant, j’ai été complètement captivée par ce que j’y ai découvert. Car, même si les personnages rencontrés ne sont pas vraiment des personnes de confiance, je m’y suis tout de même attachée, et j’avais vraiment envie de découvrir comment Bax allait pouvoir sortir de son histoire en un seul morceau, vivant, tout en protégeant ceux auxquels il tient. Et, une chose est sûre, c’est que cela ne sera pas du tout une mince affaire…

Pour conclure : si Marked Men m’avait plu par le côté bad boy de ses personnages, ce n’est rien à côté de ceux que l’on rencontre dans Bad. C’était très étrange de plonger dans cette ambiance où l’espoir n’est qu’un simple mot, et pourtant je me suis vraiment prise d’affection pour Bax, Dovie et leurs comparses. Une série qui ravira sans surprise les amoureu(x)ses de bad romance !


Parution : 9 mars 2016
Éditions : Harlequin
Nombre de pages : 384
Prix : 14.90 €
4.5

6 réflexions sur “Bad, tome 1 : Amour Interdit – Jay Crownover

  1. Pingback: Top Ten Tuesday : Les 10 auteurs dont vous avez découvert la plume en 2016 | Alice Neverland

  2. C’est vrai qu’il est sombre. Je crois que Jay Crownover s’est amusée à créer une ville « mauvaise » The point… et des personnages qui lui vont bien.
    Comme elle le dit dans son prologue elle a cherché à faire de Bax le Bad vraiment Méchant quelqu’un qu’une Dovie, vraiment gentille, pourrait aimer.
    Qu’est-ce qui pousserait un être tel qu’elle d’aimer un être malfaisant et mauvais… Et elle réussit fort bien le tour de main, car même nous lecteurs sommes conquis par ce Bax qui sait être Shane.
    J’ai beaucoup aimé cette ville imaginaire et tous ces personnages si caricaturaux et en même temps si vrais.
    J’ai eu l’impression de pénétrer dans un film des années 60 en noir et blanc…
    J’ai franchement beaucoup aimé.

    Aimé par 1 personne

    • Jay Crownover joue vraiment sur la frontière du bon et du mauvais dans cette série. Peut-on reprocher ses actes à Bax alors que, finalement, c’est The Point qui l’a rendu comme ça ? Il devient presque un prince charmant alors qu’il n’en a pas du tout les caractérisqtiques. et c’est ce que j’ai vraiment aimé dans ce premier tome, cette façon qu’a eue Jay Crownover de bouleverser les codes de la romances pour nous prouver que l’amour peut naitre partout, de n’importe qu’elle façon, et qu’on ne peut pas juger ce que l’on ne connait pas.
      Tout comme toi, j’adore The Point, et pourtant elle est loin d’être la ville rêvée. Mais elle attire et on ne peut s’empêcher de vouloir y retourner et en découvrir tous ses secrets. J’adore !
      Encore merci à toi pour cette fantastique découverte. Si j’avais adoré Marked Men, je découvre grâce à Bad que Jay Crownover est vraiment une auteur que je vais suivre avec plaisir.. alors, encore merci ! ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Bad, tome 2 : Amour Dangereux – Jay Crownover | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s