La neuvième maison, tome 1 – Leigh Bardugo

Alex  » Galaxy  » Stern a vécu une adolescence chaotique. Élevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir.

À 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La Neuvième Maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces dernières forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses.

Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor a disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir va bien au-delà de l’horreur…


avis

J’étais déjà une grande fan du GishaVerse de Leigh Bardugo. Mais j‘étais curieuse de la découvrir dans un registre plus sombre, plus « adulte », avec ce roman qui avait déjà fait énormément parler de lui dès sa sortie en VO. Même si cela devait me faire sortir de ma zone de confort..

Avant toute chose, il est nécessaire de préciser que La Neuvième Maison est un roman fantastique ADULTE. La phrase d’accroche de Stephen King, présente sur la couverture, reste un très bon indicateur pour laisser ne serait-ce qu’imaginer au lecteur quel genre d’univers il va découvrir ici.

Alex est une jeune étudiante de l’université de Yale. Pourtant, même si elle est obligée de suivre ses cours, cet aspect n’est qu’une simple couverture puisqu’elle a été recrutée par la maison Léthé en raison de ses « capacités » surnaturelles. Alex est, en effet, capable de voir les fantômes, un don rare et utile pour Léthé dont le rôle est de surveiller les huit grandes maisons de Yale, qui possèdent chacune leur propre « spécialité surnaturelle ». La maison Léthé se doit d’observer, en toute neutralité, les actions de ses maisons, en veillant à ce qu’aucune d’entre elle ne dérape.

Mais le meurtre inexpliqué d’une jeune femme sur le campus, couplé à la disparition mystérieuse de Darlington, le mentor d’Alex au sein de Léthé,  pourrait cacher bien plus de secrets que ce qu’on voudrait faire croire…

J’avais déjà été époustouflée par la façon dont Leigh Bardugo avait construit son imaginaire à travers l’univers de Grisha, et de toutes les autres séries qui en ont découlé. Mais là, l’auteure est allée un cran encore plus haut. On sent qu’il y a eu un immense travail de recherche par derrière, avec ces sociétés secrètes s’imbriquant parfaitement dans l’histoire et le quotidien de l’université de Yale.

L’auteure s’est approprié tout cela, connectant la base réelle de cette université à une magie sombre et dévorante. Un imaginaire plein de noirceur et de décadence, où la magie n’a rien d’enchanteur mais donne plutôt envie de s’enfuir en courant. Le mélange final est aussi détonnant qu’étonnant, et c‘est ce qui donne à cette histoire ce goût de reviens-y qui m’a capturée de la première à la dernière page.

L’intrigue, quant à elle, est à la fois double, puisqu’il s’agit de découvrir pourquoi une jeune fille a été assassinée sur le campus, mais aussi pourquoi Darlington a disparu. Pour cela, Leigh Bardugo va jouer sur deux temporalités différentes, alternant entre l’arrivée d’Alex à Yale et au sein de la maison Léthé, et la situation présente et les interrogations que cela engendre. D’habitude, je ne suis pas friande des alternances entre passé et présent, mais j’étais tellement plongée dans les sombres mystères entourant l’histoire et son aspect plus occulte que cela ne m’a pas dérangée plus que cela.

Le décor de l’histoire est donc top, et l’intrigue reste globalement plutôt bien ficelée. Mais ce sont les personnages qui sont le plus surprenants. Car, une fois que l’on a commencé à éplucher toutes les couches entourant les histoires d’Alex et de Darlington, on découvre une nouvelle vision du livre. Ils sont si bien décrits et, comme Leigh Bardugo savait déjà si bien le faire, leurs histoires m’ont particulièrement frappée. Sans oublier l’aspect « fantôme » de l’intrigue, que j’aime toujours autant retrouver dans les histoires !

En définitive, La Neuvième Maison est un roman aussi perturbant qu’addictif. Mais, il ne faut pas se le cacher, les thèmes abordés sont très durs, ce qui rend l’ambiance générale du récit très lourde. Leigh Bardugo ne se retient pas et nous livre tout ce qu’il peut y avoir de plus sombre dans l’esprit humain. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui m’a fait sortir de ma zone de confort. Mais cela reste quand même un genre que je lirai avec modération…! (même si j’ai hâte de lire la suite, avec cette fin !!)


Parution : 27 aout 2020
Éditions : De Saxus
Nombre de pages : 525
Prix : 19,90 €
4.0

3 réflexions sur “La neuvième maison, tome 1 – Leigh Bardugo

  1. J’ai eu un peu de mal au début, et puis quand Alex décide de prendre les choses en main, ça a été une lecture addictive. Et c’est vraiment réussi. Rien à voir avec le Grishaverse, ce qui est top car cela prouve que l’auteur peut sortir de cet univers-là, et on sent, comme tu le soulignes, la recherche et le travail qu’il y a derrière. Par contre, j’ai pas ressenti cette lourdeur par rapport aux thèmes abordés. Ils sont durs pour certains, mais cela ne m’a pas « perturbé » plus que cela. Après je lis beaucoup de thriller, donc cela aide peut-être 🙂 En tout cas, hâte de lire la suite !!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s