L’alliance de fer, tome 1 : Le paria – Anthony Ryan

Né dans le royaume troublé d’Albermaine, Alwyn Scribe a été élevé par une bande de hors-la-loi. Vif d’esprit et habile au couteau, il aime la liberté des bois et la compagnie de ses camarades voleurs. Jusqu’à ce qu’une trahison l’entraîne sur le chemin du sang et de la vengeance, un chemin qui fera de lui un soldat dans l’armée du roi.

Placé sous les ordres de dame Evadine, une noble tourmentée par des visions peuplées de démons, Alwyn doit survivre à la guerre et aux intrigues mortelles de la noblesse pour obtenir vengeance. Mais tandis que les forces des ténèbres – humaines et surnaturelles – se liguent pour neutraliser Evadine, Alwyn va devoir faire un choix : deviendra-t-il un guerrier ou restera-t-il un paria à jamais ?


avis

J’avais toujours beaucoup entendu parler de la saga précédente de l’auteur, Blood Song. Alors, quand j’ai vu la parution de cette nouvelle série, je n’ai pas hésité et ai profité de cette occasion pour enfin partir à la découverte de cet auteur…

Alwyn Scribe est un hors-la-loi qu’une trahison au sein de son clan va mettre sur un autre chemin. Il est alors envoyé dans une mine où il apprend à lire et à écrire et à utiliser son esprit et ses capacités pour autre chose que la bagarre. Il va ensuite rejoindre l’armée du Roi, où il apprendra d’autres compétences, rencontrera de nouveaux visages et se fera de nouveaux amis et ennemis sur le chemin de la recherche de lui-même et de son destin.

J’ai adoré découvrir le personnage d’Alwyn, et le voir évoluer tout au long de ce livre. Il est vraiment captivant et assister à son histoire dès ses débuts était vraiment un gros plus. Alwyn change énormément au cours de ce tome mais, j’ai toujours su apprécier son personnage malgré tout. Sa détermination est constamment mise à l’épreuve, et regarder l’intrigue se dérouler tout doucement alors qu’Alwyn semblait devenir un peu plus blasé à chaque chapitre était vraiment intéressant.

Au niveau de l’histoire en elle-même, j’avais plutôt l’impression d’assister à une succession de péripéties où chacune possède sa propre intrigue, son propre point culminant, avant que tout ne retombe et que l’on se retrouve à nouveau dans des chapitres assez creux semblant n’être là que pour faire la liaison entre cette multitude d’aventures. Pourtant, tout reste assez bien synchronisé, dans la continuité de l’histoire, et c’était assez perturbant. Je pense que c’est un style d’écriture qui nécessite un certain temps d’adaptation mais qui, en soi, apporte toute son originalité à l’histoire même si j’ai trouvé que ça lui donnait, surtout, un rythme assez lent.

Aussi, je regrette que la magie soit si peu présente dans ce tome. Par moment, j’oubliais même qu’elle existait tant on ne la rencontre quasiment pas. Et je trouve ça dommage car, dans un roman de fantasy, c’est vraiment l’élément essentiel que j’attends de découvrir avec impatience. Ce qui fait que, sans cette petite étincelle de magie, j’ai trouvé que le roman était beaucoup plus sombre que ce à quoi je m’attendais. Il y a très peu de moments de joie dans ce livre et, quand on arrive à en apercevoir quelques bribes, c’est pour mieux se faire percuter par la misère et la douleur qui attendent nos personnages quelques lignes plus loin. La partie religieuse/médiévale du roman prend vraiment l’ascendance sur l’aspect magique, et je trouve ça vraiment dommage car, de ce fait, le roman ne parait pas, à mon sens, assez équilibré entre les deux.

Au final, j’ai plutôt eu l’impression de lire une sorte de préquel, et de n’avoir jamais réussi à pleinement entrer dans l’histoire, comme si j’avais là une longue introduction me permettant de mieux saisir les fondements du personnages d’Alwyn et de l’univers dans lequel il évolue, sans pour autant voir se dessiner une véritable intrigue. C’était assez perturbant, et je ne sais pas si c’est le propre de cet auteur, et si les prochains tomes seront construits de la même façon, mais je trouve dommage que l’envie de vengeance d’Alwyn, qui semble le guider tout au long de ce roman, soit aussi effacée de l’histoire.


Parution : 02 mars 2022
Éditions : Bragelonne
Nombre de pages : 522
Prix : 25 €
3.5

Une réflexion sur “L’alliance de fer, tome 1 : Le paria – Anthony Ryan

  1. J’entends beaucoup parler de cet auteur mais je ne me suis jamais lancer. Pour le coup, au vu du résumé, je suis plus intriguée par l’intrigue autour de la dame qui a des visions que par celle autour de l’antihéros mais pourquoi pas, ça a l’air intéressant même si, comme tu le soulignes, ça peut manquer de rythme.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s