Ces liens qui nous séparent – Ann Brashares

Couverture Ces liens qui nous séparent

Sasha et Ray ont 17 ans. Ils occupent la même maison de vacances chaque été mais ils ne se sont rencontrés que rarement. En effet, le père de Sasha a été marié à la mère de Ray et depuis leur séparation, chacun veille à ne pas se croiser.


Mon avis :

Un nouveau Ann Brashares pour cet été ? Je ne pouvais définitivement pas dire non, surtout que le résumé et la couvertures me parlaient énormément. J’avais donc hâte de lire cette histoire, persuadée d’avance que j’allais passer un bon moment.

Depuis la naissance de Sasha et Ray, ces derniers partagent la même chambre, les mêmes affaires et les mêmes sœurs dans la même maison, mais à une semaine d’intervalle. En effet, le père de Sasha et la mère de Ray ont été mariés avant leur naissance et ont eu trois filles. Mais, après leur divorce, ils ne se sont plus jamais adressés la parole. C’est donc tacitement qu’ils partagent tour à tour cette maison malgré les liens qui les lient et les délient à tout jamais…

J’ai un peu déchanté en découvrant l’histoire. Non pas par cette dernière, mais plutôt par sa construction. En effet, je ne suis pas très fan des narrations à plusieurs points de vue, et, ici, on se retrouve tour à tour dans la tête de tous les membres de cette fratrie assez unique. J’avais donc du mal à saisir les spécificités de chacun des membres, et il me fallait au départ me remettre sans cesse le qui-est-qui dans la tête.

Surtout que la situation est loin d’être simple, et apporte une touche de complexité à l’histoire. D’ailleurs, je regrette que l’auteur intègre l’explication de cette situation que vers la fin car, même si cela expliquait bien des choses, j’ai mis un long moment à prendre l’histoire en main et à en comprendre toutes les singularités des personnages.

Je pensais que l’intrigue allait tourner autour de la romance entre Sasha et Ray. Là encore, je ne pouvais pas plus me tromper, et je trouve au contraire qu’ils sont assez secondaires. C’est plutôt la vie des trois sœurs qui est mise en avant, et j’avais du mal à comprendre pourquoi l’auteur avait eu un tel choix, et surtout vers où elle nous entrainait.

Jusqu’à la dernière partie. Qui m’a littéralement arraché le cœur, et je me suis retrouvée à pleurer durant de longues pages quand j’ai compris. Et je ne voulais pas comprendre. Car de là va découler de nombreuses révélations. Et j’ai trouvé cela cruel de la part d’Ann Brashares d’être aller jusque là pour permettre à cette famille de se relever…

Pour conclure : la dernière partie m’a permis de comprendre pourquoi l’auteur avait construit l’histoire de cette façon. Mais je trouve dommage qu’il faille en arriver jusque là pour saisir toute la force du roman. Car j’ai passé les trois quarts du roman dans une véritable perplexité, et j’ai songé à plus d’une reprise à abandonner ce livre. L’auteur m’a perdue, puis m’a retrouvée de là plus cruelle des façons ; mon cœur s’est brisé avant de se reconstruire et, rien que pour cela, ce livre mérite d’être découvert. Même si, malgré tout, j’attendais autre chose de cette lecture…


Parution : 11 mai 2017
Éditions : Gallimard
Nombre de pages : 336
Prix : 16.50 €
3.5

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s