ACOTAR, tome 4 : Un palais de flammes d’argent – Sarah J. Maas

Une année s’est écoulée depuis la fin des affrontements qui ont ébranlé Prythian. Mais bouleversée par les horreurs de la guerre et incapable de s’habituer à sa vie de Fae, Nesta ne se sent à sa place nulle part. Elle s’enfonce dans une spirale destructrice et refuse l’aide qu’on lui propose. Surtout celle de Cassian, avec qui elle est obligée de s’entraîner au combat, et à l’égard duquel elle nourrit des sentiments… ambigus.

Pourtant, quand la menace d’un nouveau conflit obscurcit l’horizon, Nesta doit accepter d’affronter ses propres démons. Car elle n’est pas une Fae comme les autres. Transformée par le Chaudron lui-même, elle possède des pouvoirs indispensables à la survie de la Cour de la Nuit…


avis

La saga ACOTAR est ma série chouchoute de tous les temps. J’attendais donc ce livre avec énormément d’impatience, tant parce qu’il s’agissait là d’un nouveau tome que par le fait que l’éditeur nous offrait enfin une version non-censurée.

Car l’avertissement, présent au dos du livre, est clair : à l’inverse des trois premiers tomes de la série, qui avaient été coupés pour intégrer le label Jeunesse de La Martinière, le quatrième opus n’a pas été remanié et comporte, donc, de nombreuses scènes de sexe explicites. Très, très explicites. Cette suite n’est donc pas à mettre entre toutes les mains.

Pour ma part, c’est ce que j’attendais. Et je n’ai absolument pas été déçue (même si ça me frustre encore plus concernant les premiers livres, que j’espère vraiment pouvoir découvrir un jour dans leur version non-censurée – pitié, La Martinière, entendez ma prière…! )C’était un vrai régal de pouvoir retrouver des personnages que j’avais tellement adoré, mais aussi de retrouver l’univers de Sarah J. Maas !

Ce tome se concentre donc sur l’histoire de Nesta et Cassian, quelques temps après la guerre contre le roi d’Hybern. Depuis que ce dernier a plongé les soeurs de Feyre dans le Chaudron, elles en sont ressorties changées à jamais, transformées à leur tour en Grande Fae. Mais Nesta n’arrive pas à se faire à sa nouvelle vie. Car, depuis son expérience avec le Chaudron, elle a l’impression que ce dernier lui a enlevé quelque chose mais, surtout, qu’elle lui a également arraché une part de lui-même. Nesta ne trouve plus sa place, effrayée par ses nouvelles capacités, mais aussi par la noirceur émanant de la partie du Chaudron qui est en elle et qu’elle peut ressentir.

Nesta n’est pas vraiment un personnage que j’avais apprécié dans les tomes précédents. J’étais quand même curieuse d’en apprendre plus à son propos et, de ce côté-là, je n’ai absolument pas été déçue. Même si certaines de ses actions m’ont parues complètement irréfléchies, l‘autrice permet au lecteur de comprendre Nesta, de découvrir ce qu’elle pense, des autres comme d’elle-même. Des sentiments ambigus mais propres à la jeune Fae, qui ne sait plus où est sa place, même si elle est entourée de gens qui l’aiment et tiennent à elle. Un amour qui l’étouffe et qui lui fait plus de mal que de bien…

De plus, Un palais de flammes d’argent est un tome fantastique qui nous permet d’en apprendre plus encore sur la cour de la nuit. Mais c’est aussi l’occasion de retrouver tous les personnages des tomes précédents, de voir ce qu’ils sont devenus, ce que le monde lui-même est devenu, depuis la fin de la guerre. A la façon d’un très grand épilogue de huit cent pages, Sarah J. Maas nous propose également de découvrir des aspects de son univers qu’elle n’avait pas pu aborder jusque-là, notamment concernant les Illyriens, mais aussi ce que sont devenus ses personnages et son monde. Tout en y intercalant l’intrigue autour de Nesta et autour d’une nouvelle guerre qui se profile, ce qui rythme énormément ce tome.

En définitive, c’était juste un réel plaisir de retrouver Sarah J. Maas dans ce monde qu’elle m’a appris à aimer de tout mon cœur. Je suis tellement amoureuse de son univers, de ses personnages, que je me suis replongée dans la suite de cette série avec plaisir et émerveillement, comme si je retrouvais une vieille amie. J’espère qu’un tome sur Elain sera également prévu, car j’ai l’impression que l’autrice n’en a pas fini avec cette série, pour mon plus grand plaisir !


Parution : 05 novembre 2021
Éditions : La Martinière
Nombre de pages : 800
Prix : 21,90 €
pcc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s