Écoute le rossignol – Lucy Strange

Couverture Ecoute le rossignol

Henrietta, surnommée Henry, emménage dans une grande maison à la campagne avec sa famille, qui est sens dessus dessous après un événement dramatique. Henry, esseulée, entreprend d’explorer les environs comme les héros de ses livres Alice au Pays des Merveilles et Moogli. Dans le bois d’à côté, elle rencontre Moth, une vieille dame étrange, qui malgré son allure de sorcière va devenir son amie et l’aider à sauver sa famille…


Mon avis :

Je serais bien incapable de vous dire ce qui m’a attirée au départ dans ce livre : son titre très poétique, sa couverture des plus tendres, ou encore son résume étrange et singulier ? Toujours est-il que j’étais très curieuse envers cette histoire.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre sur le récit en lui-même, et j’ai été agréablement surprise. Je pensais que l’histoire serait assez jeunesse, vu l’âge de l’héroïne – douze ans seulement. Et pourtant, j’ai découvert une grande maturité dans ce texte.

Henry arrive à Hope House alors que sa famille n’est plus que l’ombre d’elle-même. Suite à un événement dramatique survenu un an plus tôt, la maman d’Henry est complètement absente malgré sa présence physique. Son père n’arrive plus à prendre les responsabilités familiales qui lui incombent. Henry doit donc se construire toute seule tout en s’occupant de sa toute petite sœur, dernier membre de sa famille qui lui reste véritablement. Alors, quand des évènements étranges se produisent à Hope House, et qu’un mystérieux et effrayant docteur décide de prendre en main l’avenir de cette famille, Henry va devoir se battre bec et ongle pour sauver tout les membres de sa famille, et pour se découvrir elle-même.

J’ai été très touchée par le personnage d’Henry. J’avais envie de prendre cette fillette dans mes bras tout au long du récit, de lui dire de ne pas s’inquiéter, que tout cela allait bien se terminer. Car l‘auteur réussi merveilleusement bien à donner la parole à cette jeune fille de douze ans. Henry nous raconte ce qu’elle voit, ce qu’il se passe, ses doutes et ses craintes, ses peurs aussi. Le tout avec sa voix et ses mots d’enfant. C’était émouvant, touchant mais aussi déstabilisant dans un certain sens. Car comment faire confiance aux dires d’une petite fille ?

Il faut dire que la frontière entre folie et onirisme est très mince dans ce livre. On a d’ailleurs du mal à différencier le réel de l’imaginaire. N’importe qui, n’importe quoi devient effrayant étant donné que l’on observe tout cela à travers les yeux d’une enfant. Mais, malgré tout, Henry va se découvrir une force et un courage à toute épreuve. Et c’est avec l’incroyable délicatesse dont fait preuve Lucy Strange que l’on écoute doucement le rossignol chanter à travers cette histoire étonnante.


Parution :  17 mai 2017
Éditions : Castelmore
Nombre de pages : 350
Prix : 12.90 €
4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s