Une Viking à Rouen — Sophie Dabat

Couverture Une Viking à Rouen

Rouen, an 882 Prête. Inge Oledöttir a vécu toute sa vie pour cet instant unique : son premier raid en Francie occidentale. Pourquoi alors, après avoir éliminé un à un tous les adversaires qui se dressaient sur son chemin, hésite-t-elle à envoyer l’ennemi, aux yeux aussi tumultueux que les flots de la mer, au Valhalla ? Serait-ce parce que le guerrier franc a osé lui voler un baiser au milieu des combats, à elle qu’aucun homme n’a le droit de toucher, ou parce qu’elle a aimé cet instant plus que tout autre ?

 


Par Célia  Celia

Les éditions Harlequin nous offrent une nouvelle collection de romance historique « Aliénor » dont les péripéties se déroulent en France et sont écrites par des auteurs français. Sachant que j’adore les histoires d’amour impossibles ainsi que les romances historiques, je ne pouvais pas passer à côté de ce titre. 

Cette romance narre le coup de foudre d’Inge, une guerrière viking et Raino, un chevalier français. C’est lors de son premier raid en France qu’Inge rencontre cet ennemi qui ne va pas la laisser indifférente. 

Inge est une « Skjaldmö », soit une grande guerrière viking. Elle est une combattante redoutable et son statut est respecté de tous. Raino, quant à lui, est un soldat franc et même si son grade fait trembler nombre d’ennemis, il reste un homme gentil et juste. 

Les deux combattants vont apprendre à se connaître et surtout à apprivoiser la culture de l’autre. L’évolution de leur relation est intéressante même si c’est un peu redondant à certains moments.

Le résumé est basique et plutôt cliché, mais en général cela ne me freine pas. Lors de ma lecture, je n’ai pas vraiment accroché avec les personnages. Ils tombent dans les bras l’un de l’autre au premier regard et j’ai trouvé cela tellement fleur bleue que ça ne l’a pas fait… 

Cependant, le travail de recherche de l’auteure sur l’Histoire et le mode de vie des Vikings est remarquable. Lorsque je me suis plongé dans cette romance, j’étais loin de m’imaginer que j’allais en apprendre autant sur de la culture de ce peuple. 

Pour conclure, une romance qui n’a rien de bien révolutionnaire, mais qui se laisse lire et grâce à laquelle je me suis bien diverti. J’ai passé un agréable moment de lecture et je vais suivre de près les prochaines parutions de cette nouvelle collection. 


Chronique rédigée par Célia B.


Parution :  1 juillet 2020
Éditions : Harlequin (Aliénor)
Nombre de pages : 416
Prix : 7,50 €
4.0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s