Sword Art Online, tome 4 : Mother’s Rosario – Reki Kawahara

Couverture Sword art online (roman), tome 4 : Mother's Rosario

« Si nous arrivons à battre ce boss, nos noms seront gravés sur le Monument des Héros ! »
Malgré tous les obstacles qu’il a surmontés avec brio, Kirito perd un combat face au mystérieux joueur « l’Épée Absolue ».
Intriguée par cette défaite, Asuna décide d’aller à la rencontre de cet individu, qui se révèle être une jeune fille nommée Yuuki.
Après avoir fait la connaissance de sa guilde, les Sleeping Knights, Asuna s’allie au petit groupe afin de les aider à terminer une quête.
Durant cette nouvelle aventure, elle va découvrir un terrible secret qui la marquera à jamais. Une aventure humaine qui dépasse le virtuel !


Mon avis :

Chaque nouveau tome de Sword Art Online est un véritable évènement pour la fan de l’anime que je suis. Mais ce quatrième opus avait une saveur différente puisque, à l’inverse des tomes précédents, je ne savais pas du tout ce qui s’y produisait. J’avais entendu parler de cet ARC comme étant un véritable retour aux sources, et j’étais donc vraiment curieuse de découvrir de quoi il en retournait.

Tout d’abord, petite nouveauté, mais c’est Asuna cette fois qui dirige la narration. Kirito est assez en retrait et apparait quelquefois pour soutenir notre héroïne, mais c’est véritablement cette dernière qui est au centre de cet opus. Et ça change, vraiment. Mieux que cela, j’ai trouvé que cela apportait un véritable vent de fraicheur sur l’intrigue, tout en relançant l’intérêt de cette série. On découvre une nouvelle vision de SAO, un nouveau pan de l’histoire, et c’est vraiment bien réalisé à ce niveau-là.

Afficher l'image d'origine

J’ai adoré retrouver les spécificités des univers de SAO et ALO ; un côté qui m’avait vraiment manqué dans le troisième tome. Dans Mother’s Rosario, on retourne véritablement aux premiers amours de Sword Art Online, à savoir l’heroic fantasy et les combats dans les donjons. Et je me suis vraiment régalée de tout cet aspect là, de cette façon de se replonger dans les combats tout en gardant des petites touches d’IRL (passages se déroulant dans la vie réelle). C’est très bien équilibré, et j’ai eu cet impression que Mother’s Rosario regroupait à lui seul ce qu’il y avait de mieux dans les tomes précédents.

« Une aventure humaine qui dépasse le virtuel. »

L’histoire est assez différente d’ailleurs. Comme je le disais, c’est Asuna qui se fait la narratrice principale, et elle apporte un regard plus serein, plus intense à la série. Mais le fil conducteur est très prenant également, et j’ai été extrêmement touchée par les révélations qui surviennent. Plus intense, et plus psychologique, ce quatrième opus nous montre une vision de la vie à cette époque qui m’a marquée et qui ne m’aura pas laissée de marbre. Yuki aura laissé une marque indélébile malgré son court passage, et je sens que cette expérience va bouleverser Asuna et Kirito durant leur vie entière.

Pour conclure : Mother’s Rosario apporte cette touche d’intensité et de « vrai » que je n’avais pas trouvé dans les tomes précédents, sans que cela me manque pour autant. J’ai été surprise de me rendre compte que j’en avais eu la gorge nouée tant les émotions retranscrites par Reki Kawahara nous serrent le cœur. Asuna s’affirme véritablement avec cet opus et nous permet de voir la guerrière qui se cache sous ses airs de jeune fille de bonne famille. Elle grandit véritablement avec cette expérience, son aura surpassant largement celle de Kirito dans ce tome. Sans surprise, je suis donc plus qu’impatiente de découvrir le prochain ARC qui fait déjà énormément parler de lui malgré une sortie prévue seulement pour le premier trimestre 2017…


Parution :  30 juin 2016
Éditions : Ofelbe
Nombre de pages : 520
Prix : 19.90 €
5

2 réflexions sur “Sword Art Online, tome 4 : Mother’s Rosario – Reki Kawahara

  1. J’en attendais beaucoup de ce tome, ayant visionné l’adaptation en série concernée, et j’avoue être très déçue.
    Mais surtout, je suis déçue par la taille accordée à l’arc Mother’s rosario dans ce volume.
    Bien sûr, lire du SAO reste un plaisir, mais, sur 510 pages, n’en consacré que 220 à l’histoire principale… Bref, je suis déçue, surtout après le trop-plein d’émotions de l’arc Phantom Bullet.
    Je ne m’attarderai pas ici sur les 3 histoires annexes, qui n’ont d’intérêt que de divertir et de raconter la vie de nos chers personnages dans les mondes virtuels. Je saluera toutefois encore la parfaite maîtrise de son sujet à l’auteur, ainsi que ses recherches appliquées.
    Concernant le propos principal, et l’arc MR… l’anime m’avait tout simplement fait pleurer, j’avais été hantée pendant des jours entiers par l’histoire de Yuuki et Asuna. En fait, pour la petite histoire, j’ai découvert la saga SAO pour la première fois lors d’un zappage télévisuel, et j’étais tombée sur l’arc MR. Donc, sa lecture me tenait à coeur depuis mon commencement de la LN.
    Je n’ai pas réussi à retrouver autant d’émotions que dans le tome 3. Pourtant, le propos a de quoi tirer les larmes. En fait, si ce n’est la scène finale très touchante, je me suis un peu ennuyée. J’étais sur les nerfs, que le qui-vive, tandis que j’avalais ces pages qui passaient trop vite. Car voilà, j’avais l’impression que l’auteur ne s’attardait pas assez sur les émotions, comme s’il avait épuisé cette capacité durant le tome 3.
    Mais là où le coup fut rude, ce fut avec le personnage d’Asuna. Pourtant, je suis en admiration devant la personne, elle me paraissait si prometteuse au détour des 3 premiers tomes. Du courage, de l’audace, du caractère. Certes, j’ai aimé découvrir son univers réel, ainsi que cette pression liée aux bonnes familles typiques. Mais je n’ai tout bonnement Pas reconnu le personnage principal féminin. Trop pleine de doutes, trop dans le flou.
    Voilà, ce tome reste malgré cela une bonne lecture, et j’ai hâte de me plonger dans l’arc encore inédit à la télé. Mais je suis déçue.

    Aimé par 1 personne

    • Je suis toujours autant amoureuse de l’anime, que je trouve très bien fait. comme toi, je trouve que les light novel développe encore plus cet univers, et je suis à chaque fois époustouflée de voir à quel point Reki Kawahara a encore bien des choses à nous transmettre !
      Après je te rejoins sur la seconde partie. Moi non plus je ne suis pas trop friande de ces interludes, même s’ils enrichissent l’histoire. Mais c’est une partie qui m’attire moins 🙂
      Après je n’avais pas vu l’animé avant – mais après. Donc le reste na m’a pas touchée comme toi 🙂

      J'aime

Répondre à Anne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s