Crossing the line — Simone Elkeles

Couverture Crossing the Line

Pour échapper à une famille chaotique, Ryan Hess, 18 ans, quitte le Texas pour le Mexique.
Son plan ? Se consacrer à son unique passion, la boxe.

Fille d’un des avocats les plus influents du Mexique, Dalila Sandoval est lycéenne. Elle travaille sans relâche et se prépare à une brillante carrière de médecin.

 


Par Célia  Celia

Quand j’ai entendu parler de ce livre, ce qui a retenu mon attention, ce n’est pas forcement le résumé, mais plutôt l’auteure. Simone Elkeles a écrit la trilogie Irrésistible alchimie qui avait été une très bonne lecture, j’avais apprécié les trois tomes.

C’est l’histoire de Ryan, un boxeur un peu paumé et à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Effectivement, sa jeunesse a été chaotique, sa mère est alcoolique et son beau-père est tout simplement horrible. Dalila quant à elle est une riche mexicaine ayant une famille aimante et un avenir tout tracé. Alors que Ryan part pour le Mexique dans le but de s’entrainer avec une star de la boxe, il tombe par hasard sur Dalila. Cette rencontre va bousculer leurs vies, leurs certitudes et les forcer à repousser leurs limites.

Ryan a été, pour moi, un personnage attachant et le fait qu’il ne s’apitoie pas sur son sort le rend encore plus intéressant. Dalila est décrite comme une princesse enfermée dans son palais dans l’attente du chevalier qui viendra la sauver. Heureusement, son caractère a compensé cet aspect là de sa vie.

Le récit à deux voix m’a permis d’être en immersion complète dans cette romance. J’ai mieux compris les choix des personnages même si parfois ils sont totalement farfelus. J’ai aussi aimé que le point de vue de Dalila nous plonge dans la culture mexicaine alors que Ryan nous fait découvrir ce pays et ses paysages du point de vue d’un « touriste ».

J’ai trouvé dommage qu’il y ait beaucoup de mots en espagnol non traduits. Les lecteurs qui n’ont pas de notions dans cette langue risquent de se lasser. Mis à part l’aspect traduction, introduire des termes issus de la culture mexicaine a été, pour moi, très enrichissant. Le texte en devient dépaysant.

Pour conclure, cette romance est un voyage improbable qui part du Texas jusqu’au Mexique, le dépaysement est garanti. Je suis un peu plus mitigée sur la dernière partie du roman… Et ce n’est pas vraiment la fin que j’aurai espérée, mais bon, j’ai quand même trouvé que, d’une certaine façon, c’était une belle conclusion.


Chronique rédigée par Célia.

Parution : 17 janvier 2019
Éditions : La Martinière (Fiction J.)
Nombre de pages : 400
Prix : 14,90 €
4.5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s