Comme un oiseau dans les nuages – Sandrine Kao

Couverture Comme un oiseau dans les nuages

Anna-Mei, seize ans, tient de sa mère ses origines chinoise et taïwanaise. Elle n’a pourtant presque aucun souvenir de cette mère, morte peu après sa naissance. Lors d’un concours de piano vital pour elle, Anna-Mei s’effondre, victime d’une angoisse venue de très loin. Sa grand-mère maternelle va alors lui raconter l’histoire fascinante des femmes de leur famille, car il est temps que les secrets enfouis soient enfin révélés…


avis

On oublie souvent l’importance d’une couverture dans le choix d’un livre. C’est exactement ce qu’il s’est passé pour moi avec ce livre, vers lequel je ne me serais pas dirigée en temps normal. Mais voilà, j’ai craqué sur la couverture. Il ne m’en fallait pas plus !

Elevée par son père et sa grand-mère, Ama, Anna-Meï n’a aucun souvenir de sa mère, décédée peu de temps après sa naissance. Alors qu’elle est à une audition de piano, Anna-Meï s’effondre, littéralement. N’ayant pas d’explication sur son malaise, la jeune fille accepte d’accompagner sa grand-mère, Ama, voir un médecin pratiquant la médecine chinoise. Ce dernier semble convaincue qu’Anna-Meï doit être mise au courant des histoires concernant ses racines familiales afin que ces dernières ne laissent pas leur empreinte dans l’énergie de la jeune fille. Ama se met donc à lui raconter son histoire, mais pas seulement…

Doucement, Anna-Meï va en apprendre plus. Sur elle, sur l’histoire de ses aïeules. L’autrice aborde beaucoup de thématiques, pas souvent faciles à entendre, qui vont forcer la jeune fille à essayer de comprendre, mais aussi à s’interroger sur certains évènements, et découvrir bien des choses qui feront changer son regard sur le monde, mais aussi sur sa famille. Dans une histoire à travers l’Asie et l’Europe, le lecteur jongle entre ainsi entre les récits d’Ama, la grand-mère d’Anna-Meï, mais aussi la vie de la jeune fille, sa passion pour le piano, ses amis, ses amours..

La narration est assez étrange, atypique, mais dans le bon sens du terme. On a vraiment l’impression de lire un dialogue, un échange, entre Anna-Mei et Ama, sa grand-mère, avec cette façon de raconter leurs histoire en interpellant directement l’autre et, de ce fait, le lecteur. Je crois même que c’est la première fois que je découvre une narration à la seconde personne du singulier. C’était assez déstabilisant au début, mais, petit à petit, j’avais l’impression que les narratrices s’adressaient également à moi. Comme si le lecteur avait également toute sa place dans cette sorte de dialogue familial et intimiste…

En définitive, j’ai été très agréablement surprise par ce roman. La douceur et la poésie de la couverture se retrouvent parfaitement à l’intérieur de l’histoire, qui nous offre une fresque familiale à travers deux points de vue se répondant l’un à l’autre. Cela donne une atmosphère très intimiste à ce récit, très touchant et intriguant. Une jolie découverte.


Parution : 06 Janvier 2022
Éditions : Syros
Nombre de pages : 283
Prix : 16,95 €
4.0

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s