Les affamés – Léa Frédeval

Léa Frédeval a publié son premier livre, Les affamés, chez Bayard, à 22 ans. Elle y raconte, avec humour, impertinence et sans naïveté, les galères d’une jeune Parisienne dont la situation rejoint celle de toute une jeunesse abonnée aux petits boulots, aux stages non ou peu rémunérés en entreprise. Elle montre toute l’énergie et la créativité d’une génération « qui ne lâche rien », et qui veut prendre sa place dans le monde d’aujourd’hui et de demain.


avis

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce roman. Je savais seulement que c’était un livre pour les jeunes qui venait d’être adapté au cinéma avec, en rôle phare, Louanne. En dehors de cet élément, et de la quatrième de couverture, j’étais un peu dans le flou.

Les affamés est surtout un vaste constat sur la jeunesse désillusionnée d’aujourd’hui. Alors, il y a du bon comme du mauvais dans ce livre. Si je rejoins l’auteure sur certaines de ces affirmations, j’avoue avoir eu du mal avec d’autres. A travers ce roman, Léa Frédeval nous raconte donc l’histoire d’une jeune parisienne de 22 ans qui a du mal à trouver sa place dans la vie d’adulte, mais aussi les galères qui vont avec.

L’angle de vue qu’adopte Lea pour raconter son récit et ses galères est assez pertinent et permet de mieux cerner les ressentis de cette jeunesse adulescente. Je me suis retrouvée dans certaines situations, tout comme j’ai eu du mal à en accepter d’autres telles qu’elles y sont racontées. Car l’auteur ne nous épargne rien, absolument rien, et va tout aborder sans aucun tabou.

J’ai donc navigué dans ce roman entre compréhension et incompréhension, ayant parfois le sentiment que l’auteure se servait du prétexte de la situation économique pour expliquer ce qu’il arrivait ou grossir les évènements, sans chercher à se battre ni à chercher d’autres solutions et/ou explications.

Le roman peut donc être intéressant à découvrir pour les parents et autres adultes cherchant à cerner cette génération qui se sent complètement perdue. Pour autant, tout n’est pas à prendre au pied de la lettre et il faut parfois se détacher de ce que raconte Léa Frédeval, comme si elle en faisait trop. Je suis quand même curieuse de voir sous quel angle le film, adapté de ce roman, va nous relater les faits.


Parution :  23 mai 2018
Éditions : Bayard
Nombre de pages : 250
Prix : 16 €
3.0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s