Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte – Mary Adkins

Couverture Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte

<< Je me fiche d’adorer le sucre et d’avoir des grosses cuisses. Je me fiche de dire trop de gros mots, de ne recycler que quand ça me chante. Je me fiche d’avoir les dents de travers – je n’ai plus un poil sur le caillou, alors je ne suis plus à ça près. Je me fous de tout ça, parce que je suis toujours là. >>

Pendant des années, Iris a travaillé main dans la main avec Smith, expert en relations publiques. Quand Iris meurt, emportée par une maladie à l’âge de trente-trois ans, Smith ne se remet pas de la perte de sa collègue et amie. Il découvre alors qu’elle a laissé quelque chose avant de tirer sa révérence : un blog dans lequel elle raconte avec beaucoup d’humour et de justesse la fin d’une vie pas très épanouie. Et Smith a une mission : publier ce témoignage. Mais pour exaucer la dernière volonté d’Iris, il doit d’abord obtenir l’accord de Jade, la soeur d’Iris, qui n’arrive pas à faire son deuil. Ces deux-là n’ont-ils pas plus en commun que le souvenir de celle qu’ils ont perdue ?


Par Marine   28468070_10215286958156547_4490930749452582912_n

Je trouvais le résumé plutôt sympathique, curieuse de voir comment on pouvait se diriger vers une romance (le résumé y fait un peu penser quand même) en partant d’un sujet si grave.

L’histoire est celle de Smith et de Jade, parce qu’en réalité Iris ne vit plus qu’au travers de son blog dès le début. Smith, chef d’une entreprise de communication, décide de prendre un stagiaire ; Carl, pour l’aider à la place d’Iris quelques mois après sa mort. Alors que Carl installe ses affaires, il va retirer celles d’Iris et y trouver une copie des pages de son blog avec un petit mot de cette dernière demandant de le publier si Smith y voit un intérêt quelconque. Smith va alors se mettre en relation avec Jade afin d’avoir son accord pour publier ces pages, mais Jade est contre. Pour elle ce blog n’est pas Iris, ce sont les pages d’une femme mourante que la chimio fait parfois délirer.

Ce livre n’est fait que de pages de blog, d’échanges de mails en tout genre (travail et perso), de textos, ce qui donne une lecture plutôt rapide et des chapitres espacés.

Smith est un personnage assez agréable, un homme qui au final se retrouve dévasté par la disparition de son assistante et qui retombe dans son addiction pour les jeux d’argent.
Jade est une femme un peu trop « je contrôle tout » et du coup j’ai eu du mal à vraiment l’apprécier, néanmoins je pense que perdre sa soeur n’aide pas à être sympathique.
Carl est un stagiaire plutôt maladroit et un peu sans gêne, il va créer pas mal de situations embarrassantes en répondant directement aux clients de Smith.

Exemple d’une page complète

Dans ce livre, on mélange le boulot et le perso, Smith doit continuer sa vie, alors il cherche des clients mais en même temps il prend contact avec la soeur d’Iris pour pouvoir exaucer le vœu de cette dernière qui était de publier son blog. Jade est catégorique, elle refuse, pour elle ce ne sont que les divagations d’une mourante. L’échange entre les deux va partir alors vers des sujets plus personnels et ils vont se rendre compte que de parler d’Iris ensemble leur fait du bien. 
Le livre est parfois un peu compliqué à suivre car les mails pro sont parfois un peu nombreux et viennent de diverses personnes.

Pour conclure, c’est une bonne lecture mais avec une impression d’inachevé… On a l’impression que, d’un coup on coupe tout, pouf plus rien, on est dans le vague pour l’histoire Smith/Jade, on ne sait pas trop pour le blog et sa publication, bref un fin ouverte mais un peu trop du coup… J’ai cependant apprécié suivre les personnages, j’avoue que le coté échange de mails change un peu des lectures habituelles et c’est agréable d’avoir un livre avec des pages pas trop trop remplies parfois. En bref, c’est une lecture d’été pour ceux qui aime les livres avec des pages plutôt légères.


Chronique rédigée par Marine

Parution : 15 mai 2019
Éditions : Milady
Nombre de pages : 467 pages
Prix : 18,90€3.5

2 réflexions sur “Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte – Mary Adkins

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s