A la poursuite du Soleil – Karina Halle

Couverture A la poursuite du soleil

Après un voyage de six mois à travers le monde, Amber, qui n’a plus de quoi se payer un billet retour vers la Californie, fait une halte à Positano, puis à Capri sur la côte Almafitaine, où elle va croiser la route d’un bad boy, en mode Latin lover.

Il est temps pour Amber MacLean – 24 ans – de prendre les bonnes décisions. Après six mois de voyage- sac à dos à travers la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Asie du Sud-Est, la voici en Méditerranée, fauchée, sans même avoir de quoi payer un billet retour pour la Californie. Il y a pire dans la vie que de se retrouver coincé en Italie du sud, au bord d’un littoral magnifique. Malheureusement, le seul travail qu’Amber trouve consiste à enseigner l’anglais à deux morveux.

Et ce qui ne lui facilite pas la tâche, c’est que les deux enfants sont sous la garde de leur ténébreux grand frère, l’ancien pilote de moto Desiderio Larosa. Sexy et mystérieux, Derio ne cesse de tester la patience d’Amber – sans parler de ses hormones.

Une fois devenue nounou à plein temps dans la vieille villa, la jeune fille se sent de plus en plus attirée par ce solitaire énigmatique. La voilà bientôt tiraillée entre une vie tranquille et sécurisante aux Etats-Unis et les mystères du coeur si secret de Derio.

Sous le soleil de Capri, la passion va crescendo. Mais Amber parviendra-t-elle à percer le mystère de Derio, son ténébreux italien ?


avis

Après mon avis mitigé pour Entre ciel et mer, j’étais tout de même prête à donner une nouvelle chance à Karina Halle. N’ayant pas aimé l’aspect « triangle amoureux » de la précédente histoire, je voulais retenter l’expérience avec un récit qui n’aborderait pas cette thématique. Mais, malheureusement, je reste toute aussi mitigée sur ce titre, ce qui me fait dire que la plume de cette auteure n’est définitivement pas pour moi…

A la poursuite du Soleil possède tous les ingrédients pour plaire : un décor magnifique (l’histoire se passe en Italie), une famille attachante et des personnages en pleine reconstruction… De quoi promettre une romance sensuelle et touchante sous le soleil italien.

Et il faut reconnaître à Karina Halle qu’elle a un véritable don pour me faire voyager à travers ses récits. J’ai adoré Entre ciel et mer sur cet aspect (je veux toujours aller en Nouvelle Zélande depuis…) et je me suis également régalée avec A la poursuite du Soleil sur ce point. Sauf que, voilà, je ne lisais pas un livre de voyage, mais une romance. Et, sur ce point, je suis complètement passée à côté du roman.

Amber était déjà un personnage que j’avais trouvé assez effacé dans le livre précédent, mais je me disais que, étant l’héroïne de celui-ci, elle prendrait plus d’épaisseur. Sauf que non. Je suis restée de marbre devant elle, et elle n’a pas du tout su me captiver tout au long de cette histoire. Encéphalogramme plat également avec Derio. Je n’ai rien à dire sur lui, c’est juste que je ne l’ai ni aimé, ni détesté ; il n’a pas vraiment su susciter la moindre émotion chez moi…

Pour conclure : je pense que Karina Halle n’est définitivement pas faite pour moi. Si je reconnais que c’est un régal de voyager dans ses romans, je n’arrive pas du tout à être touchée par ses personnages. Je ne dis pas que je ne les aime pas, mais juste qu’ils ne créent chez moi aucune émotion, bonne comme négative. Ils sont là, et je fais avec… Bref, si le dépaysement fut des plus réussi, je me suis malheureusement très vite ennuyée…


Parution :  18 janvier 2018
Éditions : Hugo Roman
Nombre de pages : 360
Prix : 17 €
2.5

8 réflexions sur “A la poursuite du Soleil – Karina Halle

    • C’est vrai que je n’avais pas vraiment accroché à sa série précédente. Mais bon, au moins, on ne pourra pas dire que je ne lui aurait pas laissé sa chance à cette auteur 🙂 Mais je pense que son style n’est pas du tout pour moi :/
      Par contre, si toi tu as aimé Le Pacte, il est fort possible que tu aimes cette histoire !

      J'aime

  1. J’ai lu le roman hier, et même si il y a quelques bémols j’ai tout de même passé un bon moment, par contre Derio m’a passablement énervé en arrivant sur la fin… Et comme tu dis on reste en retrait par rapport aux personnages, le fait de voyager on perd l’approfondissements des héros et des émotions, c’est dommage mais je ne regrette pas cette lecture car je n’ai pas eu l’effet de longueur comme dans Entre ciel et mer… et que j’ai bien aimé voyager en Italie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s