E.V.E – Carina Rozenfeld

Couverture E.V.E

Elle s’appelle EVE. Elle n’a aucune idée de son apparence. Elle ne ressent rien. Et pourtant le monde n’a pour elle aucun secret, parce qu’elle le perçoit à travers les yeux de millions d’êtres humains. 24 h sur 24, elle assiste à leur quotidien. Son rôle ? Surveiller la population de Citypolis et signaler en temps réel les crimes et les délits. EVE est infaillible… jusqu’au jour où elle assiste à l’agression de la jeune Eva Lewis sans parvenir à identifier le coupable. Pour comprendre ce qui s’est passé, EVE investit à l’insu de tous le corps d’Eva. Et découvre le plaisir grisant de la vie réelle.


Chronique rédigée par Sarah 10422444_1413516202310476_8704006803474751439_n

Ce livre est sorti il y a maintenant quelques mois et je m’attendais vraiment à voir fleurir un peu partout des avis et appréciations que ce soit sur les blogs ou sur booktube et je me rends compte que très peu de personnes se sont penchées sur E.V.E. Personnellement, le synopsis me tentait, car l’idée qu’une machine puisse prendre le corps d’une humaine afin de résoudre une énigme et qui en même temps va découvrir la vie réelle, c’est tout simplement intriguant !

Je me suis donc lancée dans ce roman aux allures légères de thriller et de science-fiction. J’avais donc quelques attentes et j’espérais que malgré son côté très jeunesse à l’écriture très simple, il arriverait à se démarquer des clichés types déjà rencontrés notamment dans quelques films bien connu du grand public. Carina Rozenfeld n’a malheureusement pas totalement réussi à me séduire en tant qu’adulte, mais les thèmes et réflexions qui découlent de cette lecture m’ont malgré tout fait passer un bon moment.

J’ai donc apprécié partiellement ma lecture, mais j’avoue que le suspens n’y était pas du tout, il n’y avait pas ce côté addictif qui tient en haleine en fin de chapitre malgré l’enquête qui est fortement présente tout le long du récit. Le pire pourtant c’est la prévisibilité de tous les évènements qui surviennent dans l’histoire. En tant que lectrice assidue, j’ai besoin d’être surprise ou d’être totalement emportée par l’histoire ou séduite par des personnages charismatiques et ici ça n’était pas le cas. Je ne suis pas une fan de C. Rozenfeld en général, mais l’un de ses ouvrages m’a quand même pas mal emportée et j’ai trouvé que dans le genre fantasy jeunesse, elle arrivait à maitriser assez d’éléments tout en nous apportant un univers assez vaste et travaillé alors j’espérais qu’elle soit capable de réaliser le même tour de force pour un univers futuriste, celui de Citypolis. C’est tout simplement impossible pour nous lecteurs de nous imaginer vivre dans ce futur-là, car il n’y a aucune description représentative du paysage et de la ville dans laquelle évoluent Eve, Silas, les habitants et les policiers. Je regrette fortement ce manque d’informations qui m’a beaucoup perturbée et carrément frustrée étant friande d’univers différents, de civilisations étrangères, de paysages imaginaires, etc.

Néanmoins, ce qui m’a plu dans E.V.E, cela va vous surprendre, c’est la petite romance qui s’installe et qui est plutôt bien amenée, mignonne et réconfortante. Le côté émotif est bien présent dans ce couple, le personnage masculin est protecteur à souhait et moi j’adore ça. Évidemment, ça n’aurait pas suffi pour la personne exigeante que je suis alors ce sont bien-sûr les réflexions qui concernent la sécurité excessive, l’autonomie des  » I.A »(intelligences artificielles), la connectivité permanente et le non-respect de la vie privée d’autrui qui m’ont fortement intéressées.

En conclusion, en tant que roman pour la jeunesse, ce livre sera presque parfait, car il manque tout de même de surprises. Malgré cela, je le conseille à tous les jeunes qui aiment réfléchir et qui sont adeptes de films tels que Minority report et A.I intelligence pour n’en citer que deux. Pour les adultes par contre, le manque de développement, de descriptions sur l’univers futuriste et l’écriture trop simpliste ainsi que la prévisibilité des évènements pourront en décevoir plus d’un.


Chronique rédigée par Sarah.

Parution :  15 juin 2017
Éditions : Syros
Nombre de pages : 432
Prix : 16.95 €
2.5

 

 

 

4 réflexions sur “E.V.E – Carina Rozenfeld

  1. Pingback: Gazette Dodécadente #5 : Octobre 2017 | Le Monde Fantasyque

  2. Pingback: Grupp – Yves Grevet | Alice Neverland

  3. Oh c’est dommage mais c’est bon à savoir ! J’aime beaucoup les livres de Carina Rozenfeld mais celui-ci ne me tentait pas trop et c’est vrai qu’il n’y a pas eu beaucoup d’avis sur la blogo. Du coup j’attendais un avis pour savoir à quoi m’attendre ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s