La course au bonheur – Maggie Lehrman

Couverture La course au bonheur

Kay : En changeant les traits de mon visage, je croyais que je serais plus entourée, mieux aimée mais il n’en a rien été.
Win : C’est surtout la nuit. Ou plus précisément quand le soir tombe, quand j’embrasse Ari que pourtant j’aime tant. Quelque chose me fait si mal que je suffoque.
Ari : J’ai voulu t’oublier, Win, j’ai voulu oublier l’amour même. Et j’ai payé. En oubliant aussi ce que j’aimais le plus au monde : danser.
Diana : Mes amis changent, je les trouve différents, distants. Ou ils se tiennent trop près, comme Kay, si gentille, si étouffante, si écœurante. Et si Ari elle aussi me cachait des choses ?
Jusqu’où iriez-vous pour être heureux ?


Par Marine  28468070_10215286958156547_4490930749452582912_n

J’avoue que déjà, ce n’est pas la couverture qui m’a tapé dans l’œil, plutôt le résumé intriguant. Ensuite le livre est coupé en plusieurs parties et chaque chapitre correspond à un personnage mais on reconnait facilement les différentes façons de penser.

L’histoire est celle de quatre voir cinq personnes. Ari et Diana sont très proches, Kay espère désespérément entrer dans ce groupe mais sans parvenir à se faire une place.
L’histoire prend place avec la mort de Win, le petit ami d’Ari, on est lancé directement dans le sujet au premier chapitre. Ari va donc décider de se rendre chez une hékamiste, une personne ayant des pouvoirs mais n’ayant pas le droit d’exister selon la société, afin d’oublier définitivement Win qu’elle a tant aimé et dont elle n’arrive pas faire le deuil.
Seulement voilà chaque sort à des effets secondaires, un sort pour effacer la mémoire aura des conséquences physiques pour rééquilibrer l’ordre naturel des choses. Alors réussir à cacher les effets quand on n’a parlé du sort à personne et faire semblant d’être en deuil d’une personne qu’on ne connait pas surtout quand on est sa petite amie et donc une des personne que l’on plaint le plus, la vie devient vite un cauchemar de tous les jours.
Et comme si cela ne suffisait pas Kay et Markos, le meilleur ami de Win, vont aussi avoir recourt à l’hékamiste en cachette des autres chacun de leur coté, apportant avec eux leur lot d’effets secondaires.

Vous l’aurez bien compris, l’histoire est basée sur le mensonge, le deuil, l’amitié, l’amour, bref des thèmes assez banals mais le coté surnaturel apporte une pointe de fantastique au roman qui donne envie de poursuivre et de savoir comment les protagonistes vont pouvoir se dépêtrer de leurs mensonges et surtout du mauvais sort qui les suit.

Coté personnage, à part Diana qui reste elle même, quoique un peu effacée, elle est la personne que j’ai le plus aimé car elle n’a pas usé de magie, malheureusement elle subit les bêtises de ses camarades.
Ari me plaisait bien, mais le sort l’a changé et selon moi pas en bien, devenu trop froide.
Kay est le personnage que j’ai le moins aimé, superficielle au point d’user de magie pour des banalités comme se rendre plus belle pour que les gens l’aime. Enfin voilà j’ai trouvé sa façon de penser stupide.

Pour conclure, c’est une lecture que j’ai apprécié mais sans plus. J’ai besoin de m’attacher au personnages et ici c’est très difficile car ils m’ont paru trop « faux », trop manipulateurs. N’empêche que c’est une histoire agréable et la touche de fantastique est top.


Chronique rédigée par Marine

Parution : 14 mars 2018
Éditions : Casterman
Nombre de pages : 426 pages
Prix : 16,00 €3.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s