Above All, tome 1 : Embarquer – Battista Tarantini

Couverture Above All, tome 1 : Embarquer

Avant, mon créneau c’était la météo. Jusqu’à ce que j’embarque à bord de l’USS Percival Lowell et croise la route d’Andreas Van Allen, pilote de chasse sur ce monstrueux navire. Comme à Hollywood, le capitaine Van Allen est charismatique, frondeur… Terriblement sexy ! Et c’est mon supérieur, que j’ai rencontré dans des circonstances qui me laissent présager le pire, moins d’une heure seulement après mon arrivée… Comment suis-je censée faire la pluie et le beau temps quand je ne rêve que de le démolir ? À moins qu’il ne s’agisse d’autre chose..


Mon avis :

Cela faisait très, très, très longtemps que j’avais entendu parler de cette série de Battista Tarantini. Et toujours dans des termes très élogieux. J’ai donc profité du Festival du roman Féminin pour m’en procurer un exemplaire et découvrir à mon tour l’histoire entre Alexi et Andreas.

J’ai été agréablement surprise dans l’ensemble. J’avais un peu peur que l’ambiance militaire me fasse fuir, n’ayant jamais lu de new romance dans cet univers. Et, au contraire, j’ai vraiment aimé cet aspect qui m’a donné encore plus envie d’explorer cette thématique-là.

Concernant les personnages, je pense que l’on y retrouve un peu tous ceux du genre – la bonne copine toujours avenante mais un peu obsédée par « le bien être », le bon copain qui nous inquiète, la garce fraude et hautaine, le mec pervers et obsédé qui se croit tout permis… J’aurais aimé un peu plus de développement à ce niveau-là, mais c’est peut-être parce que j’ai lu tellement de roman dans le genre que je commence à me faire très (trop ?) exigeante dans ce domaine.

Alexi et Andreas font tout le reste. Leur duo fonctionne du tonnerre même si on ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec Ice/Andreas. Et les petits morceaux que ce dernier dévoilent sur son histoire m’ont assez intriguée pour avoir envie de savoir jusqu’où ces deux là vont aller sans se détruire l’un et l’autre. Alexi n’est pas en reste, Ice a trouvé son pendant féminin avec elle, ce qui nous donne droit à des joutes verbales assez épiques. Surtout qu’Alexi n’a pas vraiment la langue dans sa poche, et qu’il faut s’attendre à tout avec ce petit bout de femme.

Le seul petit détail qui m’aura dérangée, c’est que je trouve que l’on fume beaucoup dans ce roman. Sincèrement, je ne trouve pas ça glamour du tout, et je n’arrêtais pas de me focaliser sur ce petit détail à chaque fois – genre, ça devait pas être tip top pour l’haleine de se rouler une galoche juste après la clope. Bon, après, c’est très personnel, car l’auteur du tabac me donne vraiment la nausée, mais c’est vrai que je suis restée obnubilée par « ce détail » qui avait, pour moi, le don de casser l’ambiance.

Pour conclure : j’ai embarqué sur le Percival à mon tour et j’ai adoré découvrir l’univers militaire à bord de ce porte-avion. Je ne sais pas du tout où l’histoire va emporter nos deux héros, mais je suis curieuse de retrouver leur relation plus qu’explosive. Car l’alchimie entre eux est irrémédiable et violente, elle leur tombe dessus sans crier gare et va faire beaucoup d’étincelles. J’ai vraiment hâte de les retrouver dans le second tome. Bon, si entre temps ils pouvaient juste arrêter de fumer, ce serait parfait 😉


Parution :  31 mai 2017
Éditions : Black Moon Romance
Nombre de pages : 288
Prix : 15.90 €
4

3 réflexions sur “Above All, tome 1 : Embarquer – Battista Tarantini

  1. J’ai lu ce livre en à peine 1h30, et il me réconcilie avec la collection BMR.
    Comme Toi, j’ai adoré découvrir l’univers militaire des porte-avions et des pilotes, et l’auteur nous plonge véritablement dans les cales du Percival.
    J’ai moins accroché quant aux personnages. Surtout avec le personnage principal féminin.
    Vendre les qualité professionnelles d’une personne ou la façade de professionnalisme d’un milieu professionnel, je veux bien. Mais alors, il faut rester cohérent dans son écriture.
    Et c’est là où l’auteur fait mal. Elle vante une héroïne professionnelle et investie. Je n’ai vu qu’une fumeuse et une presque alcoolique constamment éreinté par les autres, tentatrice avec un faux air de ne pas y toucher. Franchement, j’ai trouvé cette jeune fille creuse, une caricature.
    Car au final, tout le roman est une caricature de l’univers militaire. Non, tous les hommes ne sont pas comme des coyotes devant une jolie fille. Non, les militaires ne passent pas leur temps à se bourrer la gueule après avoir « trop » bossé.
    Mais l’univers et la plume de l’auteur font passer le tout. Et surtout, le fait que le livre soit court.
    Je pense m’engager dans le second tome, mais davantage parce que je n’ai pas trouvé de chute à ce premier tome.
    Ps : c’est peut-etre la fille fiancée en moi qui juge, mais COMMENT l’auteur a pu oser faire de ses héros des tentateurs infidèles ?!

    Aimé par 1 personne

    • J’ai eu EXACTEMENT le même ressenti, les mêmes défauts que tu relèves m’ont assez agacée et j’avais plutôt l’impression d’un univers militaire plus fantasmé que réaliste.
      Mais la romance et la plume font leur travail, j’avais envie d’en savoir plus et je n’ai pas été déçue sur ce point.
      Ton PS m’a fait rire, car j’ai eu des yeux comme des soucoupes quand j’ai appris ça. Mais j’attends de voir la suite, en général on trouve toujours des explications dans les romances. J’attends de voir celle là !

      J'aime

  2. Pingback: Bilan livresque – Juin 2017 | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s