La nuit, je mens – Cathy Galliègue

Mathilde pensait avoir rencontré l’homme de sa vie, Gaspard, un homme savoureux, presque parfait. Mais son premier amour, Guillaume, réapparaît la nuit, en songe… Il était parti si loin, depuis si longtemps, et Mathilde n’a jamais pu se résigner à son absence. Au coeur de cet étrange ménage à trois qui s’installe, entre rêve et réalité, Mathilde se cherche : où est sa vie ? Dans le regret d’un amour défunt ou dans le présent qui lui tend les bras ? Un premier roman étrange et poignant où Cathy Galliègue explore avec subtilité l’inconscient de nos sentiments, de nos désirs, de nos âmes en peine… Jusqu’aux frontières de la folie.


Chronique rédigée par Sarah 10422444_1413516202310476_8704006803474751439_n

Cette couleur orange fluo qui vous saute aux yeux et ce titre qui vous évoque… une double personnalité ? Une deuxième vie ? Une infidélité ? Bref, un mystère. Il ne me fallait pas plus d’élément pour me faire craquer et quelle claque !

Cathy Galliègue est encore méconnue du grand public à ce jour, mais plus pour très longtemps. Avec un style d’écriture très sombre et une tendance à faire ressortir ce qu’il y a de plus intime chez ses personnages, on ne peut pas passer à côté d’elle sans éprouver quelque chose de fort, quelque chose de profond et peut-être même qui fera écho à certaines de nos propres pensées. Elle nous offre un récit étrange et hypnotique en mélangeant une écriture chantante, intelligente, sans tabou et addictive au possible tout en intégrant une problématique psychiatrique qui semble inoffensive aux premiers abords et pourtant si complexe quand vous perdez pied et que le juste équilibre vous semble si loin. L’amour « sincère et vivant » est-il suffisant pour nous faire oublier un amour défunt et nous ramener ainsi définitivement au moment présent ? !

Ici, ce sont des personnages torturés chacun à leur manière que vous allez rencontrer en passant donc par le couple Gaspard-Mathilde, Guillaume (son premier amour) et Constance (sa sœur jumelle). Le récit comporte trois voix, celle de Mathilde et celle de Guillaume pour finir avec celle de Gaspard. Mathilde doute d’elle-même, d’où se trouve sa place et avec qui, la réponse qui nous parait pourtant si flagrante ne l’est pas du tout pour elle. Moi, lectrice de sa détresse, je voulais l’aider, je souhaitais lui ouvrir les yeux et l’empêcher de poursuivre sa descente aux enfers. J’ai été véritablement engloutie par un tsunami d’émotions, j‘ai ressenti de la pitié pour certains, de l’empathie, de la colère, de la tristesse, un sentiment d’incompréhension et une vague d’amour infinie dans le cœur de tous les protagonistes malgré leurs douleurs de vivre et d’aimer (parfois pas du tout, trop ou pas assez) . Je ne saurais exprimer à quel point ce livre m’a touché, j’en ai même eu les larmes aux yeux à la fin. Je remercie vraiment les éditions Albin Michel d’avoir permis à cette auteure d’exprimer son amour des mots et tout son talent à travers cette histoire.

« Entre rêve et réalité », vous y trouverez votre compte en explorant les sentiments les plus profonds de ces différents personnages. Trêve de bavardages, il est temps de passer à l’action et de vous procurer La nuit, je mens de l’exquise Cathy Galliègue. Bonne lecture à vous et j’attends vos réactions post-lecture avec impatience.


Parution :  03 avril 2017
Éditions : Albin Michel
Nombre de pages : 224
Prix : 16 €
pcc

L’image contient peut-être : personnes debout et texte

3 réflexions sur “La nuit, je mens – Cathy Galliègue

  1. Pingback: « La nuit, je mens , ils vous en parlent ! | «La Toile Cirée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s