King of Scars, tome 1 – Leigh Bardugo

Aux yeux de tous, Nikolai Lantsov, roi de Ravka, a tout pour plaire : jeune, charismatique, il est le héros de la guerre civile qui a déchiré le royaume.
Installé depuis peu sur le trône, Nikolai doit pourtant faire face à une nouvelle menace : des forces ennemies semblent bien décidées à envahir le pays, dont les frontières sont affaiblies, et les coffres vides. Nikolai doit donc trouver un moyen de rétablir les finances, forger de nouvelles alliances et renforcer son armée de Grishas, cette élite magique qui a tant souffert de la guerre civile.

Or, la plus grande menace pour le royaume n’est autre que le roi en personne ! Victime, pendant la guerre civile, d’une terrible malédiction, Nikolai se transforme presque chaque nuit en une monstrueuse créature que seuls quelques Grishas semblent pouvoir contenir.
Hélas, les ténèbres qui habitent le jeune monarque sont de plus en plus fortes, et Nikolai craint de devenir un monstre pour toujours.

Résolu à combattre le mal qui le ronge, il décide de partir en quête de réponses dans un lieu où règne la plus sombre des magies..


avis

Je ne sais pas s’il est encore utile de présenter Leigh Bardugo et le GrishaVerse, l’univers autour de sa série Grisha qu’elle a développé également dans Six of Crows et, maintenant, dans King of Scars.

Je suis complètement fan de cet univers. Et, avec cette nouvelle duologie, Leigh Bardugo pousse un peu plus l’exploration de son imaginaire. Même si ce n’était pas parfait, c’était un retour agréable et spectaculaire dans ce monde.

Après les évènements des séries précédentes, Nikolaï et Zoya tentent de reconstruire leur pays, avec minutie et délicatesse, tandis que Nina s’occupe de sauver autant de Grisha que possible. Nous sommes donc dans une période de reconstruction après les guerres précédentes. Il n’y a plus de grands combats, mais plutôt une idée d’avancer vers un avenir plus radieux, plus sécurisé et à l’opposé des périodes sombres qu’ils ont traversé.

De ce fait, l’histoire est assez calme et, il faut le dire, lente. Ce manque d’action m’a par moment ennuyée, et j’ai décroché à de nombreuses reprises durant une bonne partie de l’histoire. Autant j’ai aimé la façon dont Leigh Bardugo traite la reconstruction de son univers, de ses personnages, dans un monde qui n’a connu jusque là que des dictateurs et qui a fait souffrir les Grishas sans état d’âme, autant j’ai eu du mal avec le manque de rythme que l’on retrouve dans cette première partie, même s’il y avait d’excellents éléments, en particulier en terme de développement du caractère et des personnages.

Heureusement, la suite m’a beaucoup plus emballée, et j’ai retrouvé ce que j’aime tant dans la plume de l’auteure. Elle m’a embarquée et a alors annoncé la couleur en nous livrant une seconde partie bien plus rythmée, développant ainsi de nombreuses idées intéressantes et étonnantes.

J’ai également adoré découvrir des nouveaux personnages, en retrouver d’autres, et j’ai apprécié les caméos que fait l’auteure en réintégrant certains noms bien connus du GrishaVerse. Mais c’est Zoya qui m’a clairement marquée, et j’ai, une nouvelle fois, été ébahie devant l’arc narratif que nous offre Leigh Bardugo autour de ce personnage. Et sa dynamique avec Nikolaï… J’ai juste adoré voir l’évolution de leur duo !

Quant à la fin… Je m’attendais tellement à ce que cela se passe différemment que j’ai du la relire une seconde fois pour être sure de ce que je découvrais. J‘espère juste que Leigh Bardugo sait ce qu’elle fait mais, dans tous les cas, je n’ai tellement pas envie d’avoir à attendre pour découvrir la suite…!

En définitive, j’attendais énormément de mon retour dans le GrishaVerse mais j’ai été assez déstabilisée par le début du roman. J’ai été surprise par la lenteur de l’histoire, le manque de rythme et j’ai cru que ce tome allait être ma première déception dans cet univers. C’était bien mal connaitre Leigh Bardugo, car l’auteure a réussi à me surprendre et à m’entrainer dans son histoire grâce à une seconde partie riche en surprises et en révélations.


Parution : 18 septembre 2019
Éditions : Milan – Collection Page Turners
Nombre de pages : 517

Prix : 17.90 €
4.0

3 réflexions sur “King of Scars, tome 1 – Leigh Bardugo

  1. J’ai adoré! Mais j’espère que Nikolai sera un peu lus au premier plan dans le second tome car je l’ai trouvé en retrait, notamment vis-à-vis de Zoha. J’ai appris à aimer cette dernière mais pour Nikolai doit être LE personnage de cette saga

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s