Je suis ton Soleil – Marie Pavlenko

Couverture Je suis ton soleil

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.
Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.


Mon avis :

J’ai découvert Marie Pavlenko avec sa précédente série, Marjane, et j’avais beaucoup aimé son univers. J’étais donc curieuse de la retrouver dans un registre plus contemporain.

Immédiatement, j’ai été séduite par l’humour omniprésent que l’on retrouve dans cette histoire. On garde le sourire aux lèvres durant le récit ; ça fait du bien, beaucoup de bien, et on se régale tout simplement du début à la fin.

« S’il n’y avait pas quelqu’un qui aime, le Soleil s’éteindrait »
– Les Misérables –

Déborah est une héroïne authentique. Normale, mais pas banale, on s’attache tout de suite à son personnage. Avec elle, c’est le passage à la vie d’adulte que Marie Pavlenko nous décrit. Ce moment où on quitte l’enfance pour pénétrer dans un univers plein de responsabilités et d’épreuves dictées par une vie par forcément toujours réjouissante. Pourtant, Déborah va faire preuve d’un humour sans borne et d’un sacré sens de l’autodérision pour relever les difficultés les unes après les autres.

Il faut dire que son année de terminale démarre assez mal, entre son chien-clochard, moche et puant, qui lui mange toutes ses chaussures, sa meilleure amie qui ne se retrouve pas dans sa classe mais qui, surtout, la délaisse complètement, ses parents déprimants qui se comportent bizarrement… Et, pour couronner le tout, elle surprend son père qui embrasse à pleine bouche une femme inconnue au bataillon. Bref, cette année de terminale commence de la pire des façons qu’il soit.

J’ai été incroyablement touchée par Déborah, mais aussi par les autres personnages qui vont graviter autour d’elle, Jamal et Victor. Marie Pavlenko a su me faire rire, me faire pleurer, et je suis passée par une multitude d’émotions. J’avais envie que Déborah retrouve ses rêves et ses espoirs. Ainsi, à travers ce livre, c’est avec tact et tendresse que l’auteur réussit à dépeindre parfaitement la vie des adolescents. Entre situations rigolotes et passages dramatiques, rien n’est laissé au hasard et Marie Pavlenko nous montre à quel point le lycée peut être aussi magique que cruel.

Pour conclure : Je suis ton Soleil est une merveilleuse histoire qui parlera à coup sûr aux adolescents que nous avons tous été un jour. La plume de Marie Pavlenko est juste, parfaitement équilibrée, et elle temporise tout son récit d’un humour, d’un réalisme et d’une tendresse à toute épreuve. J’ai eu envie de prendre Déborah dans mes bras à plusieurs reprises, j’avais envie de lui dire que tout irait bien, et j’ai été la première étonnée de m’attacher autant à ce petit bout de jeune femme en devenir. Magnifique leçon de vie qui vous laissera avec un doux sourire aux lèvres, Je suis ton Soleil est à savourer sans hésitation !


Parution :  08 mars 2017
Éditions : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 464
Prix : 17.50 €
5

11 réflexions sur “Je suis ton Soleil – Marie Pavlenko

  1. Pingback: Sunday’s Book n°6 : 12 mars -2 avril |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s