Vous n’aurez pas ma haine – Antoine Leiris

Couverture Vous n'aurez pas ma haine

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.


Par Célia  Celia 

Quand j’ai lu le résumé, je savais que ce serait un récit poignant. Je ne me suis pas trompée, quelle claque ! Antoine Leiris a une plume tellement bouleversante que je n’arrive pas à me sortir ce livre de ma tête. Je ne pleure pas facilement lors de mes lectures, seul « Avant toi » de Jojo Moyes m’avait touché à ce point. Mais là, impossible de retenir mes larmes tellement ce texte est poignant ! J’ai dévoré ce roman d’une traite, en apnée jusqu’à la dernière page (ok, ok il est court^^). Lire la suite

Paris est tout petit – Maïté Bernard

Couverture Paris est tout petit

Inès a 17 ans et un objectif : être admise à Sciences Po après le bac. Elle vient de trouver un job de femme de ménage chez les Brissac, dans le 7e arrondissement de Paris, mais elle n’avait pas prévu le coup de foudre intense entre elle et Gabin, le fils aîné de ses employeurs.
 » Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour.  »
Cette phrase de Prévert devient leur credo. Inès et Gabin sont ensemble le soir de l’attentat du Bataclan, quand le pire se produit. Dès lors, leur histoire et la ville qui les entoure prennent d’autres couleurs, celles de l’après.


avis

Lors de la présentation de ce roman, j’étais très attirée par l’histoire. Il faut dire que, depuis les attentats, notre société française a bien changé. Je trouvais donc intéressante l’approche que l’auteur en proposait à travers ces deux personnages Lire la suite

A la place du coeur, saison 2 – Arnaud Cathrine

Couverture A la place du coeur, tome 2

Cette saison est celle de l’éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c’est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s’est peu à peu éloigné ; elle dont l’amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s’est persuadée qu’un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n’a pas fini d’être mise à l’épreuve. La vie n’a pas fini d’être à réinventer.


Mon avis :

Quand j’avais entendu parler d’une plus-que-probable saison deux, j’étais assez sceptique. Il faut dire que j’avais été très touchée par le premier tome qui, plutôt que de tomber dans le voyeurisme suite aux évènements tragiques de Charlie Hebdo, apportait une véritable réflexion sur la nouvelle génération qui apprend à « vivre avec » le terrorisme. Lire la suite

A la place du coeur, saison 1 – Arnaud Cathrine

Couverture A la place du coeur

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »…
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la « première fois ». Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…
À la place du coeur, c’est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l’horreur à l’œuvre, à tenter de ne pas confondre l’information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l’amour (qui, par définition, postule que « le monde peut bien s’écrouler ») cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu’on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?


Mon avis :

Difficile de savoir comment appréhender ce livre. J’étais à la fois intriguée de le découvrir mais, en même temps, j’en redoutais quelque peu sa lecture. J’avais tout de même envie de savoir de quelle façon l’auteur allait réussir à aborder une thématique aussi brûlante qu’inadaptée (pour moi) à l’univers young adult tant sa réalité parait ne pas être à sa place dans ce genre. Lire la suite