De profundis – Emmanuelle Pirotte

Couverture De profundis

Bruxelles, dans un avenir proche. Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos : hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette étrange dont elle ne s’est jamais occupée. Quand une bande de pillards assassine sa voisine, Roxanne part pour un hameau oublié, où l’attend une ancienne maison de famille. La mère et la fille pourront-elles s’adapter à ce mode de vie ancestral et à cette existence de recluses ?
Entre dystopie et conte fantastique, De profundis est un roman hors normes. Une plongée en enfer, doublée d’une fabuleuse histoire d’amour.


Chronique rédigée par Sarah 


Mon avis :

Nous sommes en Belgique, mais le pays ainsi que l’Europe toute entière à bien changé puisqu’un virus réduit la population de jour en jour. Les décors sont apocalyptiques et le fanatisme religieux y est omniprésent. C’est ici que nous retrouvons Roxanne, une trentenaire à la dérive qui survit grâce au trafic de médicaments. C’est alors que sa fille (qu’elle a abandonnée quelques mois seulement après sa naissance) refait surface. Roxanne décide de fuir et de s’installer dans l’ancienne maison familiale en espérant éviter le virus Ebola 3. Lire la suite