Nos lendemains retrouvés — Alan Hlad

Couverture Nos lendemains retrouvés

Septembre 1940, alors que les bombes allemandes pleuvent sur la Grande-Bretagne, Susan trouve du réconfort en élevant des pigeons voyageurs et auprès de Duchesse, son pigeon préféré. De son côté, Ollie Evans, un jeune pilote américain, décide de rejoindre la Royal Air Force et découvre le National Pigeon Service, où il rencontre Susan. Tous deux se consacrent à la mission qui doit envoyer des centaines de pigeons en France afin d’espionner les Allemands. Susan et Ollie se lient d’amitié mais doivent rapidement se séparer. Le jour où l’avion d’Ollie franchit les lignes ennemies, ils savent qu’ils ne se reverront probablement jamais. Mais Duchesse leur permettra d’échanger des lettres et leur prouvera ainsi qu’il ne faut jamais perdre espoir.


Par Célia Celia

J’aime particulièrement les témoignages et les récits basés sur des faits réels. Lorsque j’ai lu le résumé, j’ai été intriguée par la trame de l’histoire. Effectivement, je ne connaissais pas du tout ce versant de la Seconde Guerre mondiale. Et puis il faut dire que la couverture n’est pas mal non plus…

Ici, nous suivons Susan et Ollie durant la Seconde Guerre mondiale. Elle élève des pigeons voyageurs en Angleterre et lui est un pilote d’avion américain. Ils se rencontrent de manière peu conventionnelle et de là va naître une superbe histoire. 

Ollie s’engage dans la Royal Air Force suite à une terrible épreuve. J’ai trouvé magnifique l’hommage qu’il veut rendre à ses parents. Susan quant à elle, elle est courageuse, dommage qu’elle tombe parfois dans la caricature.

La romance est belle, je dirais même poétique. J’ai juste un petit bémol, à certains moments, j’ai trouvé cela un peu trop mélodramatique…

Je ne connaissais pas du tout cette facette de la Seconde Guerre mondiale et j’ai adoré en découvrir plus sur cette période sombre de notre Histoire. Niveau culture générale, je pense que cela est vraiment intéressant. On croit être calé sur un sujet et finalement, il y a toujours des anecdotes qui nous échappent.  

Le travail d’Alan Hlad est à souligner, car il est très méticuleux, son roman est percutant. J’étais littéralement plongé en 1940 aux côtés de Susan et Ollie. 

La plume d’Alan Hlad roman m’a ébranlé. Il nous montre à quel point les Hommes peuvent être cruels, mais d’un autre côté il nous envoie un message d’espoir en valorisant des personnes ayant une force incroyable.

Pour conclure, je n’ai pas l’habitude de lire ce genre d’ouvrage et je dois dire que ça m’a fait du bien de sortir de ma zone de confort. Le premier roman d’Alan Hlad aura été une belle découverte. 


Chronique rédigée par Célia B.


Parution :  11 septembre 2019
Éditions : Milady
Nombre de pages : 480
Prix : 19,50 €
4.0

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s