Vis-à-vis, tomes 1 à 3 – Miya

   

Élodie est une jeune étudiante en commerce international de 19 ans. Elle a tout de la petite bourgeoise parisienne, bon chic, bon genre. Mais elle cache un secret que seules ses amies Mathilde et Jeanne connaissent. La vie d’Élodie va basculer le jour où elle reçoit les résultat des examens de son école…


Mon avis :

Voilà un manga que j’ai u lu sur un coup de tête. A vrai dire, j’ai été attirée par l’image de couverture, très colorée, vive et pétillante, et le résumé me plaisait. Alors, ni une, ni deux, je me suis retrouvée à en lire les trois tomes dans la même soirée.

Afficher l'image d'origineSi j’ai très vite craqué sur le chara design, j’ai réussi à comprendre pourquoi. En effet, l’auteur de cette mini série de trois tomes n’est autre que Miya, la dessinatrice d’Alchimia, le manga dont le scénario a été écrit par Samantha Bailly. Un manga pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur. Alors, une fois le lien entre les deux fait, je peux vous dire que j’étais encore plus curieuse de découvrir cette série.

Le coup de crayon de Miya est sans conteste ce qui m’a le plus plu dans ce manga. Elle récupère tous les codes des shojos japonais et les transpose dans un décor purement parisien. En général, j’accroche mal avec les mangas français mais, avec Miya, je suis toujours séduite par son coup de crayon.

Niveau scenario, il est vrai que j’ai trouvé que l’histoire manquait quelque peu de punch et de surprise. Pour autant, elle reste agréable à lire, tant et si bien que j’en ai lu les trois tomes dans la même soirée. Point fort : on s’attache très vite à tous les personnages que l’on rencontre, très variés. L’héroïne n’est pas agaçante ; pétillante et pleine de vie,  on la suit sans aucune difficulté dans ses doutes, ses espoirs et ses malheurs.

Afficher l'image d'origineJ’ai aussi beaucoup aimé la thématique de la couture que Miya apporte à son récit. Là encore, j’ai trouvé que ça apportait la petite touche française à l’histoire. Et pourtant, malgré cet aspect parisien, Miya nous livre un récit dans la pure lignée des shojos traditionnels. Le bleu, blanc, rouge en plus.

Pour conclure : certes, l’histoire reste un peu prévisible, mais j’ai beaucoup aimé la façon dont Miya transposait son univers français dans le manga traditionnel japonais. Sincèrement, il est très difficile de se rendre compte, au premier coup d’oeil, que la mangaka est bel et bien française. C’est un aspect qui me surprend vraiment à chaque fois et qui permet à ce manga à la française de se hisser au même rang que certaines autres licences japonaises. Une série toute mignonne, pleine de fraicheur, qui m’a fait passer un très bon moment.


Éditions : Pika
Genre : Shojo
Nombre de tomes : 3 (série terminée)
Prix : 6.95 € chaque tome
4

Une réflexion sur “Vis-à-vis, tomes 1 à 3 – Miya

  1. Pingback: Bilan livresque – Janvier 2017 | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s