La cité du ciel – Amy Ewing

Couverture La cité du ciel

Sera ne s’est jamais sentie à sa place parmi son peuple, les Céruléennes. Curieuse de tout, elle questionne sans cesse ses trois mères, sa meilleures amie Leela et même la Grande Prêtresse.

Elle attend aussi avec impatience le jour ou le cordon qui relie la Cité du Ciel au monde d’en dessous sera rompu, permettant aux Céruléennes de partir en quête d’une nouvelle planète d’attache.

Mais lorsque Sera est choisie comme sacrifice pour rompre le cordon, elle ne sait quoi ressentir. Pour sauver sa Cité et ses concitoyennes, elle doit se précipiter du bord du prix de sa vie.

Sauf que tout ne se passe pas comme prévu et qu’elle survit à sa chute, atterrissant en un lieu appelé Kaolin. Sera a entendu des histoires sur les humain qui y habitent et elle ne tarde pas à se rendre compte que les mises en garde de ses mères étaient justifiées.


avis

J’avais beaucoup aimé la trilogie précédente d’Amy Ewing, Le joyau, qui m’avait agréablement surprise par l’imaginaire et la mythologie mis en place. J’étais donc assez curieuse de retrouver l’auteure dans une nouvelle série. De toute façon, avec une telle couverture, je ne pouvais que craquer, non ?

Sera n’a toujours connu que la Cité du Ciel, cette grande ville flottante où vit son peuple, les Céruléennes. Cette Cité s’arrime régulièrement à une planète grâce à une chaîne, invisible pour les habitants de cette dernière. C’est ce qui lui permet de continuer à vivre tout en puisant ce dont elle a besoin sur ces planètes. Mais cela fait plus de neuf cent ans que la Cité du Ciel n’a pas bougé, ce qui désespère Sera qui rêve de nouveaux horizons. Jusqu’au jour où la Grande Prêtresse annonce enfin le départ. Sera est aux anges, jusqu’à ce qu’elle soit choisie pour être l’Élue, la sacrifiée qui permettra au cordon de se rompre, et à la Cité de reprendre sa route.

Dès les premières pages de l’histoire, l’auteure m’a littéralement transportée dans cette Cité magnifique dont les habitantes vivent selon des règles qui leurs sont propres. Amy Ewing a réussi à créer un peuple merveilleux qui m’a agréablement surprise sur de nombreux aspects. Imaginez un peuple fait uniquement de femmes, qui vivent en couple de trois et qui n’ont pas besoin d’hommes pour se reproduire. Une différence qui s’apprécie et qui reste, pour moi, le gros point fort de ce premier tome : j’ai vraiment adoré ce monde ainsi que le peuple des Céruléennes, aussi atypique qu’intriguant.

Sera est une jeune fille qui a du mal à trouver sa place auprès de ses compatriotes. Elle rêve d’aventures, mais pas au point de devoir y laisser sa vie. C’est pourtant ce qui lui arrive, et elle se sent prise au piège d’un destin qu’elle n’a pas choisi, alors qu’elle ne devrait être que joie et bonheur à l’idée d’être celle dont la mort guidera son peuple vers une nouvelle planète.

Pour autant, je ressors un peu mitigée par toute la partie qui se passe sur «terre». Du moins, sur Kaolin. Si, là encore, j’ai aimé la façon dont l’auteure nous présente cette nouvelle facette du récit, j’en ai détesté la plupart des personnages humains. Quand la première partie était enchanteresse, celle-ci se révèle plus sombre, plus froide, avec des personnages bien plus mauvais, et un héros égocentrique qui m’a très vite agacée, même s’il évolue par la suite de l’histoire (malheureusement, difficile de se défaire de sa première impression).

Malgré tout, l’auteure dissémine certains éléments sur sa mythologie qui intriguent, tout comme le dernier chapitre qui se révèle explosif en ouvrant une porte sur un mystère bien plus grand qui entoure cette mystérieuse Cité du Ciel. Cette dernière ne semble pas avoir révélé tous ses secrets, et j’ai vraiment hâte de découvrir comment Amy Ewing va faire s’emboîter tous les rouages qu’elle parsème tout au long de son récit.

Au final, La cité du Ciel s’avère être une très agréable surprise même si je n’ai pas accroché à une partie de l’histoire. Mais mon intérêt reste à vif, et je suis curieuse de découvrir ce qu’Amy Ewing nous réserve dans la suite (et fin) de son diptyque !


Parution : 14 février 2019
Éditions : Robert Laffont – Collection R
Nombre de pages : 448

Prix : 18.90 €
3.5

10 réflexions sur “La cité du ciel – Amy Ewing

  1. Il faut absolument que je me plonge dans cette lecture car l’objet-livre est de toute beauté et puis j’adore la plume et l’imagination d’Amy Ewing ! Le Joyau m’avait juste conquise et j’ai hâte de voir ce que cela donne avec cette nouvelle saga !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s