The Team, tome 2 : Addiction – Lynda Aicher

Couverture The team, tome 2 : Addiction

Et si l’amour était la pire des drogue ?
Un cachet pour la douleur, un pour patiner plus vite, puis un autre pour oublier… Scott ne saurait dire depuis combien de temps c’est devenu son quotidien. Trop, sans doute. Mais c’est un bien faible prix à payer pour tenir son rôle de capitaine de l’équipe des Minnesota Glaciers. Le hockey, c’est toute sa vie, son oxygène… jusqu’à sa rencontre avec Rachel Fielding. Rachel est belle, libre, excitante. Rachel lui donne envie de croire qu’une autre vie est possible. Mais peut-il vraiment changer ? Sans les cachets, il ne peut pas jouer. Et sans le hockey, il ne sait plus qui il est…


Mon avis :

J’avais véritablement adoré le premier tome de cette série, et étais donc pressée de découvrir la suite, mais aussi de retrouver la plume de l’auteur que j’avais beaucoup aimée.

Mais mon ressenti reste très mitigé sur ce livre. Pourtant, j’ai été stupéfaite par le sujet abordé ici par Lynda Aicher, puisqu’elle y parle d’une thématique assez taboue dans le monde du sport : l’addiction.

A la suite d’une énième blessure à son genou, Scott, le célèbre capitaine des Glaciers, l’équipe de hockey, se retrouve obligé de prendre un cocktail de médicaments afin d’en supporter la douleur et de, surtout, pouvoir continuer à jouer. Jusqu’à ce que son avenir au sein même de l’équipe s’en retrouve menacé.

J’ai vraiment aimé la façon dont l’auteur amène ce sujet sur le tapis, petit à petit. Au début, on voit Scott prendre quelques cachets pour la douleur et, comme lui, on se dit que ce n’est qu’un simple médicament pour en supporter la souffrance. Et puis, doucement, on prend conscience, en même temps que Scott, de la gravité de la situation ; que ce n’est plus uniquement pour supporter ce mal, mais que ça en devient vital ; que son corps ne supporte plus le manque et qu’il est devenu addict, tout simplement.

A ce niveau-là, j’ai trouvé que l’auteur avait parfaitement bien traité son thème. Dans un premier temps, on comprend Scott, son rêve, sa passion, et le fait que les médicaments sont le seul moyen pour lui de continuer à jouer. Sur ce point, rien à redire, et j’ai trouvé que c’était indubitablement le gros point fort du récit. C’est avec les autres éléments que j’ai eu plus de mal…

Tout d’abord, il m’a fallu attendre un long, très long moment afin de pouvoir rentrer dans l’histoire. Le début était loin d’être addictif, j’étais complètement détachée du récit et des personnages, et je n’arrivais pas du tout à accrocher. A vrai dire, il ne se passe quasiment rien, et je suis vraiment tombée de haut après l’incroyable coup de cœur que j’avais eu pour le premier tome dès les premières pages. La plume de l’auteur avait perdu ce pétillant que j’aimais temps, et j’ai éprouvé pas mal de difficultés à trouver le point charnière permettant de me lancer enfin dans le récit.

A cela s’ajouter une héroïne à laquelle je ne me suis absolument pas attachée. A vrai dire, elle m’a plus gavée qu’autre chose (et le mot est faible). Sincèrement, l’excuse qu’elle nous sort à la fin pour expliquer son manque d’envie de se lancer dans sa relation… Comment dire… Je n’y ai pas cru, mais alors pas du tout tant elle paraissait venir de je-ne-sais-où. Et, malgré son dévouement envers Scott, je l’ai trouvée trop égoïste sur ce point, à en éprouver une vraie rancœur avec elle. Pour une femme d’une trentaine d’années, elle avait plutôt l’air de se comporter comme une gamine de dix-huit ans. Bref…

Pour conclure : la thématique que développe l’auteur dans ce tome, à savoir les conséquences des blessures liées au sport qui peuvent laisser des séquelles bien plus graves qu’une simple opération, est vraiment le gros point fort de ce second tome. La vision de Scott sur sa propre condition évolue en même temps que celle du lecteur, et j’ai beaucoup aimé ce parallèle. Mais, malheureusement, je n’ai pas réussi à retrouver l’humour pétillant et le mordant de l’écriture de l’auteur qui m’avait séduite dès les premières lignes dans le premier tome. A cela s’ajoute une héroïne qui m’a complètement horripilée… Je ressors donc très mitigée de cette lecture, tout en sachant que je retenterai tout de même l’expérience avec le troisième tome.

Retrouvez mon avis sur le tome 1 ICI.

Parution :  04 janvier 2017
Éditions : Harlequin
Nombre de pages: 360
Prix : 14,90 €
3

7 réflexions sur “The Team, tome 2 : Addiction – Lynda Aicher

  1. Je n’ai pas pu l’acheter car il n’est pas encore paru en version Kindle… et ici en Afrique pas moyen d’avoir tous les livres.
    Aussi après avoir lu ta chronique, je vais m’abstenir. Le Team tome 1 autant que je me souvienne ne m’avait pas vraiment porté. Je me souviens que le personnage féminin m’avait passablement tapé sur le nerfs au point que je lui souhaitais de finir mal…
    J’avais lu il y a très longtemps Red Room , du moins les 3 premiers volumes, je les avais oublié…
    Donc… passe pour moi…
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai jamais testé Red room. Le résumé me plaisait, sans plus. Mais j’avais tellement était agréablement surprise avec le premier tome de the Team que je m’attendais à retrouver ce même plaisir ici. Je suis tombée de haut. Car, certes, le sujet abordé est vraiment bien traité. Mais le reste… bof bof. Sans compter cette héroine, une vraie gamine, qui m’a tapée sur le système.
      Bref, on verra ce que ça donnera avec le troisième opus ( je reste faible quand les livres parlent de hockey 😉 )
      Bisoux !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s