L-DK, Tomes 1 à 9 – Ayu Watanabe

Couverture L-DK, tome 01

Résumé du premier tome :

Aoi vit seule dans son appartement et le garçon qui vient d’emménager juste à côté n’est autre que Shûsei Kugayama, le prince du lycée qu’elle déteste depuis qu’il a froidement rejeté les avances de sa meilleure amie. Mais ce n’est que le début de ses soucis puisqu’elle va inonder l’appartement de ce dernier par accident et devoir l’abriter chez elle le temps des travaux. Shûsei prend alors un malin plaisir à la taquiner dès que l’occasion se présente. Aoi se trouve ainsi tiraillée entre son amie, à laquelle elle n’ose pas révéler la situation et son nouveau colocataire, qui se révèle peu à peu bien différent de ce qu’elle imaginait…


Mon avis :

Voilà un shojo qui fait parti de mes coups de coeur depuis un moment. Je l’avais découvert il y a de nombreuses années, quand il n’existait qu’en scan sur internet. Je désespérais quelque peu de le voir traduit un jour en français étant donné que je ne voyais aucune annonce de ce côté là chez les éditeurs. Et puis, en janvier 2015, Pika a exaucé mon souhait, et j’ai enfin pu tenir le premier tome entre mes mains.

Afficher l'image d'origine

Neuf tomes plus tard, mon engouement est toujours là, et je me précipite à chaque nouvelle sortie chez mon revendeur préféré. Pourtant, l’histoire peut paraitre toute simple, dans la pure lignée traditionnelle des shojo : Aoi, qui vit seule, est obligée de cohabiter avec son voisin, Shûsei, le beau gosse de son lycée. Bien entendu, la situation va évoluer tout doucement vers quelque chose de plus romantique (surtout du côté de Aoi) tandis que des embuches (histoires de famille, autre garçon…) vont intervenir régulièrement (on est shojo ou on ne l’est pas).

Alors, oui, c’est classique, mais c’est aussi furieusement efficace. Ayu Watanabe a une façon de raconter qui rend cette histoire vraiment addictive. Et, à chaque fois, je savoure chaque page en ne voulant surtout pas voir la fin arriver. C’est simple et je me régale vraiment de toutes ces péripéties qui ne font que renforcer le duo Aoi-Shûsei. Au final, je suis toute aussi curieuse de découvrir leur vie de tous les jours que de voir jusqu’où ils iront à deux.

Afficher l'image d'originePour autant, le gros, gros point fort de cette série reste le chara design. La mangaka a su contrebalancer le classicisme de son histoire par un dessin juste superbe. C’est simple, je suis fan du coup de crayon d’Ayu Watanabe, et je suis encore plus fan des personnages qu’elle a su créer. Elle possède tout ce que je recherche quand je lis un shojo : des décors soignés et épurés, très réalistes, mais aussi, et surtout, des personnages ravissants. Car, au-delà de l’histoire, j’aime apprécier ce que je vois dans un manga et, ici, le pari est largement gagné.

Pour conclure : au bout de neuf tomes, je suis toujours accro à cette série dont je guette les sorties avec toujours autant d’impatience. Alors oui, l’histoire est classique, banale, et peut paraitre déjà lue et déjà vue. Pour autant, le coup de crayon d’Ayu Watanabe me régale à chaque fois, et je me repais d’en découvrir les nouvelles péripéties du couple Aoi-Shüsei. C’est doux, léger, mignon et agréable : que demander de plus ? Moi, je suis sous le charme !


Éditions : Pika
Genre : Shojo
Nombre de tomes VO : 19 (série en cours)
Nombre de tomes VF : 9
Prix : 6.95 €

4 réflexions sur “L-DK, Tomes 1 à 9 – Ayu Watanabe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s