Dance of Thieves, tome 1 – Mary E. Pearson

Ancienne gamine des rues, Kazi de Brumevive est devenue une Rahtan, membre de la garde d’élite de la reine de Venda.

À la poursuite d’un criminel recherché par la couronne, elle se rend au Guet de Tor, à l’autre bout du royaume…

Mais les Ballenger, qui contrôlent cette région, ne voient pas d’un bon œil l’intrusion d’une Rahtan sur leurs terres, et la mission de Kazi s’annonce périlleuse.

D’autant plus qu’elle se retrouve bientôt prisonnière de trafiquants de main-d’œuvre avec leur chef, Jase Ballenger. Et que celui-ci ne la laisse pas indifférente…

Commence alors un jeu du chat et de la souris au cours duquel Kazi pourrait bien perdre son âme. Et sa vie…


avis

Ce roman m’avait attirée principalement à cause de sa couverture. Un livre pareil, je ne pouvais définitivement pas passer à côté. Sans oublier qu’il s’agissait d’un roman fantasy, un de mes genres littéraires préférés… J’étais impatiente de découvrir un nouvel univers !

Kazi est une ancienne voleuse des rues devenue une Rahtan, garde d’élite de la Reine de Venda. Elle est chargée de se rendre au Guet de Tor afin de capturer un ennemi du royaume, ancien chef militaire qui a trahi le pays et causé la mort de milliers de personnes, dont le frère de la reine. Mais le Guet est dirigé par la famille Ballenger, dont Jase en est le nouveau patrei depuis la mort soudaine de son père. Et, par un étrange concours de circonstances, Kazi et Jase vont voir leur destin littéralement lié… par une chaine à leur cheville.

J’ai un peu tâtonné en découvrant le début de cette histoire. Il faut dire que Dance of Thieves est un spin off se déroulant des années après l’histoire principale. De ce fait, même si l’auteure nous donne énormément d’éléments, et même si ce tome peut très bien être lu sans en avoir découvert l’histoire précédente, j’ai eu l’impression, dans un premier temps, d’être assez dans le flou, comme s’il me manquait un certain nombre d’informations pour comprendre l’univers dans lequel je me trouvais.

Heureusement, cette sensation s’est vite atténuée, jusqu’à disparaitre totalement une fois que d’autres éléments nous sont donnés, et que j’ai pu recoller les morceaux de ce qu’il s’était passé auparavant. Et j’ai beaucoup aimé ce que j’y ai découvert : une intrigue menée tambours battants, bourrée de rebondissements et des personnages tous plus attachants les uns que les autres mais, surtout, très bien caractérisés.

Kazi et Jase forment un duo qui fonctionne vraiment bien, même si tout est loin d’être parfait entre eux étant donné leur position respective. Mais je les ai trouvés à la fois complémentaires et indépendants, conscients de ce qu’ils représentent, de ce qu’ils doivent accomplir, sans que cela ne les empêche d’être les jeunes adultes qu’ils sont. En cela, peut-être qu’ils se mettent trop rapidement ensemble à mon gout. Mais, en prenant connaissance de la psychologie des personnages, des angoisses de Kazi et du paternalisme de Jase, on se rend vite compte que cela leur correspond tout à fait.

Pourtant, les choses sont loin d’être simples, et l’intrigue se rappelle constamment au lecteur. Il y a beaucoup de mystères autour du Guet de Tor et de la Bouche de l’Enfer, de ce qu’y fait la famille Ballenger, mais aussi autour de la mission de Kazi. J’ai également adoré découvrir les origines de la famille Ballenger, ces belles histoires qui se transmettent de générations en générations.

De plus, Kazi est une héroïne forte qui est loin de se complaire dans le rôle de la demoiselle en détresse, ce que j’ai fortement apprécié chez elle. Quant à Jase, s’il peut paraitre parfois assez naïf, on se rend vite compte que ce n’est qu’une façade et qu’il est prêt à tout pour protéger sa famille et son domaine.

En définitive, j’ai passé un très bon moment avec cette histoire même s’il m’a fallu un certain temps d’adaptation pour comprendre ce qu’il s’était passé dans l’histoire originale, et à quel point cela allait impacter ce roman. Mais les thèmes abordés sont profonds et très bien explorés par l’auteure. De plus, la caractérisation de tous les personnages est bien développée et leurs interactions sont aussi crédibles qu’intelligentes. En cela, l’écriture de Mary Pearson fut une très belle surprise, et j’espère que nous aurons la chance de voir ses autres titres traduits en France !


Parution : 20 février 2020
Éditions : La Martinière J Fiction
Nombre de pages : 576
Prix : 21.90 €
5.0

3 réflexions sur “Dance of Thieves, tome 1 – Mary E. Pearson

  1. Pingback: Dance of thieves, tome 2 : Vow of thieves – Mary E. Pearson | Alice Neverland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s