Un été près du lac – Heather Young

Couverture Un été près du lac

1935. Comme tous les ans, Lucy, Lilith et leur petite sœur Emily viennent passer l’été en famille dans leur chalet, sur les bords d’un lac du Minnesota. Mais un matin, Emily est introuvable.
Qu’est-il arrivé à l’enfant de six ans ? Nul ne semble le savoir. Et alors que, fou de douleur, leur père se suicidera, Lucy, Lilith et leur mère resteront toute leur vie dans ce chalet, à attendre l’improbable retour de la petite préférée.
1999. Lucy vient de mourir, léguant le chalet et tous ses biens à sa petite nièce Justine. Un héritage qui arrive juste à temps pour la jeune femme qui doit fuir San Francisco et une histoire d’amour abusive, pour mettre à l’abri ses deux filles.
Mais le vieux chalet n’a rien d’une chaleureuse villégiature. La maison est isolée, bientôt prisonnière de la neige qui recouvre le Minnesota ; son seul voisin est un vieil homme bourru, probablement fou. Et alors que la jeune femme tente de transformer la lugubre bâtisse en foyer pour elle et ses filles, son aînée développe soudain une étrange obsession pour Emily, leur aïeule disparue. Car la maison n’a pas dévoilé tous ses secrets. Là, dans les affaires laissées par Lucy, se cache un journal.
Les Mémoires d’une petite fille naïve qui a laissé se dérouler un drame si terrible que, soixante ans plus tard, sa famille en porte encore la trace…


Par Sarah 10422444_1413516202310476_8704006803474751439_n

Parfois, il y a des maisons d’édition à qui vous faites plus confiance qu’à d’autres lorsqu’il s’agit de choisir ses manuscrits et, en ce qui me concerne, jusqu’à aujourd’hui je n’avais jamais été déçue par un de leurs ouvrages. Il fallait évidemment une première fois… C’est donc sur cette réflexion que je vais entamer ma chronique sur un livre que j’aurais mieux fait de ne pas ouvrir étant donné que celui-ci fût vraiment d’un « ennui mortel » !

A première vue, le synopsis était plutôt palpitant et l’intrigue d’un enfant disparu me poussait d’ores et déjà à me poser mille questions.  Dans cet ouvrage, la chronologie s’autorise à voguer entre le passé et le présent. D’une part, on va suivre Justine qui est en fait la nouvelle propriétaire de la maison près du lac et qui va donc investir les lieux avec sa petite famille et, d’autre part, nous allons retourner dans le passé de Lucy qui est donc la grande tante de Justine et qui vient de mourir. Lucy ne voulant pas emporter le secret de la disparition d’Emily qui était sa petite sœur, utilise ses dernières forces pour révéler la vérité à Justine via un journal.

C’est une question de goût, mais l’alternance entre les personnages ne me déplait pas du tout. Par contre, lorsque l’on passe du passé au présent et inversement, personnellement je ne suis pas forcément enchantée. Le personnage de Justine ne m’a pas vraiment convaincue et, pour la grande majorité des souvenirs de sa grande tante, ils étaient purement et simplement inutile jusqu’au ¾ du roman ! Je n’étais donc intéressée ni d’un côté ni de l’autre !

Le problème majeur de ce récit est sans aucun doute le manque de suspens et de rebondissement qui doivent absolument apparaitre dans un thriller, donc pour ma part, ce n’est pas un thriller, c’est un récit familial qui parle de plusieurs générations et qui vit un drame, celui de perdre un enfant.  Après avoir lu 300 pages pour des queues de cerise, l’auteur nous réveille enfin en nous présentant des personnages qui seraient susceptible d’être en partie responsables de la disparition de la cadette de la famille. Cette famille est en effet plutôt bizarre avec des jalousies entre sœurs, un père vraiment malade, des voisins plutôt mystérieux, une aînée très spéciale et des secrets dont on a tout simplement honte. Beaucoup de personnes ont trouvé ce roman touchant et poignant, mais moi je n’ai retenu que son coté dramatique et j’ai eu l’impression que l’auteure ne savait pas comment faire pour nous livrer son histoire !

Vous l’aurez donc compris, cette lecture aura été une véritable déception du début à la fin. Néanmoins, je ressens encore ce sentiment d’oppression, preuve que cette auteure maitrise au moins les effets d’ambiance ainsi que certains thèmes tels que la noirceur de l’âme humaine, la jalousie maladive ou encore la possessivité et la folie de l’amour. Ne vous attendez donc pas à lire une histoire trépidante et encore moins un bon thriller. Par contre, si vous souhaitez lire un drame familial très sombre et oppressant, vous savez vers quoi vous pourrez aller 😉


Chronique rédigée par Sarah.

Parution :  21 septembre 2017
Éditions : Belfond
Nombre de pages : 384
Prix : 21.50 €
2.0

 

 

Une réflexion sur “Un été près du lac – Heather Young

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s