Rencontre avec… Sarah Dessen

L’image contient peut-être : texte

A l’occasion de la sortie de son nouveau roman en France, Once and for all, Sarah Dessen était de passage à Paris lors du Salon de Livre Paris. J’ai eu la chance de pouvoir la rencontrer grâce aux éditions Lumen, que je remercie grandement pour ce moment privilégié…


J’ai découvert l’auteur par le plus grand des hasards avec Toi qui as la clé. Un roman young adult qui m’avait énormément touchée. Conquise par le style de l’auteur, j’ai ainsi enchainé tous ses romans parus en France en deux petites semaines seulement. Ce qui a confirmé mon coup de cœur pour celle qu’on appelle « La Reine du Young Adult« 

Mieux connaitre l’auteur :

Sans titre.png

 

Sarah Dessen est née le 6 juin 1970. Adolescente, elle était très timide et silencieuse. A l’âge de 15 ans, elle a été impliquée dans une histoire avec un jeune homme de 21 ans. Elle a admis dans une interview que « pendant de nombreuses années après, j’ai été totalement blâmée pour tout ce qui s’était passé entre moi et T. Après toute cette histoire, j’allais mal, j’ai pris de la drogue, j’ai menti à ma mère. Je me disais que j’aurais dû mieux faire… Quand j’ai eu 21 ans, je me souviens avoir fait le point, avoir regarder les adolescents et m’être demandée si je voulais passer du temps avec eux. La réponse était toujours évidente, non, ils étaient des enfants, j’étais une adulte. »

Sarah Dessen a ensuite suivi des cours à l’ Université, obtenant son diplôme en écriture créative.

Son premier livre, That Summer, a été publié en 1996. La plupart de ses romans traitent du changement chez les jeunes alors qu’ils traversent toute sorte de tragédie ou de perte. Les thèmes généraux qui traversent les livres de Sarah Dessen sont la solitude, la distance émotionnelle entre les membres de la famille et un changement progressif dans la personnalité des gens.


wfghfswgh.png

C’est la première fois que Sarah Dessen venait en France. Jusque là, malgré le succès de ses livres, elle n’avait jamais fait le déplacement à cause de sa fille qui était trop jeune. Mais, maintenant que celle-ci a grandi, elle était vraiment ravie de pouvoir découvrir Paris – où elle a vu des gens promener leurs lapins, ce qu’elle trouve incroyable.

Bonjour Sarah, je suis ravie de pouvoir vous rencontrer, et c’est assez intimidant d’être face à vous ! Pour me présenter en quelques mots, je suis Jessica, blogueuse depuis 4 ans et, grande coïncidence avec votre roman, Once and for all, je prépare également mon mariage !

Wooow ! Un mariage, c’est beaucoup de travail ! Et vous devez être vraiment excitée par tous ces préparatifs !

Oh oui, c’est bien le cas de le dire ! Sinon, je suis une grande fan de vos histoires. J’ai lu tous vos livres traduits en français en seulement deux semaines (et je ne vous cache pas que j’ai un peu mélangé toutes les histoires… #oups ). Mais j’en ai lu un, j’ai adoré, et je les ai tous enchainés. Donc je suis ravie de vous  retrouver publiée à nouveau en France pour votre nouvelle histoire !

Je fonctionne un peu comme vous avec les auteurs que j’aime. Je trouve qu’il n’y a rien de mieux que d’adorer un livre et de se rendre compte que l’auteur en a écrit d’autres, c’est vraiment ce que j’adore. Et puis, c’est aussi pareil pour moi, mes romans sont tous ensemble dans ma tête.

20180317_132515.jpgCe que j’aime dans votre style, c’est que vous avez une constante dans votre écriture : c’est léger, c’est mignon mais c’est aussi bien plus profond que ce que l’on pouvait croire au premier abord. Et il y a toujours un petit quelque chose qui fait qu’une fois commencé, on ne peut plus s’arrêter.

Je pense que c’est une question d’équilibre. Il est important, en tant qu’auteur, de trouver cet équilibre entre les sujets difficiles et les sujets plus légers. D’ailleurs, je n’aime pas lire des livres qui sont tout le temps tristes, tout comme je n’aime pas non plus lire des livres trop heureux (même si je n’ai rien contre un livre joyeux). Mais je pense que c’est comme ça dans la vie, il y a toujours un équilibre entre les deux. Et si je traite d’un sujet très profond, j’aime quand même qu’il y ait à côté un sujet plus léger, pour faire équilibre.

Est ce qu’avoir été auteur « Best Sellers New York Times » a changé quelque chose dans votre façon décrire ? Travaille vous toujours de la même façon où est ce que cela vous donne une pression supplémentaire pour chaque nouvelle parution ?

J’ai effectivement été N°1 Best Sellers New York Times une seule fois avant ce livre, et pendant une semaine seulement avant de quitter cette première place. C’est merveilleux d’avoir cette distinction là, ils vous mettent un petit autocollant sur le livre… Mais c’est aussi beaucoup de pression. Mais j’ai toujours eu cette pression là quand un de mes livres a été bien accueilli, j’ai peur que le suivant soit moins bon. Donc c’est une chose merveilleuse mais, en même temps, je dois me le sortir de la tête pour ne pas y penser et me concentrer sur l’écriture. Sinon ça me rendrait folle !

Vous êtes très connue dans le Young Adult, qu’est ce qui vous plait tant que ça de vous adresser à cette tranche d’âge-là, à ce lectorat ?

