La couleur du mensonge, tome 1 – Erin Beaty

Couverture La couleur du mensonge, tome 1

Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s’en sortir ? Épouser un beau parti. Elle se présente donc chez une entremetteuse – l’une de ces femmes chargées d’évaluer le potentiel des candidats au mariage, et dont les décisions font et défont les fortunes d’une famille, voire d’un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, la jeune fille échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l’observation, la marieuse lui propose toutefois de devenir apprentie.

Sage s’embarque donc dans un périple vers la capitale pour assister au Concordium – là où, tous les cinq ans, se décident les unions les plus importantes – avec un groupe de jeunes filles triées sur le volet. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d’élite qui ne tarde pas à réaliser qu’ils sont tous sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin prépare une invasion et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l’un des membres de la troupe sollicite alors l’aide de Sage. Mais plus elle avance dans ses recherches plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu… à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle…


avis

Grande fan de fantasy, je ne pouvais définitivement pas passer à côté de cette nouvelle série chez Lumen. Surtout que la maison d’édition a su me prouver, à maintes reprises, que ses publications dans ce genre valait vraiment le détour.

Je ne connaissais pas du tout ce livre. J’avais lu une première fois le résumé, et je sentais déjà que ça allait me plaire. Je me suis donc plongée dedans, curieuse de découvrir l’univers de l’auteur. Et ce que j’en ai vu m’a complétement séduite, je me suis tout simplement régalée !

L’histoire est un peu longue à démarrer, il faut dire qu’il y a un certain nombre d’éléments à mettre en place pour bien saisir tous les enjeux de ce monde. Et, une fois la seconde partie amorcée, on comprend très vite que ce rythme était nécessaire. Car tout s’enchaine par la suite et, si les éléments essentiels n’ont pas été assimilés, le lecteur risque de se perdre. Ainsi, cette lecture à deux vitesses trouve vite son explication dans la suite de l’histoire.

J’ai adoré ! Que ce soit l’intrigue, les personnages, les retournements de situation… Alors oui, la plupart étaient assez prévisibles, mais Erin Beaty les incorpore parfaitement à l’histoire. Et quelle histoire ! Jeux de pouvoir, complots, masques… Il y a vraiment de quoi faire ! Chaque personnage semble jouer un double jeu, j’ai eu du mal à en cerner quelques uns, et j’ai aussi aimer l’incertitude constante dans laquelle nous plonge l’auteur. Jusqu’à la fin, on ne sait vraiment pas comment tout cela va finir, la tension monte progressivement jusqu’à atteindre un niveau explosif dans lequel la moindre petite étincelle va mettre le feu aux poudres…

Quant aux personnages.. Je ne vous cache pas que j’ai eu peur au départ de ne pas me faire aux nombreux narrateurs. Mais, finalement, Sage et le héros masculin en sont les principaux. D’autres personnages nous livrent parfois leurs pensées, mais dans une moindre mesure, et de courts chapitres. Cela permet surtout d’observer une situation sous un autre angle et de mieux cerner la situation sur tous les niveaux.

Sage est une héroïne comme je les aime. Libre, franche et curieuse,  elle est naturelle et s’intéresse à tout. C’est d’ailleurs un véritable don chez elle, car elle est capable de deviner ce que les gens ne veulent pas dire. Je me suis très vite attachée à elle, et j’ai aimé la voir prendre de plus en plus d’assurance afin de se détacher de sa situation et de prendre sa vie en main. Elle est loin de se laisser porter par le mouvement et va prendre des décisions qui vont marquer, à de nombreux moments, des tournants décisifs dans l’histoire…

Pour conclure : La couleur du mensonge possède tous les ingrédients que j’aime tant retrouver en fantasy. J’ai été captivée par l’histoire qui a su m’emporter dès les premières pages. J’ai découvert un monde plein de faux-semblants et je me suis vraiment prise au jeu des multiples intrigues qui dirigent ce roman. Erin Beaty gère son histoire d’une main de maitre et a réussi à me faire tomber sous le charme de son récit… Ce premier tome annonce une série plus que prometteuse, et je suis impatiente de découvrir ce qui attend Sage par la suite…!


Parution : 22 février 2018
Éditions : Lumen
Nombre de pages : 512
Prix : 15 €
pcc

12 réflexions sur “La couleur du mensonge, tome 1 – Erin Beaty

  1. Pingback: La couleur du mensonge, tome 2 : Le parfum de la trahison – Erin Beaty | Alice Neverland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s