Waterwitch – Alex Bell

Certaines malédictions deviennent de plus en plus puissantes avec le temps…
Suite à un accident, Emma a perdu l’usage de ses jambes. Sept ans plus tard, l’adolescente revient en Cornouailles, sur les lieux du drame : l’auberge familiale du Waterwitch, gérée par sa grand-mère mourante. Ce bâtiment a été construit avec le bois d’une épave, celle d’un navire au passé trouble, maudit raconte la légende. Parmi les sombres secrets qui hantent l’auberge se cachent des fantômes du passé. Et l’un d’eux est particulièrement en colère.


Par Marine  28468070_10215286958156547_4490930749452582912_n

J‘avais déjà rencontré cette autrice avec son livre : Emmurées que j’avais adoré ! C’est donc avec une joie immense que j’ai replongé dans un univers oppressant grâce à la plume d’Alex Bell. En même temps, je pense que la couverture annonce directement la couleur du roman, non ?

Le livre se découpe en trois points de vue, de façon plutôt aléatoires mais surtout entre Emma et Shell. L’histoire commence avec Emma, qui correspond depuis des années avec sa grand-mère par courrier. Le dernier en date demande à Emma de venir car sa grand-mère ne va vraiment pas bien et qu’elle sent que bientôt il sera temps pour elle de partir.

Emma part donc avec Bailey, son chien qui l’assiste au quotidien depuis qu’elle a perdu une grande partie de l’usage de ses jambes. Sa grand-mère va lui confier les clés du Waterwitch, son auberge afin que celle-ci les donne à une agence et qu’elle se débarrasse de l’établissement qui, selon les dire de nombreux clients, est hanté. Emma, ne croyant pas ces histoires, va aller y faire un tour pour découvrir que Jem, son meilleur ami d’enfance, et sa soeur Shell, vivent dans l’auberge. Seulement Shell ne va pas bien, elle voit des oiseaux qu’elle seule aperçoit, elle entend des rires déments mais son frère ne constate rien. Mais ces derniers temps, les phénomènes s’aggravent et bientôt il est trop tard pour partir…

Emma est un personnage que j’apprécie, malgré son handicap elle se débrouille « seule » avec Bailey. Si au départ elle ne croit pas toutes ces histoires, elle reste cependant ouverte d’esprit et heureusement.
Shell est intrigante, un personnage qui lutte entre ce qu’elle voit, qui est irrationnel, et une autre partie qui lui fait croire qu’elle est folle, car ce qu’il se passe est improbable.
Jem est un grand frère protecteur avec une vie pas franchement facile, il est un peu trop en retrait à mon goût et est complètement fermé à ce que raconte sa soeur qui, pour lui, ne se remet pas du suicide de leur mère.

Dès les premières lignes, j’ai su que j’allais aimer cette lecture, je ne me suis pas trompée. Je n’ai pas encore trouvé LE livre qui m’empêchera de dormir, néanmoins celui-ci a une atmosphère morbide, oppressante mais captivante en même temps. Si je m’attendais à des esprits, finalement c’est plus une histoire de magie noire. L’autrice a une plume que j’affectionne et elle sait rendre son histoire angoissante. Certains passages m’ont arraché quelques grimaces de dégoût (les yeux et les ongles c’est une horreur pour moi que ce soient livres ou films). Et puis l’autrice nous laisse sur une fin ouverte, laissant libre court à notre imagination quant au devenir des protagonistes mais concluant l’histoire principale tout de même (vous comprendrez en lisant le livre !)

Pour conclure, c’est un coup de coeur et je pense sincèrement que la plume de l’autrice me correspond parfaitement, pour le moment aucune déception de sa part. C’est dommage juste que la grand-mère d’Emma ne nous raconte pas tout ce qu’elle sais et que Jem soit si fermé. Mais sinon c’est une lecture addictive. Adeptes des sorcières ou des esprits, cette lecture est pour vous. A lire seul, le soir avant d’aller dormir, pour plus de frissons…


Chronique rédigée par Marine

Parution : 20 février 2019
Éditions : Chat Noir
Nombre de pages : 272 pages
Prix : 19.90 €
pcc

4 réflexions sur “Waterwitch – Alex Bell

    • C’est une autrice qui ne m’a pas encore déçue niveau frisson. Elle arrive à donner une ambiance sinistre à ses romans sans pour autant avoir besoin de mettre des effusions des sang ou du gore, l’imagination fait très bien les choses toute seule 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s