De mères en filles, tome 3 : Anaïs – Dominique Drouin

Couverture De mères en filles, tome 3 : Anaïs

Résumé :

Montréal, 1951. Anaïs a dix ans. Après un début de vie difficile, la fille adoptive d’Ariane Calvino reprend tout juste pied quand elle est confrontée à la mort de Marcel, un homme qu’elle adore et considère comme son père. Pour s’évader de son chagrin, elle trouve refuge dans une passion intense pour l’art dramatique. La scène et le cinéma mettent un baume sur ses plaies. Devenir quelqu’un d’autre qu’elle-même la comble… Dotée d’un talent d’exception, l’enfant vedette connaît un succès considérable qui lui redonne confiance. Mais un drame fera de nouveau basculer sa vie. Bouleversée, par l’agression dont elle a été victime, elle tentera l’impossible pour échapper aux séquelles du traumatisme. Émotivement fragilisée, elle connaît des hauts, mais surtout des bas. Elle n’a pas dix-huit ans lorsqu’elle quitte ses proches pour s’exiler en secret à Toronto avec son amoureux. Longtemps, elle ne donne aucune nouvelle à sa famille. Nourrissant ses rêves de réussir comme comédienne, elle vivote, consomme et fuit ses responsabilités. Elle devra traverser plusieurs années éprouvantes avant de rentrer au bercail et de renouer avec le succès. Loin de lui apporter le bonheur, la vie de vedette éloigne Anaïs de ce qu’elle cherche : l’amour, le vrai. Mais pour l’atteindre, elle devra affronter la vérité…


Mon avis :

La saga familiale De mères en filles est une série qui m’avait attirée dès le premier tome. En effet, Alice avait été une très belle surprise, et j’avais été prise de passion pour l’histoire de cette jeune femme s’étalant sur plusieurs dizaine d’années. Le second tome m’avait laissée plus mitigée, puisque je n’avais pas réussi à accrocher avec le personnage d’Ariane, fille d’Alice. J’ai quand même décidé de retenter l’expérience avec Anaïs, en espérant retrouver ce qui m’avait tant plus dans le premier tome. Lire la suite