Les héritiers, tome 1 : La princesse de papier – Erin Watt

Couverture Les héritiers, tome 1 : La princesse de papier

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…

Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.

Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.

Et s’il avait raison ?

Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.


avis

C’est pleine de curiosité que je suis partie à la découverte de cette nouvelle histoire. J’avais beaucoup entendu parler de cette série dès l’annonce de sa parution en France, et juste le fait qu’Elle Kennedy soit l’une des co-autrice (Erin Watt est le pseudo d’un duo d’auteurs, Jen Frederick et Elle Kennedy) m’a convaincue de découvrir cette nouvelle saga.

Ella est une jeune fille de dix-sept qui survit seule depuis ses quinze ans, depuis que sa mère est décédée. Elle fait tout pour ne pas attirer l’attention des services sociaux, et cumule les petits boulots tout en continuant d’aller au lycée. Son but : avoir son bac puis aller à la fac afin de ne plus jamais avoir à se soucier de ce qu’il y aura dans son assiette plus tard. Mais son projet est mis à mal quand Callum Royal débarque dans sa vie et lui annonce qu’il est son tuteur. Ella va ainsi se retrouver plongée bien malgré elle dans l’univers riche et luxueux des Royal, mais va également devoir composer avec les cinq fils de Callum qui ne sont pas décidé de l’accepter pacifiquement dans leur vie.

Le résumé de cette histoire peut paraitre déjà-vu, mais les deux auteurs ont vraiment réussi à créer une histoire simple mais complètement addictive. Sincèrement, il m’a été impossible de reposer ce roman une fois commencé, et si j’avais eu le second tome sous la main, j’aurais enchainé direct – et fait une belle nuit blanche par la même occasion…

Ella est une héroïne qui m’a beaucoup plu. Elle va débarquer dans un monde où l’argent n’est pas un problème mais ne va pas perdre ses valeurs pour autant. Elle aurait pu se contenter de profiter de tout cela, mais va chercher malgré tout à ne pas oublier qui elle est, à ne pas s’oublier face à tout ce faste. Et c’est ce que j’ai vraiment aimé avec elle, elle garde les pieds sur terre, ne choisit pas la facilité et va se battre pour ses principes, sa morale.

Les frères Royal ne sont pas en reste. Tous se dévoilent petit à petit et, plus on en apprend sur eux, plus le lecteur est intrigué par cette fratrie. J’ai aimé les liens qui soudent ces cinq frangins les uns aux autres et, malgré leurs fêlures, c’est typiquement le genre de fratrie que j’aime retrouver : soudée, inséparable, et complice.

Bien évidemment, certains frères se démarquent des autres, notamment Reed et Easton. J’ai bien plus apprécié le second que le premier. Easton est en effet une jeune homme en construction qui n’a plus de repère, et j’ai trouvé très touchante la façon dont sa relation se construit avec Ella. A l’inverse, Reed m’a moins fait vibrer. Malgré ses explications, j’ai trouvé qu’il soufflait un peu trop le froid et le chaud. Bref, je ne sais pas sur quel pied danser avec lui, et j’espère que la suite de la série me permettra de le comprendre davantage.

Pour conclure : Dès les premières pages de La Princesse de papier, je savais que j’allais aimer cette lecture. Et cela n’a effectivement pas loupé. La plume des deux auteurs est simple mais très addictive et elle nous offre une histoire dans laquelle je suis immédiatement rentrée. Alors, certes le récit est très prévisible, mais les personnages restent très attachants, et je n’ai tout simplement pas vu les pages défiler. En somme, un premier tome qui reprend les codes marquant de la new romance dans un style sans fioriture ni chichi, et qui nous transporte dès les premières lignes. J’ai déjà hâte d’en découvrir la suite, surtout après une fin aussi frustrante !


Parution :  04 janvier 2018
Éditions : Hugo Roman
Nombre de pages : 420
Prix : 17 €
4.5

 

6 réflexions sur “Les héritiers, tome 1 : La princesse de papier – Erin Watt

  1. Je m’attendais à apprécier ma lecture, mais on frôle le coup de cœur pour moi. Il y a quelques aspects où on voit qu’ils sont lycéens, je pense notamment au début entre Easton et Ella que je n’ai pas toujours comprises (et qui fou la merde), mais au final c’est des détails qu’on oublie assez vite. Reed à du potentiel et à mon avis on l’a pas totalement découvert donc voit ce que la suite nous réserve et puis avec la fin c’est indispensable !

    Aimé par 1 personne

    • Comme toi, j’ai frolé le coup de coeur – juste le personnage de Reed qui me laisse un peu sceptique, j’attends plus par la suite.
      J’ai eu peur que ça parte dans un triangle amoureux au départ avec Easton, mais on comprend vite qu’il retrouve auprès d’Ella une sorte d’amour maternel qui lui manque depuis la mort de sa mère. Bref, vivement la suite !

      J'aime

  2. Je suis bien d’accord avec ton avis. Si Easton me mettait super mal à l’aise au début (voir que faisait carrément flipper), j’ai vraiment aimé son amitié qui se développe avec Ella. D’ailleurs, Ella, je trouve que c’est un super personnage.
    Quant à Reed, je pense qu’il a du potentiel, on a aperçu des petites faces mignonnes de sa personnalité mais pour le moment, il me met surtout en colère ^^
    Moi aussi, j’attends déjà la suite avec beaucoup d’impatience !

    Aimé par 1 personne

    • C’est tout à fait ça. On ressent bien qu’Easton est en manque d’amour maternel, et il va trouver en Ella ce qu’il a perdu avec sa mère.. J’ai trouvé leur relation très touchante de ce coté là 🙂
      Concernant Reed.. On verra bien avec le T2 si son personnage prendre plus d’épaisseur – ce que j’espère ! Vivement la suite 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s