Quand j’étais adolescente, j’étais assez malheureuse et je me rappelle vraiment des difficultés que je pouvais avoir à cet age, comme c’était une période difficile. J’ai essayé d’écrire sur des sujets plus en lien avec l’université, mais ça ne marchait pas. Alors, quand j’ai écrit quelque chose sur les bals de fin d’année dans les lycées, là ça a fonctionné on m’a dit que c’était bien. Ce domaine là m’a donc choisi plus que je ne l’ai choisi. Et je pense que c’est aussi une façon pour moi d’écrire une meilleure fin telle que j’aurais voulu en avoir une moi même, un meilleur happy end.

Que dirait la Sarah Dessen d’aujourd’hui à celle d’hier ?

Je lui dirais « Don’t worry ». La vie est longue, si tu n’es pas heureuse aujourd’hui, ce n’est pas grave parce que tout change un jour.

20180317_132529.jpg

Pour rentrer dans le vif du sujet, j’ai commencé à lire Once and for all. Je découvre donc les sujets que vous y évoquez, le mariage (qui me parle beaucoup) et puis, d’un coup, je suis arrivée dans la partie où on découvre l’autre versant de l’histoire, plus profond, sur les tueries dans les lycées. Un message qui fait fortement écho à la récente tuerie de Parkland. Quel est votre point de vue par rapport à ce qu’il se passe, la mobilisation de cette jeunesse contre l’autorisation du port d’arme ? 

Je pense que cette loi sur les armes doit vraiment changer, c’est quelque chose que j’ai toujours pensé. Ma fille a dix ans et à l’école elle fait des exercices pour se protéger en cas d’attaques, pour apprendre à se cacher sous les bureaux et comment réagir si quelqu’un s’introduit de force dans la classe. Et c’est une chose terrible, une chose que les enfants ne devraient pas avoir à apprendre.

Je trouve ça terrible que pour respecter les droits d’une partie de la population, d’autres personnes aient besoin d’apprendre à se défendre comme ça. Et maintenant, ce sont les adolescents qui disent « Non, nous ne voulons plus de ça ». Avant, c’étaient les parents qui protestaient, et maintenant ce sont les jeunes, et je pense vraiment qu’ils vont changer le monde.

Pour terminer, je vous propose un petit jeu de questions/réponses rapides pour mieux vous connaître… :

  • Quel est le premier livre que vous avez lu par vous même, ou le premier livre que vous vous souvenez avoir lu ? La petite maison dans la prairie. J’étais vraiment jeune mais aussi fière quand j’ai lu ce livre toute seule par moi même. Aujourd’hui, ma fille est également en train de le lire. C’est amusant de la voir lire le même livre que moi.
  • Petite, quel métier vouliez vous faire ? Je pense que je voulais être prof. J’aimais vraiment aller à l’école, et ma mère était professeur, mon père également. Je voulais donc être enseignante moi aussi, car je trouve que les enseignants ont un pouvoir sur vous. Donc je voulais être enseignante ! **Rires**
  • Quel est votre livre préféré ? Oh, woaw… Une question difficile. J’hésite entre deux… Mais mon livre préféré est Une prière pour Owen de John Irving, un auteur américain. Un livre magnifique sur l’histoire incroyable d’un garçon. Et je pense que c’est un livre que vraiment tout le monde devrait lire.
  • Quel livre lisez vous actuellement ? Je viens juste de finir un livre que je relisais, The accidental Tourist d’Anne Tyler, car mon éditeur m’a demandé de dire quelques mots dessus. Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas relu d’ailleurs… L’action se passe à Baltimore, mais le livre se termine à Paris, ce dont je ne me rappelais pas, et, coïncidence, je l’ai donc terminé la veille avant de venir à Paris !
  • Vous avez une heure de tranquillité devant vous. Que faites-vous ? Dormir. J’aime tellement dormir ! Ce que j’aime le plus dans la vie, c’est lire et dormir !
  • Musique ou calme quand vous écrivez ? Pas de musique, je ne peux pas. Je peux écrire dans un café, ou dans des endroits avec un bruit ambiant, voir de la musique en fond sonore. Mais, chez moi, j’écris dans le calme (Sarah Dessen écrit minimum 2h chaque jour).
  • Série TV ou lecture ? Qu’est ce que j’aime le plus ? Je ne peux pas choisir, j’aime les deux ! Je regarde énormément la TV, mais je lis également beaucoup. Je ne peux vraiment pas n’en prendre qu’un ! Mais je pense que la télévision passe en premier, c’est embarrassant pour moi, mais j’aime regarder The Real Housewives of Beverly Hills, c’est addictif et c’est mon petit plaisir coupable…

Merci beaucoup Sarah pour ces réponses et ce fantastique moment ! Je vous souhaite une très belle fin de salon à Livre Paris, et j’espère pouvoir vous revoir un jour dans notre pays, peut être à l’occasion de la sortie d’autres titres en français, qui sait…

**Rires** Merci à vous pour ce jeu de questions réponses, c’était très drôle. Et si je peux vous donner un conseil, le jour de votre mariage, profitez pleinement de cette journée, ça passe très vite.. A bientôt !

28754532_231971477375610_4370894835960250368_n

19 réflexions sur “Rencontre avec… Sarah Dessen

  1. Pingback: Concours – Once and For all, Sarah Dessen | Alice Neverland

    • Oui, c’était magique ! J’étais toute intimidée au début, ça m’a fait bizarre…
      Sinon, l’organisation de chez Lumen était top, il y avait une traductrice qui s’occupait de tout retransmettre. bref, de quoi profiter pleinement de ce moment sans stresser ❤
      (Les photos sont celle du Stand Lumen, il était magnifique, sans conteste le plus beau de tout le salon !)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s