Vampyria, tome 1 : La cour des Ténèbres – Victor Dixen

Couverture Vampyria, tome 1 : La cour des ténèbres

« Tu vas t’épanouir à Versailles telle une fleur exotique. Les vampyres du palais raffolent de tout ce qui sort de l’ordinaire. Mais attention : la Cour des Ténèbres a ses codes, ses pièges mortels, et le moindre faux pas s’y paye au prix du sang…

EN L’AN DE GRÂCE 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.

TROIS SIÈCLES PLUS TARD, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?


avis

Je ne sais même plus depuis quand ce livre dormait dans ma bibliothèque. C’est une discussion avec Victor Dixen, l’auteur, lors du Salon du livre de Colmar, qui m’a motivée à me lancer enfin dans cette série. L’hiver étant la période conseillée par l’auteur pour se lancer à la découverte du monde de La cour des Ténèbres de Vampyria, je me suis donc laissée tenter par ce voyage.

En 1715, tandis que sa Mort approche, le Roy-Soleil découvre le secret de la transmutation et s’élève en tant que tout premier Vampyre. Devenu le Roy des Ténèbres, il règne depuis lors sur la Vampyria, une assemblée de pays qui saignent leurs populations afin que ces derniers fournissent le nectar si précieux à la Noblesse transmutée.

France, 299 ans après la transmutation du Roy. Jeanne pensait sa famille relativement tranquille, avec des frères certes turbulents, et des parents apothicaires reconnus dans les villages alentours. Une vie peut être trop normale pour Jeanne, qui rêve d’aventures et de découvrir le monde au-delà des limites de son village. Mais elle ne pensait pas que cela lui couterait si cher…

Jeanne se retrouve soudainement plongée dans les affres de la Cour du Roy, à une place qui n’est pas la sienne. Animée par son seul désir de vengeance, elle sait qu’elle joue un jeu dangereux, mais elle est prête à tout pour occire son ennemi. Même si elle doit le payer de sa vie.

Une uchronie mélangeant Roi soleil et vampires ? Avec un tel contexte, et connaissant les talents de conteurs de l’auteur, j’étais vraiment curieuse de découvrir comment Victor Dixen allait nous inviter à la découverte de son nouvel univers.

Et, de ce côté-là, c’est parfaitement réussi. J’ai adoré toute l’ambiance du roman, à la fois sombre et fantasmagorique. Le lecteur découvre les règles de la Cour en même temps que Jeanne, et le côté enchanteur est magnifiquement bien contrebalancé par toute l’horreur de la situation. Des toilettes sublimes, de la musique divine, des fleurs uniques… mais tout aussi horribles. J’ai vraiment adoré cette atmosphère, à la fois magique et glauque, l’auteur ne nous épargnant aucune des monstruosités de son monde.

Pour autant, j’ai eu beaucoup de mal avec l’héroïne, qui se lance dans un combat qui la dépasse, mais qui n’hésite pas à se donner de grands airs, à mentir, et à trahir. J’ai compris son but, son besoin de vengeance, mais elle est tout simplement hautaine, imbue d’elle même et à la fois terriblement naïve sur bien des points. Sans oublier que le fait qu’elle surpasse rapidement tous ses camarades alors qu’elle ne connait rien aux règles de la Cour… Cet aspect incohérent de l’histoire m’a pas mal dérangée.

En définitive, Vampyria est une uchronie fantastique qui nous offre une histoire surprenante à l’ambiance glaciale. J’ai bien aimé ma lecture, même si l’héroïne et les quelques incohérences du récit m’ont, par moment, assez dérangée. J’ai quand même très envie de me plonger dans le second tome, curieuse de voir ce que Victor Dixen peut développer avec un tel univers !


Parution : 15 octobre 2020
Éditions : Collection R
Nombre de pages : 491
Prix : 16 €
3.5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s