Atlas Six – Olivie Blake

Une fois par décennie, les six magiciens les plus talentueux de leur génération sont appelés à concourir pour gagner leur place au sein de la Société des Alexandriens, l’organisation la plus secrète et la plus élitiste au monde.

Les élus se verront accorder une vie de savoir infini, de pouvoir et de prestige qui dépassera même leurs rêves les plus insensés. Chacune des six nouvelles recrues a des motivations qui lui sont propres pour accepter l’invitation ambiguë de la Société – même si cela les implique de se rapprocher de son pire ennemi ou de trahir ses alliés les plus fidèles. Et tous se battront sans relâche pour obtenir le droit de rejoindre les rangs des Alexandriens.

Quitte à prendre le risque de ne pas survivre.


avis

Vous est-il déjà arrivé de tourner la dernière page d’un livre et de vous demander : « mais qu’est-ce que j’ai lu ? »? C’est ce qui vient de se produire avec ma lecture d’Atlas six.

Dans ce livre, nous suivons six personnages, les magiciens les plus talentueux de leur décennie, recrutés par une société secrète qui s’occupe de protéger les écrits de la bibliothèque d’Alexandrie depuis des siècles. Et, devant tout le savoir que leur apportent ces textes, les six nouveaux initiés vont tout faire pour pouvoir rester et en profiter. Sauf que seul cinq d’entre eux pourront passer en seconde année…

L’univers est vraiment très intéressant mais la construction reste très brouillonne. Je n’avais même pas encore les cartes en mains pour comprendre l’univers d’Olivie Blake que l’autrice me noyait dans une multitude d’éléments et d’histoires annexes. Déjà que la prise en main n’était pas des plus facile, le reste du roman ne m’a pas facilité les choses.

Le fait d’avoir articulé l’histoire autour de six narrateurs principaux m’a très vite perdue. Surtout qu’ils sont, finalement, peu développés et, durant la première moitié du roman,  je n’arrêtais pas de passer mon temps à essayer de me rappeler qui était qui et quelles étaient leurs capacités.. Ils ont, également, chacun leur propre histoire, qui intègre elles aussi des personnages secondaires… On est donc plus focalisé sur les petites histoires de chaque personnage que sur la Société elle-même, et c’est dommage parce que j’aurais vraiment aimé en apprendre plus sur le fonctionnement de cette institution, son influence dans le monde, etc. (d’ailleurs je trouve bizarre que les sélectionnés ne se posent pas de plus de questions que cela…)

Enfin, la quasi-totalité du roman repose sur des échanges philosophiques sur la nature du monde et de la magie, et sur des notions très abstraites. On se retrouve donc avec énormément de théories pour très peu d’action. Trop peu même. Je me suis tout simplement ennuyée.

En définitive, il n’y a aucun world building, et les personnages sont trop nombreux et pas assez développés. Fades même. Je m’attendais à une histoire fantastique, mais on est plutôt sur de la théorie philosophique, moraliste et physique très mal exploitée. Mais, surtout, je sentais que l’autrice essayait de relier entre elles les très nombreuses informations dévoilées ici, sans que ça ne fonctionne. Les révélations arrivaient comme un cheveu sur la soupe, et je ne savais même pas quoi en faire. Et j’avais l’impression que l’autrice se forçait à essayer de rendre tout ça cohérent, en vain.

Bref, je suis complètement passée à côté de ce roman, alors que j’en attendais la parution avec impatience. Et j’ai refermé ce livre sans avoir compris ce que je venais de lire…


Parution : 13 octobre 2022
Éditions : Michel Lafon
Nombre de pages : 448
Prix : 18,95 €
2.0

2 réflexions sur “Atlas Six – Olivie Blake

  1. On en a déjà un discuter sur twitter mais je comprends tout à fait ton ressenti, et c’est clairement dommage parce qu’il y avait tout pour en faire un bon roman. Pour ma part, j’ai adoré la 1ère partie (jusqu’au combat à leur arrivée) et puis après… Je me suis grave ennuyée car on tourne en rond. Nico et Gideon sortent par contre du lot pour moi, et je les ai trouvé touchants 🙂 Quant à la fin, je suis d’accord, c’est un peu n’importe quoi, et je trouve pour le coup que c’est bancal, très bancal.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s